Film et vidéo

Article

Climbing District : « Avant les compétences, nous cherchons des gens qui ont envie de faire »

Le Moment Pro est le nouveau talk-show digital de Pôle emploi dédié aux recruteurs et professionnels en général. Dans chaque épisode, nous pouvons retrouver les services de Pôle emploi destinés aux entreprises afin de les accompagner dans leurs problématiques RH.

Publié le  04/10/2021

antoine-paulhac_art_org.jpg

Rencontre avec Antoine Paulhac, fondateur et CEO de Climbing District et invité du premier épisode du Moment Pro. 

Pouvez-vous présenter Climbing District en quelques mots ?

Climbing District est un espace d’escalade à Paris, que nous avons fondé en 2019 avec deux autres associés, tous les trois grimpeurs, bien qu’à des niveaux différents, l’un des trois étant entraîneur de l’équipe de France d’escalade. Nous avions à cœur de proposer une salle d’escalade de bloc accessible et ouverte à tous. Nous nous sommes rapidement pris au jeu en levant des fonds pour ouvrir une seconde salle et ne comptons pas nous arrêter là, nous avons deux autres projets d’ouverture à brève échéance.

En plus de l’aspect sportif, l’idée est de servir de point d’ancrage dans un quartier, pour créer une synergie avec les commerces proches, générer un flux de personnes et participer à la vie locale. La ville de demain s’écrit à 15 minutes à pied de chez soi. Par exemple, nous ne proposons pas de restaurant, pour ne pas faire concurrence aux éventuels restaurateurs proches. Nous cherchons, dans un premier temps, à créer un maillage local sur un terrain que nous connaissons bien : Paris.
 

Comment se manifeste votre démarche d’employeur ?

Nous recrutons des gens qui ont une appétence pour le sport, en plus de leurs compétences métiers. Nous sommes toutefois attentifs à ne pas embaucher que des passionnés d’escalade pour conserver un œil perpétuellement neuf sur notre activité.

Nous cherchons des gens qui font, qui ont envie de faire. On explique souvent à nos salariés qu’ils peuvent tester leurs idées, être autonomes. C’est avec cet état d’esprit qu’ils pourront évoluer, comme l’un d’eux est passé de la vente en salle au poste de directeur adjoint de notre deuxième salle. 

Cette autonomie et cet esprit faiseur nous permettent de nous appuyer sur nos collaborateurs pour espérer une croissance rapide. C’est grâce à eux que nous pouvons doubler nos effectifs en créant une nouvelle salle, et bientôt doubler encore.

Les gens qui font le boulot sont ceux qui sont sur le terrain tous les jours. Nous ne pouvons pas nous permettre de rester dans notre bureau et d’avoir des idées inapplicables. Ma démarche employeur est donc : comment permettre à nos collaborateurs d’animer la salle, les équipes, et de les faire adhérer au projet pour qu’ils s’en emparent ?
 

Quelles sont vos problématiques RH en termes de recrutement, de formation et de modes de travail ?

Le recrutement est difficile, principalement parce que nous recherchons des profils polyvalents, disposant à la fois de compétences de vente, d’accueil ou apparentées à celles que l’on retrouve dans l’hôtellerie-restauration. Nous privilégions, dans la sélection des candidats, l’état d’esprit à la compétence pure. Cela passe par le ressenti en entretien, le savoir-être du candidat, son envie, son adhésion au projet, une candidature spontanée ou les recommandations via nos équipes actuelles. Le recrutement est généralement plus simple dans le réseau de nos équipes, ce qui permet également de valoriser et d’aller plus vite dans le process de recrutement. 

Concernant la formation, nous devons faire avec l’idée que nos équipes ne sont pas tout le temps ensemble à cause des horaires d’ouverture amples et bientôt des nouvelles salles. Comment donc véhiculer la culture d’entreprise et les valeurs ? Il n’y a pas de secret : il faut passer du temps avec les gens, discuter, former, non seulement aux process, mais surtout à l’expérience Climbing District.
 

Vous proposez des espaces de coworking dans vos salles d’escalade. Un mot sur votre volonté de lier sport et travail ?

Au-delà de l’escalade, beaucoup de gens cherchent à créer une communauté, à se lier à un lieu. L’idée chez Climbing District est donc de créer un espace de vie pour mélanger le travail, le lien social et le bien-être, de permettre à tous de profiter de l’endroit sans la contrainte.

Beaucoup de gens travaillent dans des cafés. Ils apprécient l’ambiance, le fait de pouvoir restés concentrés dans leur bulle. Ici, ils viennent pour travailler et alterner avec une séance de grimpe… jusqu’à téléphoner en escaladant pour certains !

C’est pour cette raison que nous cherchons un positionnement plus premium que les autres salles, avec une attention au client plus poussée. Nos douches sont individuelles, les vestiaires sont équipés et confortables, ce qui permet d’enchaîner l’escalade avec le reste de la journée sans avoir à transporter une serviette mouillée ou à prendre des douches collectives par exemple. C’est plus pratique et agréable pour enchaîner sur une après-midi active.
 

Le covid-19 a-t-il changé quelque-chose dans votre activité ?

Nous avons subi une fermeture administrative suivie d’une ouverture dérogatoire. L’occasion de prendre nos responsabilités avec mes associés, puisque nous avons opéré la salle seulement tous les trois durant cette période. 

J’en retiens que tout le monde, fournisseurs, partenaires, a joué le jeu. Ça nous a permis de nous en sortir la tête haute.
 

Comment Pôle emploi vous aide-t-il à remplir vos objectifs RH ?

Nous postons systématiquement nos offres sur les sites de Pôle emploi, ce que je vois comme un moyen de jouer notre part dans l’écosystème économique au sens large. Nous recevons également des profils suggérés par nos conseillers Pôle emploi, ce qui nous fait gagner du temps.

Lors de nos recrutements de fin d’année dernière nous avons reçu 600 CV, réalisé 50 entretiens pour recruter 5 personnes au final. Le recrutement est très chronophage mais essentiel. Si nous utilisons depuis peu les services de Pôle emploi par manque de proactivité, je pense que nous ferons bientôt appel au job-dating organisé par Pôle emploi par exemple, qui est un bon moyen de présélectionner des candidats et de les rencontrer rapidement.
 

Plus d'actualités

Article

« Uniques » : Diversidays célèbre ses différences

Depuis 2017, l'association Diversidays, partenaire de Pôle emploi, s'est donnée pour mission de « faire émerger les talents sous-représentés ou discriminés dans les métiers et entreprises du numérique ». Avec l'événement « Uniques » organisé à l'Olympia, elle a donné un bel aperçu des valeurs qui animent son action.

Article

L'entrepreunariat féminin va de l'avant

Si l'égalité professionnelle entre hommes et femmes progresse, celle-ci n’est pas encore acquise dans le domaine de l'entrepreneuriat. Face à cette situation, de multiples acteurs soutiennent les femmes qui se lancent dans l'aventure, à commencer par Pôle emploi.

Article

Pôle emploi, partenaire de la semaine nationale [...]

Les métiers du numérique sont aujourd’hui en tension. Malgré la très forte croissance du digital, le secteur manque de talents et les entreprises peinent à recruter.

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

74,4 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.