Infographie

4 mesures qui vont transformer l'assurance-chômage

Les règles de l'assurance-chômage changent. Décryptage en images des évolutions à venir.

pe-reforme-assurancechomage-V10.jpg

Alternative textuelle

4 mesures qui vont transformer l'Assurance chômage

1 La modification des conditions d'accès à l’Assurance chômage

Aujourd'hui

Pour bénéficier de l’Assurance chômage, il est nécessaire de justifier d’au moins 4 mois (soit 88 jours travaillés ou 610h), sur une période de référence de 28 mois pour les personnes de moins de 53 ans et de 36 mois pour les personnes de 53 ans et plus.

Pour recharger ses droits, un demandeur d’emploi doit avoir travaillé au moins 1 mois (soit 150h) sur l’ensemble de sa période d’indemnisation.

Demain, au 1er novembre 2019

Pour bénéficier de l’assurance chômage, il sera nécessaire d’avoir travaillé au moins 6 mois (soit 130 jours travaillés ou 910h), sur une période de référence de 24 mois pour les personnes de moins de 53 ans et de 36 mois pour les personnes de 53 ans et plus.

Pour recharger ses droits, un demandeur d’emploi doit avoir travaillé au moins 6 mois (soit 130 jours travaillés ou 910h) sur l’ensemble de sa période d’indemnisation.


2 La modification du calcul de l'allocation chômage

Le calcul de l'allocation chômage (ARE) se fait sur la base d’un salaire journalier.

Aujourd'hui

Le salaire journalier de référence est égal aux salaires bruts perçus au cours des 12 derniers mois (primes comprises**) divisés par le nombre de jours travaillés au cours des 12 derniers mois (multiplié par 1,4).

**mais hors indemnités liées à la rupture du contrat

Demain au 1er avril 2020

Le salaire journalier de référence est égal aux salaires bruts perçus au cours des 24 derniers mois* (primes comprises**) divisés par le nombre de jours entre le début du 1er contrat et la fin du dernier contrat au cours des 24 derniers mois***

*36 mois pour les personnes âgées d’au moins 53 ans
***hors période maladie, maternité, paternité, accident du travail

L’allocation journalière est égale au montant le plus élevé entre 57% du salaire journalier de référence ou 40,4% du salaire journalier de référence auquel on ajoute 12 euros.

L’allocation est comprise entre un minimum de 29,26 euros par jour et un maximum de 75% du salaire journalier de référence.


3 Un élargissement de l'indemnisation

Aujourd'hui

Pour bénéficier de l'assurance chômage, il faut avoir perdu son emploi de manière involontaire :
-    licenciement (quel que soit le motif) ;
-    fin de CDD ou de mission d'intérim ;
-    rupture conventionnelle ;
-    certains cas de démissions dites « légitimes ».


Demain au 1er novembre 2019

Pour les salairés démissionnaires avec un projet professionnel

Il sera possible pour un salarié démissionnaire de bénéficier d'allocations à condition :
-    de suivre un accompagnement CEP salarié avant sa démission
-    d'avoir au moins 5 ans d’affiliation continue (1300 jours travaillés soit 60 mois)
-    de poursuivre un projet professionnel réel, sérieux et validé :
•    reconversion nécessitant le suivi d’une formation ;
•    création ou reprise d'entreprise.

Le caractère réel et sérieux de chaque projet professionnel sera examiné par une commission paritaire interprofessionnelle régionale (CPIR).


Pour les travailleurs indépendants

Il sera possible pour un travailleur indépendant de bénéficier d'une indemnité de 800 euros par mois pendant 6 mois (soit 26,30 euros pendant 182 jours) à partir du moment où :

-    son entreprise est en liquidation judiciaire ou le dirigeant est remplacé en vue d’un plan de redressement judiciaire ;
-    il a exercé son activité durant au moins 2 ans ;
-    son activité a généré un revenu minimum de 10 000 euros par an sur les 2 dernières années, avant liquidation judiciaire.


4 La dégressivité des allocations chômage 

Aujourd'hui

En moyenne, l'allocation mensuelle* représente 72% de l’ancien salaire net.
Son montant est plafonné à 7 700 euros brut par mois.

Cette indemnisation peut durer :
-    jusqu’à 2 ans pour les moins de 53 ans ;
-    de 2 ans et demi à 3 ans de 53 à 54 ans ;
-    jusqu’à 3 ans pour les 55 ans et plus.

*allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE)

Demain au 1er novembre 2019

Pour les personnes ayant plus de 4 500 euros de rémunération brute par mois et âgées de moins de 57 ans à la fin du contrat de travail, le montant de l’allocation diminuera de 30% après 182 jours indemnisés.
Cette allocation ne pourra pas descendre en deçà de 79,89 euros brut journalier.


OCTOBRE 2019
 

Plus d'actualités

Article

Etude APEC : L’économie sociale et solidaire [...]

Acteur économique de premier plan, l’Économie sociale et solidaire représente 10% du PIB et près de 12,7% du total des emplois privés en France. L'Observatoire de l'emploi cadre de l'APEC a radiographié dans une étude le marché de l'emploi cadre dans le secteur, en partenariat avec le Conseil national des chambres régionales de l'économie sociale et solidaire (CNCRESS).

Article

Prix de thèse de Pôle emploi 2019

Dans le cadre de sa politique d’encouragement et de soutien des travaux de recherche permettant d’éclairer le fonctionnement du marché du travail, Pôle emploi reconduit son prix « jeune chercheur », initié l’an passé et décernera en mars 2020 un prix « jeune chercheur » à un docteur ayant soutenu sa thèse en 2019.

Article

« 70% des candidats réussissent leurs entretiens [...]

Chaque année, l’association La Cravate Solidaire accompagne près de 2500 candidats à l’embauche dans leur recherche d’emploi. Un accompagnement qui va bien au-delà du don de vêtements. Rencontre avec Nicolas Gradziel, directeur opérationnel, membre fondateur La Cravate Solidaire.

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

70,7 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.