La Validation des Acquis de l’Expérience (VAE)

Faire reconnaître son expérience afin d’obtenir un diplôme, un titre ou encore un certificat de qualification professionnelle. 30 000 candidats ont obtenu une VAE : les idées clés !

Publié le  03/03/2014

L’expérience est un atout indéniable dans la recherche d’emploi mais le diplôme demeure encore un élément important, notamment pour l’insertion professionnelle et le niveau de salaire. La Validation des Acquis de l’Expérience est une réponse à cette situation : faire reconnaître son expérience afin d’obtenir un diplôme, un titre ou encore un certificat de qualification professionnelle.

Qui peut prétendre à une VAE ?
Accessible à toute personne engagée dans la vie active, quels que soient son âge, son statut et son niveau de formation, qui justifie d’au moins trois ans d’expérience en rapport direct avec la certification visée.
La VAE prend en compte les compétences professionnelles acquises au cours d'activités salariées ou non salariées mais aussi les compétences acquises en tant que bénévole.
N’entrent pas dans le calcul de la durée de trois ans : périodes de formation initiale/continue et stages en milieu professionnel pour l’obtention d’un diplôme ou d’un titre.

Qui en est à l’initiative ?
Le candidat à la VAE salarié a la possibilité de demander un congé de validation des acquis (24 heures de temps de travail consécutives ou non). La VAE peut donner lieu à mobilisation du Droit Individuel à la Formation (DIF) par le salarié.
De même, l’employeur peut décider d’inscrire des actions de VAE dans le plan de formation de l’entreprise. Une convention tripartite est alors conclue entre l'employeur, l'organisme intervenant et le salarié bénéficiaire. Le financement de ces actions est alors assuré par l'entreprise sur le budget formation correspondant ou par l’OPCA dont elle relève.
Un demandeur d’emploi, inscrit à Pôle emploi, peut également prétendre à une VAE. Au moment de son inscription, il élabore, avec un conseiller, son projet personnalisé d’accès à l’emploi (PPAE) et peut se faire prescrire une demande de VAE. Pôle emploi l’accompagne dans cette démarche et peut lui attribuer une aide financière. Elle couvre les droits d'inscription auprès de l'organisme certificateur, le financement des prestations d'accompagnement, le financement des actions de validation, les frais de formation en cas de validation partielle. Le montant de l’aide est variable.

Quelles sont les conditions d’engagement dans la VAE ?

La procédure à suivre dépend de la certification choisie par le candidat et de l'établissement qui la délivre. Il doit déposer son dossier de recevabilité auprès de l'établissement. Une seule demande par certification et jusqu’à trois demandes pour des certifications différentes, au cours de la même année civile, peuvent être déposées.
Le candidat doit, avant de déposer sa demande, constituer son dossier de VAE.
Le dossier doit respecter des conditions d’éligibilité définies par la loi : inscription de la certification visée au Répertoire national des certifications professionnelles et nombre des années d’expérience en correspondance avec le contenu du référentiel de la certification.
A la suite de l’examen du dossier, l’organisme certificateur prononce un avis de recevabilité ou de non-recevabilité. La demande de validation est présentée à un jury qui vérifie les compétences et aptitudes du candidat pour l'obtention du diplôme, du titre ou du certificat sollicité.

En savoir + : "La Vae en 2012 dans Les Ministères certificateurs"

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

72%

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.