Article

Pour Veolia, l’apprentissage reste « un vecteur privilégié d’embauche »

S’il est des métiers qui ont démontré leur utilité pendant la crise sanitaire, ceux liés à la collecte et au traitement des déchets, à la gestion et à l’approvisionnement en eau ou à la production d’énergie, en font clairement partie. Plus que jamais, l’apprentissage apparaît comme une porte d’entrée privilégiée dans ces métiers. Rencontre avec Jean-Marie Lambert, DRH de Veolia.

Publié le  25/06/2020

JM-Lambert_art_org.jpg

 

Quelques semaines après la fin du confinement, comment envisagez-vous la reprise ? 

Veolia a assuré pendant la crise sanitaire l’apport de services essentiels à la population – eau, collecte des déchets, énergie - et n’a jamais cessé de travailler. Cela nous a conduit à relever dans la période d’importants défis, techniques, organisationnels, managériaux, pour assurer, pendant le confinement, cette continuité d’activité, et garantir l’équilibre entre la très forte sollicitation de la population et la sécurité de nos collaborateurs.

Mais aussi, à l’heure du déconfinement, un retour aussi rapide que possible de tous nos collaborateurs sur nos sites, dans les meilleures conditions de sécurité. Alors que les différents acteurs économiques, notamment industriels, sont aujourd’hui engagés dans un redémarrage de leurs activités, nous sommes tout à fait opérationnels pour les accompagner. De la même manière que nous avons été là pour les soutenir pendant la crise, nous sommes là pour les soutenir dans la reprise. 
 

Quelles sont vos priorités au niveau des ressources humaines ?

Nous avons pour priorité de maintenir les compétences de nos collaborateurs et de soutenir la formation. Les mesures annoncées sur l’apprentissage peuvent y contribuer.
Surtout, dans cette période si particulière, nous devons plus que jamais prendre soin de la santé de nos collaborateurs. Nous sommes également très vigilants dans la prévention des risques psycho-sociaux, que ce soit pour les collaborateurs qui sont restés sur le terrain ou pour ceux qui ont travaillé à distance.

Nous sommes par ailleurs très attentifs à la bonne mobilisation de chacun de nos collaborateurs, le télétravail prolongé, voire le chômage partiel pour certains, pouvant conduire à la nécessité de réaborder avec eux leurs objectifs professionnels.
Protection de la santé, mobilisation des collaborateurs, maintien des compétences : en résumé ce sont nos 3 priorités RH. 
 

Protection de la santé, mobilisation des collaborateurs, maintien des compétences : ce sont en résumé nos 3 priorités RH.


Justement, vous êtes fortement engagés en matière d'apprentissage. Quelle politique allez-vous suivre en la matière ?

Nous avons l’intention de continuer dans la même lancée, c’est-à-dire de maintenir nos recrutements d’apprentis. Certains de nos métiers sont en tension et nous devons maintenir et développer les compétences dans ces activités. Pour nous, l’apprentissage a toujours été un vecteur privilégié d’embauche.

 

Quels sont ces métiers en tension que vous identifiez aujourd’hui ? Comment s’y former ?

Nous avons pour nous d’être un groupe attractif, même si certains postes peuvent être plus difficiles à pourvoir dans certains bassins d’emploi. C’est classiquement le cas pour les postes d’électromécaniciens, pour ceux liés au tri, ou aux canalisations. La crise sanitaire aura montré toute l’importance de ces métiers. Les métiers en tension peuvent aussi se retrouver au sein des fonctions supports, des agents de paie aux divers métiers du digital. Surtout, les conséquences de la crise font que, de manière générale, les métiers autour de l’hygiène, de la santé et de la sécurité vont être de plus en plus demandés.

S’agissant de la formation à ces métiers, c’est précisément le rôle de l’apprentissage, où nous jouons tout notre rôle pour permettre à des talents de développer des compétences spécifiques à notre secteur, et d’évoluer ensuite sur des métiers à forte technicité.
 

Quels conseils donneriez-vous à un candidat qui souhaiterait rejoindre Veolia ? 

En dehors des compétences nécessaires, un candidat doit avoir conscience qu’il souhaite rentrer dans une entreprise au service de la population, et donc il devra avoir le sens du service et du travail en équipe. Nos collaborateurs doivent avoir une certaine facilité de contact, être à l’aise avec tous les niveaux hiérarchiques et être ouverts aux autres : nous sommes à l’image de la population française et nos collaborateurs sont le reflet de la diversité de celle-ci. La motivation, l’envie d’évoluer dans l’entreprise et d’agir concrètement en faveur de l’environnement et du progrès humain, au cœur de notre raison d’être, sont également des critères clés. En quelques mots, être un “ressourceur”, comme nous nous définissons, c’est être à la fois déterminé, optimiste, avec le sens du collectif.
 

Quelles sont vos canaux de recrutement ? 

Hormis l’apprentissage, nous recevons souvent des candidatures spontanées et pouvons également établir le contact sur les réseaux sociaux. Pour les non-cadres, notre recrutement est essentiellement local. Nos DRH de région disposent de réseaux efficaces avec Pôle emploi où ils trouvent des conseillers à l’écoute de nos besoins et qui savent les anticiper. 
Enfin, comme je vous le disais, nous favorisons l’embauche de nos apprentis. Les formations que nous dispensons sur nos campus nous permettent, en particulier, de doter nos futurs collaborateurs des qualifications précises dont nous avons besoin pour exercer nos métiers. 

 

Quelles sont les perspectives du marché de l’emploi sur votre secteur ? 

À court terme, cela dépendra de la dynamique de l’activité. Mais, à long terme, nous aurons toujours besoin de renouveler notre personnel opérationnel. Ces métiers vont continuer à évoluer et devoir s’adapter aux techniques modernes, comme l’automatisation ou la digitalisation, pour avoir un impact toujours plus grand au bénéfice de l’environnement. En termes d’emplois, cela signifie qu’il faudra veiller à la fois à l’évolution des métiers traditionnels et à la formation de ceux qui les occupent, et à la création de nouveaux métiers, avec le recrutement de profils différents. Cela a d’ailleurs déjà commencé, avec le déploiement de télé-relevés dans l’eau, de collecte intelligente dans les déchets, des centres d’hypervision pour analyser les données et optimiser nos performances dans tous nos métiers… 

Quoi qu’il en soit, les mois que nous venons de vivre auront permis de renforcer les fondamentaux du groupe, qu’il s’agisse de la culture du service ou de l’importance accordée aux questions de santé et sécurité. Quelle que soit la diversité de nos métiers, et les géographies dans lesquelles nous opérons, nous aurons renforcé notre cohésion, au service de nos clients et de nos territoires. 
 

L’emploi chez Veolia en chiffres

 

179 000 collaborateurs à travers le monde
2 600 000 heures de formations sont dispensées chaque année auprès de nos collaborateurs
Plusieurs centaines de postes sont ouverts en alternance dans les différents métiers de Veolia en France en 2020.

Les métiers de l’eau, de l’énergie, du recyclage et de la valorisation des déchets vous intéressent ? Les 4 centres de formation des campus Veolia délivrent 18 diplômes et titres professionnels en alternance.

Pour en savoir plus : https://www.campus.veolia.fr/
 

Plus d'actualités

Article

Éolien maritime : un secteur qui recrute

Nouvelle filière, plus de 800 emplois créés entre 2018 et 2020, collaboration étroite avec Pôle emploi… Vents favorables pour l’éolien maritime chez General Electric. Pour en parler, Florence Martinez Flores, DRH de LM Wind Power, filiale du Groupe à Cherbourg, et Augustin Cloix, Responsable RH de GE Renewable Energy à Saint-Nazaire.

Article

Alexandre Waquier, créateur d’entreprise : «Pôle [...]

Diplômé en 2010 de l’Institut d’Etudes Politiques de Toulouse, Alexandre Waquier a commencé sa carrière dans une entreprise américaine de technologies d'analyse vidéo pour le sport de haut niveau. Il y est resté cinq ans comme commercial, puis a managé pendant deux ans une de leur filiale dans le video learning pour la formation, qui a finalement été fermée. Après une courte période de chômage, il a décidé de créer sa société, Vyfe, dont il est aujourd’hui président salarié avec trois autres personnes.

Article

« Recruter sur nos engagements et nos valeurs »

Capitalisant sur les propriétés des plantes, micro-organismes ou algues, les biotechnologies développent de nouvelles applications durables dans la pharmaceutique, la nutrition ou la cosmétique. A l’image du groupe auvergnat Greentech, ces sociétés font de leurs engagements environnementaux une force pour recruter au cœur des territoires. Rencontre avec Jean-Yves Berthon, son président.

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

74,4 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.