Portraits

Jeunes éloignés de l'emploi : parlons « NEET »

Qu'ils aient ou non un diplôme, les jeunes connaissent un taux de chômage plus élevé que la moyenne. Faisons le point sur les leviers d'actions et les initiatives mises en œuvre par Pôle emploi et ses partenaires pour favoriser leur insertion sur le marché du travail.

Publié le  22/02/2018

Chômage des jeunes : où en sommes-nous ?

Aujourd’hui, environ 23% des jeunes actifs de moins de 25 ans sont au chômage, un taux en légère baisse ces dernières années mais qui demeure beaucoup plus élevé que la moyenne nationale (autour de 10%).

 

 

Derrière ce chiffre, les situations sont très diverses, certaines catégories de jeunes étant davantage touchées par le chômage que les autres :

  • Les jeunes issus des quartiers prioritaires (relevant de la politique de la ville), où le taux de chômage des jeunes peut parfois atteindre 45% ;
  • Les jeunes les moins qualifiés. Car le niveau de diplôme a toujours tendance à « protéger » du chômage. Ainsi, le taux d'emploi des jeunes ayant fait des études supérieures est de plus de 80% dans les trois ans qui suivent leur sortie d'études.

Ces jeunes sont souvent confrontés également à des freins sociaux dits « périphériques » (mobilité, logement), ou encore à l'absence de réseau et à une méconnaissance du marché du travail. 

 

Qu'appelle-t-on les « NEET » et combien sont-ils en France ?

NEET est un acronyme qui désigne les jeunes qui ne sont pas en emploi, en études ou en formation (« not in employment, education or training »). Cet indicateur est utilisé par l'Union Européenne pour mieux comprendre la situation des jeunes face au marché du travail.

 

 

En 2014, on estimait le nombre de NEET à près de 1,9 million en France, dont 900 000 sans aucun diplôme. En moyenne, 140 000 jeunes quittent chaque année le système éducatif sans diplôme.

Par ailleurs, 10% des jeunes de 18 à 24 ans ne maîtrisent pas les compétences de base (lecture, écriture, calcul).

 

Quelles sont les opportunités d’emploi pour ces publics ?

De nombreux secteurs d'activité sont ouverts aux salariés à faible niveau de qualification. Et notamment, d'après le CIDJ (Centre d'information et de documentation jeunesse) dans les domaines suivants : 

  • les services à la personne, qui se développent fortement avec le vieillissement de la population (aides à domicile, aides ménagères, auxiliaires de vie) ; 
  • la santé : aides-soignants, assistants médicaux, auxiliaires de puériculture ;
  • la distribution : vendeurs, caissiers, employés libres services ;
  • l'hôtellerie-restauration : 64 % des jeunes travaillant dans ce secteur n’ont aucune formation spécifique préalable (commis de cuisine, serveurs, réceptionnistes).

 

 

Pour favoriser l'insertion professionnelle des jeunes NEET et les rapprocher de ces secteurs qui recrutent, Pôle emploi et ses partenaires agissent sur 3 volets.

 

I. Un accompagnement renforcé vers l'emploi

Avec le dispositif ANI jeunes, nous nous mobilisons pour accompagner les jeunes NEET vers l'emploi. Pour cela, nous bénéficions du soutien financier du Fonds social européen dans le cadre du programme « Initiative pour l’Emploi des Jeunes ».

 

 

Ce dispositif prend plusieurs formes :

1. L'accompagnement intensif jeunes (AIJ), qui permet à un jeune de moins de 26 ans en recherche d'emploi de bénéficier pendant 6 mois de rendez-vous plus réguliers pour être accompagné dans sa recherche d'emploi ou de formation, ainsi que dans la définition de son projet professionnel.

 

Aujourd'hui près de 800 de nos conseillers sont dédiés exclusivement à cet accompagnement, et plusieurs centaines de milliers de jeunes en ont déjà bénéficié depuis sa mise en place en septembre 2014, leur permettant de s’insérer plus rapidement sur le marché du travail.

 

 

2. Les « clubs jeunes » dans les quartiers prioritaires. D'une durée de 3 mois, ils ont la particularité de rassembler plusieurs demandeurs d'emploi afin de les aider à sortir de l’isolement et favoriser les échanges.

3. Un soutien aux initiatives locales dans les territoires défavorisés.

Par exemple, en Outremer où le chômage des jeunes atteint parfois 60%, l'association JOM (Jeunesse Outre-Mer) a mis en place avec Pôle emploi un réseau professionnel pour rapprocher les jeunes. Nous sommes associés au Service Militaire Adapté pour les publics sans diplôme et parfois en situation d'illettrisme.

Enfin, nous encourageons le parrainage professionnel dans les quartiers prioritaires avec l'association Nos Quartiers ont des Talents.

 

 

II. Des méthodes de recrutement qui vont au-delà du CV traditionnel

Le niveau de diplôme affiché sur le CV peut être un motif de refus d’une candidature. C’est pourquoi nous mettons en place des modes de recrutement alternatifs et développons une approche qui met l’accent sur les compétences, avec pour objectif d'ouvrir l'esprit des employeurs.

Par exemple, la Méthode de Recrutement par Simulation (MRS) permet de valoriser les compétences des candidats à l'aide d'exercices de type « jeu de rôle », dans lesquels les candidats doivent gérer plusieurs paramètres en lien avec un poste de travail. Elle permet ainsi au recruteur d'évaluer son comportement en situation.

 

 

Autre exemple avec Maintenant! Une application créée par une conseillère Pôle emploi pour favoriser le recrutement à des postes demandant peu de qualifications mais pour lesquels la personnalité et les compétences professionnelles sont prépondérantes !

 

III. Des partenariats avec les acteurs locaux

Face à l’ampleur du problème, nous travaillons avec tous les acteurs institutionnels et associatifs, à la maille de chaque agence ou territoire. Notamment avec les Missions Locales. Ce partenariat repose sur la complémentarité d’expertises entre les deux acteurs du service public de l’emploi : accompagnement vers l’emploi pour Pôle emploi et accompagnement socioprofessionnel pour les Missions Locales.

Ainsi, un jeune suivi par Pôle emploi peut bénéficier d’une prestation ponctuelle dans la Mission Locale de son secteur, pour répondre à un besoin spécifique et conjoncturel de mobilité, de logement, et ainsi lever certains freins sociaux périphériques qui rendent difficiles le retour à l’emploi.

 

 

Le saviez-vous ?

Contrairement aux idées reçues, de nombreux jeunes restent éloignés du numérique : seuls 50% des usagers possèdent une adresse mail à leur inscription en Mission Locale, et un tiers avoue avoir besoin d’aide pour maîtriser la recherche d’emploi en ligne.

En novembre 2016, le ministère du Travail a lancé Clicnjob, une plateforme numérique destinée à l'insertion des jeunes éloignés de l'emploi, et pas forcément familiers du web. Elle a pour objectif d'aider un million de personnes en cinq ans, en partenariat avec plusieurs associations qui œuvrent en faveur de l’inclusion numérique comme nos partenaires WeTechCare et Emmaüs Connect.

À lire également :

Plus d'actualités

Appel à projet préparation opérationnelle à [...]

Favoriser l'accès des demandeurs d'emploi bénéficiaires de la protection internationale à des actions de formation dans le cadre de la préparation opérationnelle à l'emploi collective

Dispojob, un boulot en trois clics

Dispojob est une appli ultra simple, inventée par le Lyonnais Sébastien Mirisola, pour gérer l’emploi dans l’urgence. En trois clics, la mission est acceptée et l’enregistrement URSSAF effectué. C’est un peu l’appli de la Gig economy, autrement dit l’économie des petits boulots et des hyper-réactifs.

Santé : Vers un suivi connecté des patients ?

Un assistant médical assurant le suivi de la santé des patients au quotidien, du pré-diagnostic aux propositions thérapeutiques ? Pour devenir réalité, ce scénario devra encore lever quelques freins, réglementaires et éthiques notamment.

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

70,7 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.