Article

Le nouveau conservatoire de Bretagne : un chantier inspirant

Le directeur régional de Pôle emploi, Frédéric Sévignon, a visité le chantier du nouveau conservatoire de Bretagne avec un groupe d’une vingtaine de demandeurs d’emploi dans le cadre de la semaine du bâtiment.

Publié le  05/03/2020

La semaine du bâtiment bat son plein jusqu’au 6 mars. Dans ce cadre et dans l’objectif de valoriser les métiers du secteur, Frédéric Sévignon, directeur régional de Pôle emploi, a visité aux côtés de Nicolas Lebon, secrétaire général de la Fédération française du bâtiment Bretagne, et d’un groupe d’une vingtaine de demandeurs d’emploi, le chantier du nouveau conservatoire de Bretagne, situé au cœur du quartier du Blosne à Rennes.

Des échanges enrichissants

Porté par le Groupe Legendre, qui compte près de 2000 collaborateurs et qui effectue au moins 50 recrutements par an pour la région, le chantier devrait se terminer en décembre 2020. Déjà impliqué dans les réalisations de l’ensemble d’immeubles Identity à EuroRennes ou de l’Orange Labs à Cesson-Sévigné, le Groupe Legendre est spécialisé dans le gros œuvre.

 

Accueilli par M. Le Dez, conducteur de travaux, et Mme Priour, responsable RH, Frédéric Sévignon et la vingtaine de demandeurs d’emploi ont pu découvrir les métiers qui composent les équipes et plus particulièrement celui de coffreur-bancheur, une double compétence très recherchée par l’entreprise. Les échanges ont porté sur les qualités requises pour travailler dans le secteur, les horaires, les rémunérations qui sont, pour les minimas, 15% au-dessus du smic, et bien évidemment sur le projet architectural du conservatoire : « un projet atypique », comme l’a souligné M. Le Dez.

Au cœur du chantier

Les échanges ont continué en appréciant l’avancée des travaux du futur auditorium de 300 places et en montant dans les étages pour embrasser le projet dans sa globalité accompagné par les commentaires du jeune conducteur de travaux aussi engagé qu’engageant. Une bonne manière d’aborder les différents métiers qui s’y croisent et d’inspirer certains des participants de cette visite.

 

« Nous développons des partenariats avec les branches professionnelles car nous savons qu’il est très important d’être au plus près du terrain, à leurs côtés, pour aider les entreprises à recruter et les demandeurs à trouver un emploi durable offrant, comme dans le bâtiment, de vrais possibilités d’évolution », a réaffirmé Frédéric Sévignon.

 

Nicolas Lebon, secrétaire général de la Fédération française du bâtiment Bretagne

 

Que représente le secteur du bâtiment en Bretagne ?

Le secteur du bâtiment représente à peu près 8% du PIB breton, 10 milliards d’euros de travaux. Il est composé de 26 000 entreprises qui emploient environ 75 000 salariés pour un âge moyen de 40 ans. C’est un des tous premiers secteurs d’activité avec l’agro-alimentaire, l’agriculture et l’industrie.
C’est un secteur en pénurie d’emploi. Chaque année, les recrutements sont jugés de plus en plus difficiles. Nous arrivons à recruter environ 2000 salariés par an alors que les intentions d’embauches exprimées sont plutôt au niveau de 9000. Depuis trois ans, l’écart entre les besoins et les recrutements réels augmente. Nous avons également une pyramide des âges vieillissante. Attirer des jeunes est donc un enjeu particulièrement important.

Quel développement pour les années à venir ?

Il est difficile de faire des projections. J’ai coutume de dire : quand tout va, le bâtiment va, et non l’inverse. Le secteur du bâtiment est interdépendant des autres secteurs.
Nous avons globalement des indicateurs au vert, car l’économie bretonne se porte bien. Nous avons donc une projection à 3 ans qui nous est favorable puisque le nombre de recrutements envisagés est de 24 000. Il se compose de 7000 nouveaux recrutements, le reste étant du renouvellement lié à la pyramide des âges.

Les nouvelles technologies impactent nombre de secteur, qu’en est-il pour le bâtiment ?

Nous avons été impactés par la transition numérique. C’est un sujet que nous avons pris à bras le corps dès 2014. Nous avons créé un centre de ressources numériques. Nous intégrons de plus en plus la technologie numérique en amont de la construction. Ce sont des technologies qui nécessitent de la formation. Nous accompagnons donc des jeunes dans nos centres de formation, mais aussi des demandeurs d’emploi. D’où la nécessité de travailler avec Pôle emploi sur la formations des demandeurs pour les caper en termes de compétences et qu’ils intègrent ces nouvelles technologies avant d’arriver dans l’entreprise.
L’autre facteur d’influence est la transition énergétique et écologique, avec tous les nouveaux matériaux qui arrivent dans la construction et qui nécessite de nouvelles techniques de mise en œuvre.

Cela fait-il évoluer les profils et niveaux de qualification recherchés ?

Oui, puisque nous avons besoin de gens qui ont des compétences intrinsèques dans chacun des métiers mais, en plus, nous devons y ajouter ces petites briques soit numériques, soit technologiques. Nous ne parlons pas réellement de nouveaux métiers, mais plutôt de métiers qui se transforment et qui s’adaptent.
Notre besoin se situe un peu à tous les niveaux. Le secteur du bâtiment est composé à 75% par une main-d’œuvre ouvrière, mais l’encadrement intermédiaire à la faveur des nouvelles technologies, du verdissement du secteur, du numérique, se renforce. Avant l’encadrement de chantier pesait 10%, nous sommes aujourd’hui presque à 20%. Nous avons une progression de cette demande en encadrement avec des chefs de chantier, des conducteurs de travaux et des fonctions support et administratives. Les niveaux les plus élevés, c’est à dire les ingénieurs, progressent également, mais dans une moindre mesure.

Comment travaillez-vous avec Pôle emploi ?

Nous avons renoué des relations de qualité depuis quelques années. Il y a des dispositifs qui sont performants : les POEC, les POEI, l’immersion de personnes en entreprise avant qu’elles soient recrutées, et puis la personnalisation de la relation avec les chefs d’entreprise grâce aux correspondants métier bâtiment dans les agences. Les opérations comme #VersUnMétier ou la Semaine du bâtiment aident aussi à retisser des liens solides et de confiance.

 

La Fédération régionale du Bâtiment de Bretagne

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

70,7 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.