Imprimer Envoyer à un ami

Compétences sans frontière

26.06.2017

Les 20 et 21 juin derniers, à Besançon puis à Dijon, la mobilité internationale était à l’honneur d’un salon organisé par Pôle emploi Bourgogne-Franche-Comté en partenariat avec l’État et la Région. L’occasion pour celles et ceux qui rêvent de tenter leur chance professionnelle à l’étranger de rencontrer les conseillers Pôle emploi régionaux et les 7 équipes spécialisés par pays ou zone géographique, mais aussi leurs partenaires.

 

Ils sont venus, ils étaient tous là… Tous ceux – femmes, hommes, jeunes et moins jeunes – qui, à Besançon et Dijon, envisagent d’aller travailler à l’étranger. Mardi 20 juin, à Micropolis Besançon, 300 personnes tentées par l’aventure ont exploré le salon Mobilité internationale. Première escale avant le grand départ, l’événement organisé par Pôle emploi Bourgogne-Franche-Comté, l’État et la Région, leur a offert l’occasion de rencontrer les équipes locales de Pôle emploi et leurs partenaires, ainsi qu’une dizaine de conseillers Pôle emploi dédiés à la mobilité internationale. Formalités, aides matérielles, conditions d'hébergement, d'accueil, de travail... Ils ont pu, lors d’entretiens individuels chaleureux, glaner des informations précieuses afin de bien préparer leur projet. Spécialisés par pays ou zone géographique, les représentants des sept équipes mobilités internationales ont aussi animé des conférences – « Partir travailler à l’étranger », « Emploi transfrontalier », « Destination Scandinavie et pays baltes », « Le corps Européen de solidarité »… – qui ont remporté un large succès auprès du public.

L’attrait de la « french touch »

Lors de l’inauguration du salon à Besançon, Christiane Barret, préfète de la région Bourgogne-Franche-Comté, partage : « Sur la Bourgogne-Franche-Comté, nous avons recensé 9 000 demandeurs d'emploi intéressés par une mobilité internationale, dont 54 % qui aimeraient travailler en Suisse, ce que l’on comprend évidemment compte tenu de la position frontalière et stratégique de notre région. Dans les secteurs qui recrutent à l’étranger, notre savoir-faire en matière de gastronomie, d’hôtellerie-restauration mais aussi de conception de jeux vidéo est reconnu ».

Frédéric Danel, directeur régional de Pôle emploi, s’est félicité de l’intérêt des visiteurs et du succès remporté par le salon. Soucieux d’accompagner au mieux les demandeurs d’emploi intéressés par une mobilité professionnelle internationale, il rappelle : « Les demandeurs d’emploi trouvent sur notre site pole-emploi.fr des offres d’emploi dans une multitude de pays. Sur l’Emploi store, ils ont accès à de nombreux services digitaux leur permettant de préparer leur départ. Ils doivent bien sûr évoquer leur projet avec leur conseiller Pôle emploi afin d’examiner ensemble sa faisabilité, avant d’être orientés vers l’une des sept équipes Mobilité internationale dédiée à la zone géographique ou au pays qui les intéresse. Ils bénéficient alors d’un accompagnement dématérialisé (visioconférences, échanges par mail, téléphone) afin d’affiner leur projet et peuvent être mis en relation avec des entreprises françaises qui recrutent dans le pays concerné, mais aussi avec des recruteurs à l’international ».

La mobilité internationale en Bourgogne-Franche-Comté

  • + de 9 000 demandeurs d’emploi déclarent un souhait de mobilité internationale
  • Sur 3 400 demandeurs d’emploi ayant un souhait de mobilité :
  • 76 % confirment leur projet professionnel international,
  • 59 % disposent d’une expérience international ,
  • 85 % formulent le souhait d’avoir des informations complémentaires concernant le travail à l’étranger.

En effet, ces équipes spécialisées possèdent des connaissances pointues sur les pays ou la zone dont ils s’occupent. Bien sûr, ils connaissent les particularités du marché du travail local, les secteurs qui recrutent, mais aussi les codes culturels en vigueur sur place. Ainsi, alors qu’il remet sa carte à un visiteur intéressé par la Malaisie, Hugues Dequick, de l’équipe Mobilité internationale de Nouvelle-Aquitaine, en charge de l’Asie et de l’Océanie, explique : « En Asie, quand on reçoit une carte de visite, il est d’usage de la lire attentivement devant son interlocuteur. La mettre dans sa poche sans y jeter un œil est très malvenu ». Merci pour le conseil ! En étroite relation avec des acteurs majeurs du secteur de l’emploi à l’étranger, les équipes Mobilité internationales apportent une aide concrète pour l’accompagnement, la formation, orientent vers les organismes appropriés pour s’informer sur l’hébergement, etc.

Pas glamour, la Pologne ?

Mercredi 21 juin, c’est au Parc des Expositions et Congrès de Dijon que la mobilité internationale prenait ses quartiers. Toute la journée, des personnes désireuses de travailler à l’étranger sont venues à la rencontre de Pôle emploi et de ses partenaires (Direccte, Conseil régional, APEC, Centre Régional Information Jeunesse, Universités de Besançon et de Dijon, Maison de l’Europe, Centre de l’information Europe, BFC Internationale, Business France, Apreca). Sabine Blanchet, la spécialiste Pays-Bas, Pologne, République tchèque, Belgique et Lituanie, réserve le meilleur accueil aux curieux. Pas glamour, la Pologne ? Détrompez-vous : ponctuée d’humour et de bienveillance, la conférence « Le marché du travail en Pologne et en République tchèque » animée par la conseillère enthousiaste venue de la région Hauts-de-France n’a pas manqué de faire naître des vocations…

Désireuse d’offrir le meilleur service aux usagers de Pôle emploi, Sabine n’a pas hésité à apporter ses conseils judicieux à tous les candidats à la mobilité internationale. À Manuel Dos Santos, conseiller en assurances inscrit à Pôle emploi depuis mars 2017 suite à une rupture conventionnelle, qui envisage d’ouvrir un bar ou un restaurant à Lisbonne, elle lance : « Ce qui compte avant tout quand on veut ouvrir un bistrot, c’est quoi ? » La question du « business plan » ayant été abordée, elle lui présente les outils de l’Emploi store qui pourront lui permettre d’affiner son projet, avant de lui donner informations et contacts en France et à Lisbonne : Chambre de commerce française à l’étranger, Eurès, Apec, Business France… Sur le stand dédié à l’Asie et l’Océanie, Laetitia Nicolas cause « Permis Vacances Travail » – un dispositif qui permet à des jeunes d’exercer une activité rémunérée à titre accessoire dans le cadre d’un séjour touristique en Australie –, avec un jeune cuistot qui projette de tenter sa chance à Sydney.

Daniel Garnier, militaire de l’armée de l’air à la retraite devenu chauffeur de car scolaire, envisage lui de s’installer en Asie après la formation Français langue étrangère (FLE) qu’il entame à la rentrée. « J’ai été licencié après un problème cardiaque. Une fois mon diplôme FLE en poche, j’aimerais enseigner à Singapour ou en Malaisie », explique-t-il avant de solliciter des informations sur les opportunités professionnelles qui l’attendent dans cette contrée du monde. Face à l’afflux du public, le conseiller « spécialisé » Canada improvise des mini-conférences auxquelles se pressent une dizaine de personnes à chaque fois. En tout, ils auront été 400 à arpenter ce salon Mobilité internationale à Dijon. Un voyage riche en découverte.

Destinations souhaitées par les demandeurs d'emploi de Bourgogne-Franche-Comté

  • Suisse 54 % (dans le cadre d'une activité transfrontalière)
  • Autres pays 46 %, dont :
  • Europe EEE 46 % (dont 7 % au Royaume Uni)
  • Amérique du Nord 14 %
  • Afrique 11 %
  • Canada 8%
  • Asie 6 %
  • Océanie 4%
  • Amérique du Sud 3 %
  • Moyen Orient 2 %
  • Scandinavie 0,4 %