Imprimer Envoyer à un ami

Le compte personnel d’activité est lancé !

19.01.2017

Officialisé le 12 janvier, le compte personnel d’activité (CPA) ouvre la voie à un droit universel à la formation. Éclairages sur ce nouveau dispositif.

Le CPA est né d’un diagnostic aujourd’hui largement partagé : les parcours professionnels sont de moins en moins linéaires. On change de plus en plus souvent de poste au cours de sa carrière. On peut également changer de statut. Une infirmière peut par exemple être successivement fonctionnaire à l’hôpital, être recrutée par une clinique privée, et exercer ensuite son métier en tant qu’infirmière libérale. Les périodes de chômage sont aussi plus fréquentes. Et de nombreux métiers sont appelés à se transformer (transition numérique, impact environnemental…).
Face à ces évolutions, se former tout au long de sa vie est devenu une nécessité pour l’ensemble des actifs, qu’ils soient salariés du secteur privé, fonctionnaires, demandeurs d’emploi ou travailleurs indépendants.


Le CPA, qu’est-ce que c’est ?


Le CPA est une des réponses apportées pour que chacun, quelle que soit sa trajectoire, puisse à tout moment s’adapter à ces nouvelles réalités du marché du travail. C’est également un site internet (www.moncompteactivite.gouv.fr) offrant la possibilité pour chacun d’accéder à une page personnalisée permettant de connaître l’état de ses droits à la formation au travers de trois comptes.
Le premier de ces comptes, le compte personnel de formation (CPF), qui a succédé au droit individuel à la formation (DIF), est désormais ouvert aux fonctionnaires et sera étendu aux travailleurs indépendants à partir du 1er janvier 2018. Il permet d’enregistrer chaque année 24 heures de formation pour les salariés à temps plein (48 heures pour les salariés sans aucune qualification).
Le deuxième, le compte personnel de prévention de la pénibilité (C3P), ouvert aux salariés du privé dont le métier est reconnu comme pénible, permet de cumuler des points pour partir plus tôt à la retraite, se former ou encore travailler à temps partiel.
Le troisième enfin, le compte d’engagement citoyen (CEC), accessible à « ceux qui s’engagent au service de l’intérêt collectif » (jeunes en service civique et responsables associatifs notamment), ouvre des droits supplémentaires à hauteur de 20 heures de formation par an.


Accompagner les reconversions


Ce site internet est aussi un outil d’information et de communication à partir duquel les ayants droit pourront accéder à différents services destinés à les aider à s’orienter dans leurs projets de formation. Ceux qui le souhaitent pourront par exemple faire une demande de bilan de compétence ou d’aide à la création d’entreprise. Ils pourront s’informer, à partir du CV qu’ils auront téléchargé, sur les formations nécessaires à un éventuel projet de reconversion. Il sera même possible pour un actif de faire une demande de financement auprès de l’organisme collecteur (OPCA) dont il dépend.
Mais la véritable nouveauté du CPA réside avant tout dans sa philosophie. En s’adressant à tous les actifs à partir de 16 ans, y compris les fonctionnaires et les indépendants, il ouvre la voie à une nouvelle approche, dans laquelle les droits sont associés non à des emplois mais à des personnes.

L'infographie sur le CPA du ministère du Travail