Article

L’économie bleue recrute

Publié le  07/04/2017

L’activité maritime se transforme et crée de nouveaux métiers. Le pêcheur n’est plus le seul représentant du secteur, bienvenue au tourisme balnéaire et aux biotechnologies marines. Avis aux amateurs de la grande bleue.

Mission accomplie pour Pôle emploi Bretagne. La 2e édition de la Semaine de l'emploi maritime qui s’est tenue du 27 au 31 mars dernier a rempli ses objectifs, notamment faire se rencontrer les professionnels de l’économie maritime et les demandeurs d’emploi. Pôle emploi Bretagne, « tête de pont » de l’opération, cite volontiers les trois « chiffres marquants » de l’édition 2017 : 80 partenaires, 150 entreprises présentes, près de 9 000 demandeurs d’emplois participants.

L'économie bleue en Bretagne, ce sont plus de 100 000 personnes en activité dans près de 900 métiers différents. De la construction navale à la transformation des produits de la mer, en passant par la pêche et les services portuaires, mais aussi l'hôtellerie-restauration ou encore l'ingénierie maritime. Ce sont au total 12 500 offres d'emploi dont 2 700 pour la construction navale, 405 pour les services portuaires et le nautisme, 350 pour la transformation des produits de la mer qui ont été proposées en 2016. Un chiffre en augmentation de 4 % par rapport à 2015.

Des métiers en tension

La filière maritime c’est de l'offre, mais aussi de la demande : 20 091 demandeurs d'emplois ont été enregistrés en 2015 dans les différents secteurs d'activité et 3 884 personnes ont été formées aux différents métiers.
Les activités maritimes concernent souvent des métiers en tension, « l’un des enjeux de la Semaine de l’emploi maritime », note Yohan Morizur de la direction régionale de Pôle emploi Bretagne. Le secteur de la pêche connaît en effet une grave pénurie de main-d’œuvre actuellement et ce déficit ne devrait pas se résorber dans les prochaines années du fait du départ en retraite d’une génération entière de pêcheurs. Même constat dans les activités portuaires où certains métiers sont traditionnellement en tension, dans la soudure, la métallurgie et les entreprises ont des difficultés à recruter.
En revanche, dans le secteur du tourisme, l'activité saisonnière en Bretagne a le vent en poupe et recrute régulièrement dans des métiers très variés et dans les secteurs transverses que sont la cuisine, le service, la restauration mais aussi dans les activités nautiques. « Le secteur du tourisme est un secteur très porteur, précise Yohan Morizur. Jusqu’en juin, nos équipes seront mobilisées en grande partie sur le recrutement saisonnier ».

Des formations de pointe

Parmi les organismes de formation présents lors de la 2e édition de la Semaine de l’emploi maritime, l’AFPA propose « une formation très pointue de scaphandrier » et le Centre européen de formation continue maritime (CEFCM) prépare au métier de marin. « Outre ces deux principaux organismes, nous avons associé à l’opération les lycées maritimes de Bretagne et une association très active dans la formation des demandeurs d’emploi à Brest, la Touline », poursuit Yohan Morizur.

Reste que les métiers maritimes souffrent encore de leur image et des représentations que l'on peut s’en faire. Ils ont la réputation d'être physiques, avec des horaires souvent atypiques mais « ces métiers évoluent, les conditions de travail évoluent aussi ».

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

71%

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.