Article

Lab d’innovation territorial

Comment un lab territorial fonctionne ?

Publié le  01/07/2019

A l’image du LAB Pôle emploi, un Lab territorial est un espace, où peuvent échanger collaborateurs et usagers de Pôle emploi, partenaires et startups dans le domaine de l’emploi lors de sessions collaboratives animées par une équipe dédiée en utilisant des méthodes de créativité.
Pour notre région, les labs territoriaux sont itinérants et sont portés par 3 structures, Pôle emploi, la Direccte et le Conseil régional. S’y associent de nombreux partenaires en fonction des thématiques choisies.
Il vise à développer de nouveaux services innovants pour les usagers en co-construisant de nouvelles solutions avec eux.
C’est aussi un outil de transformation interne de Pôle emploi, en associant les collaborateurs dès la conception du projet, en diffusant de nouveaux modes de travail et une culture de l’innovation.
Pendant le lab on donne la parole aux structures, aux usagers, aux employés et aux demandeurs d’emploi susceptibles de se diriger vers ce secteur, on s’inspire d’expériences menées dans d’autres secteurs et on propose des solutions concrètes.

Et comment sont restituées les idées ?
Lors de la restitution on présente ces pistes factuelles pour que les acteurs du secteur s’en emparent, on va vers du concret.

Pour exemple, un Lab territorial – titré «remue-méninges sur l’aide à domicile» s’est tenu à Vierzon (18) les 23 et 24 avril 2019 et le mercredi 13 juin l’agence de Vierzon a reçu pour la 2nde fois les acteurs du secteur de l’aide à domicile, pour mettre en œuvre la traduction opérationnelle du lab territorial.

Retour au lab !
La 1ère rencontre a eu lieu dans le cadre d’un lab territorial mené par les acteurs de l’emploi du département du Cher : La Direccte, le Conseil régional et Pôle emploi d’une part, les opérateurs et utilisateurs des services étudiés d’autre part.
Sur un thème d’actualité, le LAB « remue-méninges pour l’aide à domicile » s’est déroulé les 23 et 24 avril dernier. 
La restitution de ce lab a été co animée par Esther Garcault, de la direction régionale de Pôle emploi, et d’Anne Rivière, Chargée de développement emploi territoires à la Direccte.
3 problématiques ont été traitées durant cette session : 

  • La mutualisation des offres pour proposer une offre plus attractive (tendant vers le temps plein) et pour rompre l’isolement.
  • L’amélioration des conditions de travail (hors salaire)
  • La sécurisation des parcours : de l’identification du candidat à l’intégration durable.

Un programme bien chargé et un constat de problématiques récurrentes mettant en avant prioritairement les conditions de travail du secteur.

Des constats 
Le morcellement du travail créé l’isolement, le relais des consignes est difficile, des regards croisés ne sont pas simples, la charge émotionnelle que l’on ne débriefe pas en équipe, cela ne facilite pas la pérennité des postes et provoque un turnover important… 
Le métier de l’aide à domicile souffre d’un déficit d’image, comme le dit Anne Rivière : « et pourtant ce sont des métiers intéressants, les conditions changent, on peut aujourd’hui y faire carrière. »

Des pistes d’améliorations multicanales
Avoir des solutions, accessibles et faciles à mettre  en place, de réelles pratiques pour pérenniser l’emploi. Par exemple :

  • la mise en place d’échanges de pratiques professionnelles, à la fois pour les aides à domicile et les responsables de secteurs et de structures dans un lieu neutre,
  • un accès numérique pour toutes les aides à domicile, avec mise à jour en temps réel des fiches de mission, des plannings, des fiches d’amélioration,
  • la co-construction des plannings
  • la création d’une équipe « volante » inter-structures
  • l’accompagnement du parcours d’intégration du nouveau recruté avec fiche d’évaluation et séquencement des entretiens
  • etc …

Bien que les problématiques soient connues et régulièrement traitées de manière individuelle par les entreprises présentes, l’universalité de chaque question permet de mettre en avant la nécessité de trouver une solution commune au problème. Le lab permet de sortir du «… on connait le problème, on propose des solutions mais elles ne conviennent jamais… »  par une prise de conscience. Ce constat est le début de la solution, le fait de se poser ensemble et de réfléchir à une solution perfectible et évolutive,  on redonne  confiances aux protagonistes.

Des usagers convaincus
Une évidence, ce métier ne s’improvise pas. « On ne fait pas de l’aide à domicile car on ne sait rien faire d’autre, on vient et on reste dans l’aide à domicile car on a de l’empathie, il faut un cœur gros « comme ça ! » » souligne une personne bénéficiaire qui avoue avoir besoin de façon vitale des personnes l’aidant à rester à domicile mais qui n’aurait jamais pu faire ce métier. « Ce n’est  pas n’importe quel métier, on entre dans l’intimité des personnes »

En conclusion, à l’issue du LAB, les sponsors ont été impressionnés par la qualité des propositions « des idées très concrètes, beaucoup plus que dans certains groupes de travail déjà menés par le passé sur le même sujet ! », « beaucoup de matière, beaucoup de substance, on va pouvoir continuer et enrichir nos travaux et même en réajuster certains grâce à toutes ces productions ». Les salariés des structures se sont aussi exprimés  « il n’y a pas de tabous lors de ce type de session, on peut parler librement et du coup, c’est bien plus constructif ! »
Une 3ème phase commence maintenant : la prise en compte réelle des propositions, la volonté de les tester et de les partager en inter-structures…

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

70,7 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.