Article

Les Restos du Cœur et Pôle emploi se serrent les coudes

Les Restos du Cœur et Pôle emploi ont signé une convention dans l’objectif commun de renforcer le retour à l’emploi des personnes les plus démunies. Responsable du réseau emploi des Restos du Cœur, Yves Mérillon nous en dit plus sur les enjeux de ce partenariat.

Publié le  23/05/2019

 

Plus qu’une association d’aide alimentaire, les Restos du Cœur pilotent différents dispositifs d’insertion et d’accompagnement social et professionnel depuis leur création. Comment se structure cette activité ?

Comme le traduit notre slogan de campagne « Parce qu’un repas ne suffit pas », les Restos œuvrent depuis le début dans l’accompagnement des personnes démunies pour qu’elles puissent sortir de la précarité, en participant à leur insertion sociale et économique. Les Restos gèrent notamment 103 chantiers d’insertion en France, parmi lesquels 42 Jardins du Cœur, une vingtaine de chantiers entrepôts-logistique et différents chantiers de second-œuvre, de cuisines, de restauration d’ordinateurs, etc. Leur spécificité est d’être complètement intégrés dans le fonctionnement de l’association, à la différence de structures qui commercialisent leur production. Nous agissons également directement dans les centres de distribution alimentaire, grâce à des bénévoles en charge du soutien à la recherche d’emploi (SRE).  

 

La mise à l’emploi, l’accompagnement et la formation sont trois piliers sur lesquels nous nous appuyons pour faciliter le retour à l’emploi.


Comment fonctionnent les chantiers d’insertion sur le terrain ?

La mise à l’emploi, l’accompagnement et la formation sont trois piliers sur lesquels nous nous appuyons pour faciliter le retour à l’emploi. Des encadrants techniques interviennent dans les chantiers d’insertion pour la partie métier, tandis que les accompagnateurs/conseillers sociaux-professionnels travaillent à lever les freins à l’emploi rencontrés par les salariés, intra ou extra professionnels (problèmes de santé, de mobilité, de logement, etc.). Si le diagnostic et le processus de mise à l’emploi sont nécessaires pour aider les salariés à retrouver des habitudes de travail et l’estime de soi, même dans un emploi adapté, les formations aux savoirs de base (langue, calcul, etc.), aux formations techniques type Caces, au permis de conduire, etc.) sont également déterminantes.

 

Pôle emploi, avec qui nous travaillons au quotidien dans le cadre de nos chantiers d’insertion, est un partenaire de longue date.


Les Restos du Cœur et Pôle emploi viennent de signer une convention inédite pour développer leur coopération. Quels en sont les objectifs ?

Pôle emploi, avec qui nous travaillons au quotidien dans le cadre de nos chantiers d’insertion, est un partenaire de longue date, qui oriente une bonne partie de nos salariés et qui pilote les CTA (comités techniques d’animation) pour assurer le suivi de leur parcours. Cette convention vise aujourd’hui à mener de nouvelles actions concertées et complémentaires, afin de renforcer la connaissance réciproque de nos réseaux et d’identifier les synergies. Au sein de l’association, nos réseaux SRE, IAE (l’Insertion par l’Activité Economique) et les Tremplins du Cœur (organisme de formation) bénéficieront de relations plus resserrées avec Pôle emploi, et profiteront d’un accès facilité à ses outils et services. L’objectif est à la fois de permettre à Pôle emploi de mieux connaître nos chantiers d’insertion et de nous proposer les outils adaptés aux besoins de nos salariés, mais aussi de renforcer notre action dans les centres de distribution.

 

Il s’agit de se focaliser sur des secteurs et des métiers « en tension » où les besoins existent.


Dans quelle mesure ce partenariat doit appuyer votre activité dans les centres de distribution ?

Il ne s’agit pas ici de mise à l’emploi, mais d’un accompagnement relativement similaire. Notre action vise à accompagner les personnes que nous accueillons afin de cerner leurs difficultés et les soutenir dans leurs démarches (connaissance du marché de l’emploi, simulation d’entretien d’embauche, rédaction de CV, conseils pour une formation, etc.). Cette convention œuvre en ce sens : permettre à ces personnes non salariées d’accéder à une plus large gamme d’outils pour les faire progresser, mais également de multiplier les ateliers SRE animés par nos bénévoles dans les centres.  

 

Ce partenariat vise des actions innovantes dans les territoires, en encourageant les expérimentations locales concourant au retour à l’emploi. À quoi pensez-vous ?

C’est effectivement un ressort nouveau de notre stratégie d’accompagnement à l’emploi, qui existait sans être systématique. Il s’agit de se focaliser sur des secteurs et des métiers « en tension » où les besoins existent. Nous pouvons imaginer des opérations communes pour orienter nos salariés en insertion vers des secteurs et groupes en demande, après un processus d’accompagnement, de formation et de préparation à l’embauche. C’est toute la vocation des Tremplins du cœur, qui propose des formations qualifiantes ou certifiantes sur des métiers où existent de fortes demandes de recrutement. Nous avons déjà mis en œuvre ce type d’action dans certaines régions avec de beaux succès à la clef, l’objectif étant aujourd’hui de les développer.  

 

En chiffres – Les Restos du Cœur - Les Relais du Cœur

 

Association créée en 1985 par Coluche

2 200 centres de distribution en France

2 500 salariés en insertion dans les Structures SIAE

Plus de 4 000 personnes soutenues dans leur recherche d’emploi

https://www.restosducoeur.org/

Plus d'actualités

Article

Pôle emploi se fait sa place !

À partir du début du mois de septembre, Pôle emploi part à la rencontre du public. Le nom de cette nouvelle opération : Place de l’Emploi et de la Formation. Elle va sillonner les routes et installer son village dans de nombreuses villes d’Île-de-France et de PACA. Au programme : conseils, formation, découvertes, jobdating…

Article

Indépendants : le renouveau

Le travail indépendant se développe en France, en particulier dans les services, porté notamment par le régime d’auto-entrepreneur, créé en 2009.

Article

Jobs étudiants : les applis en première ligne

70% des étudiants français travaillent pour financer leurs études et 30% pour se faire de l'argent de poche. Ils utilisent de plus en plus les plateformes en ligne.

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

70,7 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.