Cosmetic Valley : un réservoir industriel exceptionnel

Situés au cœur de la France, entre les régions Centre et Haute-Normandie, six départements forment le premier réseau mondial de la parfumerie cosmétique

Publié le  26/05/2014

Mise à jour le 15/12/2017

 Situés au cœur de la France, entre les régions Centre et Haute-Normandie, six départements forment le premier réseau mondial de la parfumerie cosmétique, labellisé « pôle de compétitivité » en 2005. Retour sur un succès collectif en termes de recrutement et d’insertion professionnelle.

Un écosystème à la pointe de l'innovation

Avec 550 entreprises dont de grandes marques, 63 000 emplois, 84 projets « Recherche et Développement », 7 universités, 200 laboratoires publics, 8 600 chercheurs, 18 milliards d'euros de chiffre d'affaires…
80 % des membres la Cosmetic Valley sont des PME, experts dans des domaines très divers : marketing, étiquetage, contrôles microbiologiques ou même systèmes de pulvérisation. 50 nouveaux sites et 7 500 emplois ont été créés sur le périmètre de la Cosmetic Valley depuis sa naissance en 1994.

Comment répondre aux besoins en main d’œuvre spécifiques ?

Pôle emploi accompagne les recrutements de la Cosmétique Valley sur des besoins en main d’œuvre spécifiques, notamment des postes de techniciens de maintenance, d’opérateurs en industrie dans les secteurs de la chimie, de la pharmacie et du cosmétique industriel.
« Pour répondre à cette demande et nous adapter aux besoins, nous prospectons les entreprises de la Cosmetic Valley et proposons une offre de services personnalisée via des méthodes de recrutements spécifiques (MRS, POE, contrats de professionnalisation, mise en place de formations d’adaptation à l’emploi, interim sur des missions longues) » souligne Colette Salamone, Directrice de l’agence Pôle emploi Louviers et référente filière chimie, biologie et santé. Concrètement, Valdepharm Fareva passe exclusivement par Pôle emploi sur tous types de postes de techniciens à opérateurs avec une présélection de candidats et l’Evaluation en Milieu de Travail Préalable au Recrutement (EMTPR).
50 postes d’opérateurs pharmacie et chimie, de techniciens de développement de laboratoire et de maintenance et microbiologistes, sont à prévoir d’ici la fin de l’année 2014.
« Avec Sanofi, nous avons mis en place une démarche CQP (Certificat de Qualification de compétences) pour sécuriser les parcours professionnels des salariés, anticiper les évolutions des emplois et compétences dans le cadre d’une Gestion Prévisionnelle de l’Emploi et des Compétences (GPEC) ». Deuxième étape : développer les contrats professionnels et la formation « sur mesure » dans le cadre d’une action collective (POE). « Par exemple, en collaboration avec le centre de formation de l’IMT à Val de Reuil (Institut des métiers et des technologies industries pharmaceutiques et cosmétiques), nous avons placé 40 demandeurs d’emploi sur des postes de techniciens de laboratoire BAC + 2 en biologie et microbiologie et des demandeurs d’emplois licenciés de chez GLAXO Evreux. »

De nouvelles perspectives

Eco-responsabilité et visibilité à l'internationale signifient évolution des besoins en main d’œuvre. « Nous notons une évolution des métiers de la cosmétique et de la pharmacie due aux contraintes sanitaires et à la concurrence internationale. Les besoins sont là ! Ils ont évolué vers des besoins de personnels avec des compétences de qualité » conclut Colette Salamone. La vocation interdisciplinaire du pôle a permis de créer le premier Institut des Biomédicaments et Cosmétiques, à vocation internationale, qui proposera des formations en alternance dans ce domaine nouveau.

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

72%

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune

Ensemble pour l'emploi