Imprimer Envoyer à un ami

Les 6 tendances digitales qui réinventent le recrutement

22.09.2016

Recrutement mobile, salon professionnel en ligne, notoriété sur les réseaux sociaux, serious game… Découvrez les tendances majeures du recrutement afin d’améliorer la notoriété et l’attractivité d’une entreprise, mais aussi permettre au recruteur de trouver le bon profil parmi les milliers de CV que les nouveaux outils digitaux lui permettent de brasser.

Le recrutement mobile, un mouvement de fond

Après avoir bouleversé nos manières de communiquer et de nous informer, la mobilité digitale s’impose donc comme la nouvelle grande tendance du recrutement. La recherche d’emploi devient nomade et impose aux recruteurs toujours plus de souplesse et de réactivité pour toucher les nombreux français qui utilisent leur smartphone pour rester connectés. Selon le baromètre 2016 de la Mobile Marketing Association, 6 français sur 10 surfent sur leurs mobiles.

La plupart des entreprises ont déjà mis en place une version mobile « responsive design » de leur site, conçue pour s’adapter à la taille des écrans de smartphones et tablettes. En parallèle, les applications dédiées au recrutement se multiplient, inspirées par les dernières tendances des usages mobiles. C’est le cas de Jobr et Kudoz, basées sur le modèle de Tinder (défilement des offres et système de « matching » quand l’offre rencontre la demande) ou de Job Around Me, qui géolocalise les offres et les affiche au fil des déplacements du candidat. Certains groupes lancent même leurs propres applications mobiles de recrutement, telles Orange Jobs, EDF Recrute ou le Dr Job de BNP Paribas. Un investissement qui n’est pas encore à la portée de toutes les entreprises mais devrait pourtant se révéler incontournable dans les années à venir.

Avec le sourcing, les recruteurs remontent le filon des talents

Pour trouver le meilleur profil, pas question de rester passif en se contentant de poster une annonce et recueillir les réponses. Il faut au contraire se lancer à la conquête des compétences dont on a besoin en allant là où elles se trouvent. Comment ? En se lançant dans une opération de sourcing, c’est-à-dire un travail d’identification des talents. C’est d’ailleurs l’un des enjeux actuels de l’utilisation des réseaux sociaux professionnels tels que Viadeo, Wizbii ou LinkedIn.

Ces plateformes ne se contentent plus d’assurer la publication d’offres, la visibilité des profils et l’analyse des statistiques. Elles développent désormais des outils pour faire de la prospection ciblée. C’est le cas de la solution Recruter de LinkedIn, qui propose des équivalents et synonymes pour les intitulés de poste et les mots-clés pour élargir le champ des recherches et trouver le talent qui correspond au profil recherché.

Faire vivre son entreprise sur les réseaux sociaux

Le dernier état des lieux de l’usage des outils numériques en France publié en 2016 par l’ARCEP (Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes) montre que près de 90 % des 18-24 ans et 80 % des 25-39 ans sont présents sur les réseaux sociaux comme Twitter, Facebook ou Instagram. Au diapason de cette nouvelle ère communicationnelle, les entreprises affirment leur présence sur ces réseaux afin d’attirer et recruter des talents. Les générations Y et Z, en particulier, sont très attentives à cette dimension au moment de la recherche d’emploi.

L’objectif : valoriser la marque employeur sur les réseaux sociaux non professionnels. Pour un employeur, le but est de communiquer sur ses activités, ses valeurs et ses engagements de manière non-institutionnelle, en adoptant un ton ludique ou en faisant appel aux témoignages de collaborateurs qui incarnent l’esprit d’entreprise. Certains groupes vont déjà plus loin en utilisant Twitter comme plateforme de recrutement. En 2014, 15 nouvelles offres d’emplois étaient ainsi postées chaque seconde sur le réseau social et la tendance s’est poursuivie jusqu’à aujourd’hui. Problématique pour les recruteurs, la contrainte des 140 signes a été résolue par le site de recrutement Monster et ses Twitter Cards, qui transforment chaque offre en un tweet sur le fil d'actualité de l'entreprise.

Rencontres professionnelles : les salons en ligne

Les salons emploi sont depuis longtemps des rendez-vous incontournables pour les recruteurs et les demandeurs d’emploi, offrant l’occasion d’un premier contact qui peut s’avérer déterminant. Grâce aux outils digitaux, il n’est aujourd’hui plus nécessaire d’attendre ces évènements pour organiser des rencontres en amont du processus de recrutement. Apparus ces dernières années, les salons en ligne permettent de fixer des rendez-vous 24h/24 et en tous lieux, ce qui représente un important gain de temps et de moyens.

Depuis septembre 2015, Pôle emploi a ouvert plus de 100 salons en ligne pour l’emploi, accessibles sur les terminaux fixes et mobiles. Pour les recruteurs, la solution « Salon en ligne » permet de présenter son entreprise et les postes à pourvoir, de sélectionner les candidats, d'organiser le planning des entretiens, de procéder aux entretiens et de gérer les réponses aux candidats.

Serious games : on ne joue plus !

Conçus à l’origine pour la formation des salariés en interne, les serious games (autrement dit « jeux pédagogique ») sont des jeux vidéo dont l’objectif est d’affiner le processus de recrutement. Ciblant en premier lieu les digital natives habitués à ce type de pratique, ils proposent aux candidats de découvrir l’environnement de l’entreprise et de réaliser virtuellement un certain nombre de missions en un temps limité. Les observations et résultats recueillis permettent de révéler certaines compétences et traits de personnalités qui ne seraient pas accessibles à la lecture d’un CV ou d’une lettre de motivation.

Depuis 2010, L’Oréal utilise ainsi le logiciel Reveal, un business game destiné aux futurs stagiaires à l’international. Accenture propose aux postulants de se glisser dans la peau d'un consultant junior. Certains Groupes osent le décalage avec leur univers, comme Thalès avec Moonslield, un exercice de stratégie managériale en forme de jeu de science-fiction, disponible sur iPhone, iPad et iPod Touch. Plus classique, l’APEC propose un simulateur pour s’entraîner à répondre aux questions lors des entretiens d’embauche. Pôle emploi propose également sur son Emploi store des serious game qui permettent aux internautes de se projeter dans leur projet (création d’entreprise, mobilité internationale…).

Vidéos virales, visites virtuelles : les tendances de demain

Alors que la consommation de vidéos représente en 2016 50 % du trafic mobile et 64 % du trafic global sur Internet, elle devient un média privilégié que les entreprises doivent apprendre à maîtriser. Mais comment produire un effet de viralité quand on veut conserver l’intégrité de son image de marque ? Loin des films corporate trop sérieux et scénarisés, la tendance va aux formats courts, dans lesquels un chef d’entreprise peut s’adresser directement à ses futurs employés ou faire visiter ses locaux. Pour donner aux candidats une vision réaliste de l'entreprise, le site communautaire Glassdoor propose de son côté d’attribuer des notes aux entreprises, diffusant des photos des espaces de travail et des appréciations de salariés (et anciens salariés) sur leurs conditions de travail. Ces initiatives visent à désacraliser l’entreprise, à la rendre plus attractive aux yeux des candidats en général et des jeunes diplômés en particulier.