Article

« L’envie d’entreprendre est très présente parmi les demandeurs d’emploi »

Les demandeurs d’emploi sont à l’image de la société : ils sont de plus en plus nombreux à vouloir créer leur entreprise. Bien accompagnées, ces personnes peuvent à leur tour devenir créateurs de valeur et d’emplois. Le point de vue de Jean-Luc Vergne, président de BGE, premier réseau d’aide à la création d’entreprise en France.

Publié le  06/12/2018

Pouvez-vous nous rappeler le rôle et les missions d’une association telle que BGE ?

BGE est un réseau associatif national d’appui à l’entrepreneuriat créé il y a quarante ans, avec l’objectif de démocratiser l’acte d’entreprendre.

L’ambition fondatrice était de donner accès à l’entrepreneuriat à une plus large diversité de profils et faire émerger de nouveaux créateurs de richesse.

Nos quarante ans d’expérience nous montrent que l’entrepreneuriat peut être un formidable outil pour lutter contre les déterminismes sociaux. Cependant, nous observons tout autant qu’il existe des prérequis à la création d’entreprise pour que celle-ci puisse pleinement jouer son rôle de vecteur d’ascension sociale et d’égalité des chances. La mission de BGE est de transmettre ces savoir-faire et savoir-être entrepreneuriaux clés, de l’émergence de l’idée au développement de l’entreprise, pour assurer la réussite de chacun. BGE assume à ce titre le rôle d’école de l’entrepreneuriat.

Le rôle de BGE est aussi d’éviter que des personnes qui ne sont pas prêtes se lancent et échouent. Quoi qu’il en soit, le parcours réalisé leur aura permis de monter en compétences sur des expertises transversales et d’être en meilleure situation au regard de l’emploi.

Pour y arriver, le réseau BGE compte sur son fort ancrage territorial, avec 550 lieux d’accueil sur l’ensemble du territoire français animés par 900 conseillers-formateurs salariés. Chaque année, ce sont ainsi 45 000 personnes qui suivent un parcours d’accompagnement/formation et évaluent leurs projets d’entreprises avec BGE.

 

Tout le monde peut être concerné par la création d’entreprise. Les potentiels entrepreneurs sont partout : dans tous les milieux socio-professionnels, tous les territoires.


Constatez-vous aujourd'hui une véritable dynamique en faveur de la création d'entreprise, et si tel est le cas, comment l’expliquer ?

La bataille pour « l’esprit d’entreprise » est en passe d’être gagnée. Cette envie touche toutes les couches de notre société.

L’entrepreneuriat est devenu à la fois une réponse aux mutations du marché du travail et aux aspirations de nombreux diplômés et salariés. Ils y voient la réponse à leur quête d’indépendance et d’accomplissement. Au-delà de ces aspirations, les parcours professionnels sont moins linéaires. Il n’est pas rare, dans une même carrière, d’alterner des phases de salariat et des phases d’entrepreneuriat, que celui-ci soit choisi ou subi. Alors qu’il y a quelques années, les élèves des grandes écoles privilégiaient une carrière dans la haute fonction publique ou les grands groupes, ils sont de plus en plus nombreux à tenter l’expérience entrepreneuriale.

La dynamique entrepreneuriale est réelle en France. Nous pouvons nous en réjouir, mais nous devons aussi nous préoccuper de la création de valeur, en raison notamment du très grand nombre de très petites entreprises qui sont créées. Car créer une entreprise ne signifie pas toujours d’avoir un modèle économique viable. C’est là tout le sens du travail de BGE que de permettre aux entrepreneurs de créer de la valeur, développer leur chiffre d’affaires, irriguer leur territoire, recruter... C’est une des conditions pour que l’entrepreneuriat reste un outil au service de l’émancipation sociale et de la réussite collective.

 

Qui sont aujourd'hui les créateurs d’entreprises ?

Tout le monde peut être concerné par la création d’entreprise. Les potentiels entrepreneurs sont partout : dans tous les milieux socio-professionnels, tous les territoires. L’enjeu consiste à les repérer puis les accompagner pour leur permettre d’atteindre leur potentiel entrepreneurial.

Cette démocratisation de l’entrepreneuriat impose de revoir la façon dont nous percevons les entrepreneurs afin de mieux les connaître pour mieux les accompagner. C’est le sens du travail de segmentation que nous avons entrepris avec le Céreq. Cette enquête met en lumière trois familles d’entrepreneurs qui se distinguent par des enjeux spécifiques, un rapport au temps différent, des façons d’apprendre qui leur sont propres. Bien accompagner, c’est comprendre leurs logiques d’apprentissage et adapter notre méthodologie et nos offres en conséquence.

Il  faut souligner qu’aujourd’hui en France, une entreprise sur trois est créée par un demandeur d’emploi. Cette population est particulièrement présente à BGE, où 84% des personnes accompagnées sont des demandeurs d’emploi, dont 16% depuis plus d’un an. Ces chiffres montrent qu’ils représentent un important vivier de potentiels créateurs de valeur et d’emplois. Toutefois, à chaque demandeur d’emploi correspond une situation bien spécifique. C’est pour cela qu’il est nécessaire de proposer un accompagnement sur mesure.

 

Pôle emploi a créé un dispositif, Activ’Créa, dont BGE est un acteur depuis sa création. Pouvez-vous nous le présenter ?

Activ’Créa est un dispositif visant à faire émerger des projets de création ou de re­prise d’entreprise.

La première étape vise à poser un diagnostic au travers d’un entretien avec un conseil­ler-formateur BGE. Il doit être possible à l’issue de cet entretien d’évaluer le degré de motivation, les contraintes person­nelles et les atouts pour envisa­ger un projet entrepreneurial. Le cas échéant, un accompagnement pouvant durer jusqu’à trois mois est proposé. À l’issue d’Activ'Créa, un dernier entretien permet de décider de poursuivre ou d’abandonner l’idée de création d’entreprise.

Avec 21 000 personnes accompagnées en 2017 par BGE dans le cadre de ce dispositif, nous pouvons en tirer un bilan très positif. C’est autant de personnes qui ont pu être sensibilisées à l’entrepreneuriat et découvrir tous ses aspects, alors qu’elles n’y étaient pas forcément destinées.  

www.bge.asso.fr

Plus d'actualités

Article

Personnes en situation de handicap : du [...]

Retour sur cet événement du club RH National du 16 janvier 2019 introduit par Jean Bassères, Directeur général de Pôle emploi.

Article

Concertation externe : un club RH national pour [...]

Dans le cadre de la concertation externe mise en œuvre par la direction générale de Pôle emploi, les entreprises membres du club RH national ont été invitées à s’associer aux réflexions en cours.

Article

Open innovation RH à Pôle emploi

L’atelier club RH du 29 novembre dernier était consacré à l’Open innovation RH à Pôle emploi. Des exemples de services accélérés à La Fabrique Pôle emploi, l’incubateur de l’établissement, ont été présentés aux membres du club RH.

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

70,7 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.