Imprimer Envoyer à un ami

La ville intelligente, un nouveau territoire pour l’emploi

19.04.2017

L’Institut Méditerranéen du Risque, de l'Environnement et du Développement Durable (IMREDD) de Nice a reçu une quinzaine de demandeurs d’emploi dans son « Smart City Innovation Center ». La visite s’est déroulée avec le concours du Pôle de compétitivité Cap Energies et de la Chambre de Commerce et d’Industrie Côte d’Azur, filière énergie, qui anime le Club des Smart Grids (réseaux intelligents), dont Pôle emploi est adhérent.

 

L’IMREDD accompagne et soutient les projets et les initiatives menés pour développer la smart city à Nice, notamment à travers la mise à disposition des données, la facilitation de l’accès au financement, la mise en relation entre les différents acteurs, le déploiement d’une offre de formation adaptée.
Une ville intelligente utilise les nouvelles technologies pour améliorer la qualité de vie, l'efficacité de la gestion et des services urbains. À Nice, les axes forts de la gestion intelligente concernent la mobilité, l’environnement et les risques naturels, l’habitat, l’énergie.

Imaginer l’avenir

L’objectif de cette visite ? Rendre intelligible et visible le concept de smart city sur le territoire de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, informer les demandeurs d’emploi des projets qui s’y développent, notamment dans le domaine des réseaux intelligents, créateurs d’activités nouvelles et de métiers parfois à inventer (6 000 emplois en région d’ici 2020).

Les candidats présents ont été sensibilisés aux compétences recherchées, notamment en termes de traitement des données, d’analyse sociologique, de management de projet, de coordination d’intervenants, de relation client et ils ont pu échanger sur leur employabilité avec les partenaires présents. Ils ont également pu s’informer sur les possibilités de formation en alternance développées à l’IMREDD, pouvant leur ouvrir les portes de ces nouveaux domaines d’activité. Un des participants explique : « Une rencontre comme celle-ci, c’est l’occasion de se tourner vers les métiers d’avenir, d’ouvrir les yeux et d’élargir ses champs d’investigation, car lorsqu’on est en poste, on a le nez dans le guidon, on n’a pas la vision des perspectives ni du marché de l’emploi tel qu’il peut se dessiner à l’avenir ».

 Ouvrir le champ des possibles

Ghislaine Ellena, directrice territoriale de Pôle emploi Alpes-Maritimes souligne : « On connait la Métropole niçoise à travers son industrie touristique, mais il est aussi de notre ressort de promouvoir les secteurs technologiques qu’elle développe. En résonnance avec les Opérations d’Intérêt Régional, Pôle emploi agit localement aux côtés des chefs de file des secteurs innovants, notamment l’énergie du futur, pour favoriser leurs filières d’avenir, telles que celles qui se développent à travers les smart cities et les smart grids. »

À l’issue de cette visite et à titre expérimental, Pôle emploi a lancé un club de recherche d’emploi pour ces candidats intéressés par les filières de la Smart city. Ils peuvent ainsi rebondir sur la dynamique de groupe engendrée par cette action.
À terme, il s’agit de mieux sourcer les compétences potentielles du territoire, de mesurer leur employabilité et de contribuer à l’évolution des savoir-faire attendus par l’écosystème d’entreprises et de laboratoires membres des Pôles de compétitivité.

Les smart grids en chiffres

  • 240 millions d’euros d’investissements publics et privés consacrés au déploiement des réseaux électriques intelligents en Provence-Alpes-Côte d’Azur.
  • 6 milliards d’euros de chiffre d’affaires potentiel pour la filière française des smart grids à l’horizon 2020 (la moitié à l’export).
  • 25 000 emplois potentiels en France, ¼ en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

En savoir plus sur :

Nice, Smart City

Les projets développés à Nice

 

 Crédit photo : Anthony Larretonne