Insertion professionnelle : quel est l’impact de la mobilité transnationale ?

Publié le  25/06/2014

C’est ce que l’Agence Europe Education, Formation, France (2E2F) a essayé de comprendre au travers d’une étude menée de juin à décembre 2013 en partenariat avec les Conseils régionaux, Pôle emploi, la DGEFP, le CNML, le CNFPTLV et le ministère de l’Education nationale, cette étude avait pour objectif la vérification de trois hypothèses. Retour sur les résultats clés.

A six mois, 62% des participants ayant eu une mobilité, ne sont plus en recherche d’emploi

L’enquête montre que pour les demandeurs d’emploi de l’échantillon test (avec l’expérience de la mobilité), en six mois, le taux de sortie positive est passé de 33,2% à 62,3%. On constate un cap à trois mois où ce taux rattrape celui de l’échantillon témoin. Cette accélération du taux de sortie révèle l’effet levier de la mobilité internationale qui apparaît comme un tremplin pour trouver plus rapidement un emploi ou reprendre des études. Cette mobilité est plus favorable au retour à l’emploi pour les publics "Bac+3 et plus". Les niveaux "Bac+2 et moins" s’orientent davantage vers une reprise d’étude - qui reste une sortie positive - leur permettant de retrouver à terme un emploi de meilleure qualité.

Des salaires plus élevés

La comparaison des salaires et de la qualité de l’emploi dont bénéficient les deux groupes permet de distinguer la qualité de l’emploi retrouvé, en particulier en termes de rémunération. Près de 65% des bénéficiaires d’une expérience de mobilité européenne ont un salaire supérieur à 2 000€ ; ils ne sont que 23% pour les participants du groupe témoin. Cet avantage bénéficie prioritairement aux demandeurs d’emploi « Bac+3 ».
70% des personnes interrogées, quel que soit leur groupe d’appartenance, se déclarent satisfaites de l’emploi retrouvé. Le niveau de diplôme, accompagné d’une expérience de mobilité, a donc un impact significatif sur la qualité de l’emploi retrouvé.

Des coûts difficiles à comparer

En revanche, le coût de la mobilité est difficile à estimer. Il dépend de l’intensité de l’accompagnement. Au-delà de l’appui financier apporté par 2E2F, chaque structure porteuse de projet de mobilité mobilise ses propres ressources pour prendre en charge le demandeur d’emploi et l’accompagner vers une insertion professionnelle.
Cependant, le coût moyen d’un demandeur d’emploi bénéficiant d’une expérience de mobilité est plus élevé que celui d’un demandeur d’emploi pris en charge dans le cadre du droit commun.

L’étude révèle donc trois résultats significatifs : la mobilité génère un effet accélérateur de retour à l’emploi, favorise un niveau de salaire plus élevé pour les diplômés « Bac + 3 et plus », produit un fort taux de reprise d’études ou de formation pour les diplômés « Bac + 2 et moins ».
 

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

72%

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.