Article

En Turquie, la formation sur le terrain avant tout !

Publié le  01/10/2015

Dr. Nusret Yazici, nouveau président de l’Amsep et directeur général d’İŞKUR, l’agence turque de l’emploi, estime que son intention de faire de l’Amsep une référence en matière de politique d’emploi internationale est en accord avec les objectifs stratégiques d’İŞKUR. « Les axes prioritaires définis à l’horizon 2023 sont multiples :améliorer la relation éducation-emploi, augmenter le taux d’emploi des femmes, des jeunes, des demandeurs de longue durée et des personnes handicapées, favoriser la flexibilité du marché du travail et renforcer la relation emploi et protection sociale », déclare-t-il. 

3 000 « points service »

Pour mener à bien cette stratégie, İŞKUR travaille en partenariat avec le ministère du Travail et de la Sécurité sociale (CSGB). « Nous examinons les dossiers des demandeurs d’emploi pour déterminer s’ils peuvent bénéficier d’une allocation et s’ils ont besoin d’un accompagnement, comme un programme de formation professionnelle, avant de passer des entretiens d’embauche, par exemple », précise Dr. Nusret Yazici. Le développement de la formation étant un des objectifs clés du projet stratégique turc, İŞKUR travaille aussi avec le ministère de l’Éducation, en lien avec TurStat. Cet institut de statistiques analyse les besoins des entreprises en coopération avec İŞKUR, ce qui permet d’affiner l’offre de formations. Enfin, pour que l’information soit délivrée au plus près des demandeurs d’emploi et des entreprises, İŞKUR a développé un réseau très dense de près de 3 000 « points service » sur tout le territoire. Ces points service permettent, entre autres, d’inscrire les demandeurs d’emploi et de fournir des informations sur les postes vacants et les formations disponibles.

Former sur le terrain

Pour le Dr. Yazici, cette proximité doit permettre de lutter efficacement contre le chômage, qui atteignait 9,3 % en mai dernier. « Le chômage des jeunes est une priorité pour nous. Ceux-ci n’ont souvent pas de réel métier et encore moins d’expérience, ce que recherchent avant tout les employeurs. Pour trouver une meilleure adéquation entre l’offre et la demande, nous misons sur la formation sur le terrain, les journées d’information sur les métiers porteurs et toute opportunité de travail dans les entreprises pouvant déboucher sur une embauche à long terme. » Ce type de formation sur le terrain permet, particulièrement pour les jeunes, d’offrir une première qualification et de faciliter l’insertion dans l’emploi, tout en percevant une allocation de 15 dollars par jour. L’aide à la création d’entreprise fait aussi partie des priorités d’İŞKUR, notamment auprès des femmes et des demandeurs d’emploi de longue durée. Les personnes défavorisées peuvent en effet bénéficier d’une aide à la création d’entreprise de 13 000 dollars et d’un accompagnement renforcé pendant deux ans, à compter de la date de création.

REPÈRES : L’IŞKUR EN CHIFFRES

  • 3,2 millions de chômeurs (printemps 2015).
  • Plus de 8 330 agents.
  • 1,8 milliard d’euros de budget par an.
  • Un fonds d’assurance chômage de 31,7 milliards d’euros.



Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

70,7 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.