Imprimer Envoyer à un ami

Quels sont les métiers porteurs ?

09.06.2015

C’est une question que l’on peut être amené à se poser tout au long de la vie, que l’on soit étudiant dans le cadre de son orientation, actif à la recherche d’un emploi pour connaître les métiers qui recrutent le plus ou lorsque l’on est mobile géographiquement et/ou professionnellement.
Selon sa situation et ses besoins, différents types de métiers porteurs sont envisageables.

Les métiers d’avenir

Il s’agit des professions qui devraient beaucoup recruter d’ici 5 à 7 ans. Ces métiers sont généralement définis en fonction des grandes évolutions de la société. Entre autres, l’évolution de la démographie (métiers de la santé, service à la personne, secteurs touchés massivement par les départs à la retraite comme l’enseignement), l’évolution technologique (métiers de l’informatique, etc.), ainsi que les choix sociétaux comme pour les métiers de l’environnement et la qualité de vie).
Il existe également certains métiers classiques qui depuis plus de trente ans progressent, comme dans le secteur de la comptabilité et des finances, de la vente, de l’industrie… 
A contrario, certains secteurs sont en chute. C’est le cas avec les agriculteurs dont le nombre a été divisé par trois en 30 ans avec la tertiarisation de l’économie ou des métiers touchés par la concurrence mondiale (les métiers du textile et du cuir) ou l’évolution technologique (baisse du nombre de secrétaires).

Les métiers qui recrutent le plus actuellement…

Il s’agit des activités qui proposent le plus d’offres pour l’année en cours. Pôle emploi adresse chaque année un questionnaire à près de 1,6 million d’entreprises pour connaître leurs besoins en recrutement et leurs difficultés éventuelles (Enquête Besoins en Main d’Œuvre).
En 2015, plus de 1,7 million de recrutements sont projetés par les entreprises et en premier plan (en dehors des jobs saisonniers), les métiers de la propreté, les services à la personne (aide à domicile…), l’hôtellerie-restauration (employé, serveur, cuisinier…), la santé (aide-soignant, infirmier..), l’informatique (ingénieur, chef de projet…), la vente et la distribution (attachés commerciaux, vendeurs)
Tout en sachant que certains métiers sont très concentrés géographiquement, par exemple logiquement, les marins sont davantage recherchés en Bretagne qu’en Rhône-Alpes…e
t qu’une vérité nationale, ne l’est pas toujours localement. Pôle emploi propose à travers BMO un espace permettant de rechercher les perspectives de recrutement à la fois par métier et par zone géographique (de la région au bassin d’emploi en passant par le département). 
Par exemple au niveau régional, les cadres informatiques arrivent en tête en Ile de France alors que ce sont les jardiniers à La Réunion. Au niveau départemental, les pêcheurs arrivent en tête en Côtes-d’Armor alors que ce sont les télévendeurs dans La Nièvre.
Les internautes peuvent d’ailleurs choisir d’abord leur métier et voir les zones où il y a le plus d’opportunités ou à l’inverse, choisir leur zone géographique et voir quels sont les métiers les plus porteurs. 


… Et les métiers où la concurrence entre candidats est la plus faible

L’un des premiers critères quand on recherche un emploi, est souvent celui du nombre d’offres d’emploi. Cependant, ce critère devient relatif à partir du moment où le nombre de personnes souhaitant se positionner sur un métier, est plus important que le nombre d’offres proposées. La question est donc de savoir quel métier offre plus d’opportunités que d’autres mais surtout, plus d’offres que de candidats.
Pour mieux mesurer, cet effet, une liste des métiers « en tension » est publiée par la DARES et Pôle emploi. Arrivent en tête, au profit des demandeurs d’emploi, les métiers de : techniciens et agents de maîtrise de l’électricité et de l’électronique, techniciens et agents de maîtrise des industries mécaniques, techniciens et agents de maîtrise de la maintenance et attachés commerciaux et représentants.
Pour comprendre, l’intérêt de l’indicateur de tension, l’exemple des artistes est assez pertinent. En nombre d’offres d’emploi (hors jobs saisonniers), il se situe à la 7e place des métiers qui recrutent, mais si l’on observe le rapport entre le nombre d’offres et le nombre de demandeurs d’emploi, il y a deux fois moins d’offres par personne que pour la moyenne des autres métiers. C’est donc un métier qui offre des opportunités de recrutement mais pour lequel le nombre de personnes souhaitant se positionner est beaucoup plus élevé.


Enfin au-delà du nombre d’offres d’emploi, bien d’autres critères plus qualitatifs peuvent conditionner le caractère « porteur » de l’offre : type de contrats les plus fréquents, niveau de salaire moyen. Les demandeurs d’emploi peuvent retrouver de nombreuses informations ici 
Les réseaux sociaux professionnels permettent également d’avoir en direct des informations ciblées sur les entreprises et les métiers (condition de travail, temps de travail, statut professionnel, possibilité d’évolution de carrière, etc) par les personnes en postes (ou ayant été en poste) dans ces entreprises.


L’ensemble de ces données quantitatives et qualitatives constituent des vecteurs de réflexion sur l’aspect porteur des métiers. Sauf que l’un des critères premiers et personnels demeure et demeura souvent l’intérêt pour un métier.

 

Les métiers qui recrutent en 2017


Enquête Besoins en Main d'Oeuvre 2016