Article

Diversidays : les talents du numérique dans toute leur diversité

Aujourd'hui jeudi 7 février, a lieu la deuxième étape en région des Diversidays. L'objectif est de réunir les décideurs d'Auvergne-Rhône-Alpes autour des questions d'égalité des chances dans le numérique. Rencontre avec les cofondateurs Mounira Hamdi et Anthony Babkine, qui nous en disent plus sur la vocation de l’association, au-delà de l’événement.

Publié le  25/10/2018

 

Comment est née l’association des Diversidays ?

Mounira Hamdi : L’initiative est le fruit d’un projet commun, née de notre rencontre sur les bancs de l’école à l'IUT d'Evry puis l'Institut Mines Télécom Business School. À l’origine, l’idée était de créer plusieurs typologies d’événements visant à valoriser la place de la femme dans l’univers du digital et de la communication, mais nous avons rapidement décidé d’ouvrir le concept à plus de volets de la diversité, qu’elle soit ethnique, culturelle ou sociale.

 

Quelle est son ambition ?

M.H. : Partant du constat que le numérique pouvait être un formidable accélérateur de carrière, comme ce le fut pour nous, l’ambition de Diversidays est aujourd’hui multiple. Dans un premier temps, sensibiliser, interpeller tous les acteurs sur l’importance de l’intégration de la diversité au sein des métiers du numérique qu’ils viennent de sphères privées, publiques et institutionnelles, mais aussi révéler, soutenir et propulser des porteurs de projets et initiatives issues ou en faveur de la diversité et du numérique. En ce sens, nous souhaitons promouvoir l’égalité des chances à travers la mise en lumière de projets inspirants, mais également accompagner des profils atypiques au fort potentiel dans les domaines de l’emploi, de l’entreprenariat, de l’innovation, de la Tech et du numérique.

 

 

En quoi le numérique peut-il être inclusif ?

Anthony Babkine : Nous avons la conviction que le numérique est un levier économique car il permet de créer de l’emploi, ouvrir des marchés, créer de nouveaux business models et par conséquent stimuler la croissance. Mais le numérique est également un levier sociétal majeur, car il doit permettre d’offrir au plus grand nombre la possibilité de développer des projets, d’ouvrir les portes du milieu professionnel à tous, et finalement de créer et renforcer le lien social. Diversidays entend souligner et réveiller les consciences sur le manque de représentation de la diversité au cœur des couches professionnelles françaises. De plus, par l'intermédiaire des role models que nous aurons accompagnés, l’objectif est aussi de valoriser la compétence numérique (plus de 80 000 postes ouverts selon une étude Pôle emploi), et de donner la chance d’accéder à des métiers de surcroît en situation de pénurie de candidat.

 

Il est urgent que les acteurs économiques rencontrent les acteurs sociaux en lien avec les questions numériques pour construire des programmes sur mesure.


La première édition des Diversidays a lieu à Toulouse le 14 novembre dernier. Comment sélectionnez-vous les projets ?

A.B. : En amont d’un événement comme Toulouse, l’objectif était de réunir un comité de décideurs locaux pour participer à la sélection, tout en les sensibilisant à cet enjeu de diversification des talents dans le numérique. Un comité de bienveillance auquel participe Christophe Carol, directeur adjoint de Pôle emploi Occitanie, et d'autres partenaires ayant fait remonter une soixantaine de profils à partir desquels nous en avons sélectionné 15 sur une base de critères objectifs (parcours, qualité projet, potentiel, manque de visibilité, etc.). L’inclusion numérique est également un critère fondamental, sous forme de projets portés en faveur de cette diversité, ou qui ont un message fort à faire passer. En définitive, nous gardons huit candidats à qui nous offrons la possibilité d’entrer en « phase de leadership » pendant plusieurs jours, avant de monter sur scène devant le comité, les partenaires, médias et citoyens du département et de la région (c'est un événement gratuit). Nous fonctionnerons de la même manière à Lille puis Paris, où nous reviendrons dans un an. 

 

Qu’entendez-vous par « phase de leadership » ?

M.H. : Au-delà d’une mise en lumière le jour-J, les 8 candidats sélectionnés ont l’opportunité d’être accompagnés en amont, pendant et en aval de l’événement. Nous les coachons de manière à présenter solidement leur projet (storytelling, networking, compréhension du business model…) devant les leaders d’opinion, recruteurs potentiels, et personnalités clés qu’ils seront amenés à rencontrer. Certains ont eu des contacts en one-to-one avec des dirigeants qu’ils n’auraient peut-être pas pu atteindre sans cette initiative ! L’idée est également de faire en sorte qu’ils rejoignent notre communauté de « Diversimakers », et in fine devenir des role models pour accélérer la prise de conscience de leurs confrères/consœurs.

 

Le numérique doit s’inscrire dans une dynamique paritaire et porteuse d’innovation.


Quel est votre rôle sur le terrain pour promouvoir les Diversidays ?

A.B. : Nous nous appliquons à recenser les initiatives majeures en faveur de la culture numérique, thématique sur laquelle nous assumons clairement le rôle d’émancipateur. Aujourd’hui, il y a urgence à ce que les acteurs économiques rencontrent les acteurs sociaux en lien avec les questions numériques pour construire des programmes sur mesure. Dans notre pays, 9 entrepreneurs sur 10 sont des hommes et souvent issus de grandes écoles… Désormais, il ne s’agit plus de reproduire des schémas normés, mais d’œuvrer à faire émerger cette diversité profonde dans la République de l’Égalité des chances. Le numérique doit s’inscrire dans une dynamique paritaire et porteuse d’innovation.

Quels sont vos projets de développement ?

A.B. : Nous avons d’ores et déjà engagé un travail de fond auprès de nos partenaires stratégiques, car ce sont eux qui nous donnent à la fois les moyens humains, financiers et techniques pour réussir. Google France, Axa France, EDF, TBWA\Corporate, Pôle emploi… notre objectif est de s’entourer d’entreprises légitimes pour promouvoir et développer l’association, étant en pleine phase de structuration. Diversidays est un projet ouvert : chacun souhaitant entreprendre au service de l’inclusion et de la diversité numérique est le bienvenu. Dans cette veine, nous avons commencé à constituer un comité de 13 bénévoles qui n’a pour but que de s’agrandir. Dans les prochains mois, nous allons fédérer nos membres autour de questions plus prospectives, afin de se doter d’outils de réflexion nécessaires pour donner plus de poids à nos démarches de sensibilisation.

 

Découvrez le site des Diversidays

Prochain rendez-vous à Lille en mai pour la troisème édition en région.

Plus d'actualités

Vidéo

Comment sont calculés les chiffres du chômage ?

Quelle est la différence entre la méthode de calcul des chiffres du chômage selon l'Insee et le nombre de demandeurs d'emploi défini par Pôle emploi ? Toutes les réponses en vidéo !

Article

L’intrapreneuriat, tremplin vers la création [...]

Perçu aujourd’hui comme une démarche de niche, l’intrapreneuriat pourrait s’étendre dans les prochaines années à l’ensemble des secteurs d’activité.

Article

« Le facteur est devenu un prestataire de services [...]

Au-delà de la distribution du courrier, le facteur réalise désormais des prestations de services comme la livraison de médicaments ou la visite régulière à des personnes âgées. Une évolution de son rôle qui a changé la nature des compétences requises.

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

70,7 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.