Article

La Croix-Rouge française : des métiers exigeants et essentiels

Mouvement humanitaire de portée mondiale, la Croix-Rouge française est également un acteur historique du secteur médico-social, qui emploie plus de 18 000 salariés. Alors que le secteur est confronté à d'importants enjeux de valorisation de ses métiers, et afin d'en savoir plus sur les actions de recrutement et de formation menées par l'association, nous avons interrogé trois représentantes de sa direction des ressources humaines.

Publié le  20/07/2021

Quel bilan tirez-vous de la période traversée depuis le début de la crise du Covid ?

Charlotte Ballero (Directrice des ressources humaines) : Alors que la majorité du pays et de la planète était mise à l’arrêt, la Croix-Rouge française a fait preuve d’un engagement sans faille, fidèle à ses principes. Nos 16 700 salariés (répartis entre cinq filières métiers ) au sein de nos 482 établissements, ont assuré la continuité des services, dans le respect des mesures sanitaires. 

La crise sanitaire a eu un fort impact social, économique et financier sur notre organisation, mais nous avons pu observer des équipes engagées et motivées : ça a été une période très dense pour toutes les équipes qui ont dû adapter leurs manières de travailler. Par exemple, dans la filière formation, une partie des salariés s’est retrouvée en chômage partiel, en raison de la fermeture administrative des organismes de formation continue. Ceux qui le souhaitaient ont eu la possibilité de prêter main forte aux établissements, avec un maintien total de leur rémunération. Nous avons mis en place en un temps record une plateforme téléphonique « Croix-Rouge chez vous », qui a permis aux étudiants, aux bénévoles et aux salariés volontaires de participer au dépistage, d'aller livrer des repas, ou encore d'assurer depuis leur domicile des missions de coordination logistique, d’écoute ou de formation. Ils ont vraiment bravé les conditions particulières du moment. Il faut souligner aussi le rôle des supports qui n'ont pas ménagé leur peine.

 

« Ce sont des métiers d'avenir, porteurs de sens »


Quelles sont les spécificités de vos métiers ?

Charlotte Ballero : Nos métiers sont particulièrement exigeants physiquement et émotionnellement, mais bel et bien essentiels. Nous sommes en train de travailler sur la stratégie 2021-25 de la Croix-Rouge française, avec un nouveau projet associatif, et avons décidé de porter une stratégie de marque employeur qui n'est pas vue sous un prisme étroitement RH. Notre récente campagne, « c’est mon métier et bien plus », cherche précisément à valoriser l’attractivité et la reconnaissance de ces métiers. Il y a une centaine de métiers qui existent dans nos structures, avec également des métiers en dehors du médico-social. Ce sont des métiers d’avenir, porteurs de sens, et qui constituent une réponse aux envies d’agir et de s’engager de notre jeunesse et de nombreuses personnes.

Leurs spécificités ont été propulsées sur le devant de la scène lors du premier confinement.
Nous menons parallèlement de nombreux plaidoyers pour faire remonter l'attractivité de nos métiers, qui s'inscrit dans un cadre plus large, par exemple au sein de la mission El Khomri sur les métiers du grand âge, et plus récemment au travers de nos actions sur le Ségur de la Santé. 
 

Quels sont les métiers pour lesquels les besoins de recrutement sont les plus importants aujourd'hui ? Est-ce que certains profils sont particulièrement difficiles à trouver ?

Delphine Botta (recruteur community manager) : Le marché du travail a fortement évolué ces dernières décennies. Et les secteurs du social, du médico-social et du sanitaire n’y échappent pas. Les métiers pour lesquels les besoins de recrutement sont les plus importants sont ceux d'aide-soignant, d'infirmier, d'auxiliaire de puériculture, d'aide de vie, mais aussi ceux de travailleur social (moniteur éducateur, éducateur spécialisé…) de formateur du sanitaire et de médecin généraliste.
Pour des métiers comme ceux d'aide-soignant ou d'infirmier, il y a aujourd'hui une forme de concurrence entre les contrats en CDI, et les emplois en CDD et intérim d'autre part, qui permettent aux personnes de garder une certaine souplesse dans leur organisation de travail. Et dans les bassins d'emploi en tension, cela peut favoriser une certaine instabilité des équipes de travail.
 

croix-rouge_art_org.jpg

 

Comment se déroulent vos relations avec Pôle emploi ?

Delphine Botta : Afin de réduire les difficultés de recrutement et d’améliorer la sensibilisation des candidats sur les carrières existantes dans cette filière, Pôle emploi et la Croix-Rouge française décident au niveau national d’élaborer un plan d’action.
Ces relations visent à faciliter et à préparer la mise en œuvre opérationnelle d’actions communes dans les territoires, plus particulièrement dans le cadre de #Tousmobilisés, dispositif phare de Pôle emploi pour lutter contre les difficultés de recrutement et soutenir le plan de relance. L’évolution des métiers de la filière sanitaire et sociale participant à leur attractivité, la Croix-Rouge française pourrait être sollicitée pour participer aux études menées par Pôle emploi afin d’apporter son témoignage (mutations du rapport au salariat, précarisation, saisonnalité…). 

Chaque structure gère ses propres recrutements et a créé une relation de proximité avec son agence locale, et en lien avec notre DRH. Plus précisément, nous avons participé à des forums de recrutement et à des webinars en Ile-de-France et en Guyane, pour répondre à des problématiques de recrutement local. 
 

En janvier 2020, vous avez ouvert votre propre CFA national. A quels métiers forme-t-il et combien d'apprentis peut-il accueillir ? 

Marie-Luce Rouxel (directrice déléguée à la formation) : Le 1er janvier 2020, nous avons ouvert notre CFA Croix-Rouge qui se déploie progressivement dans toutes les régions de France où nous sommes implantés. Par cette modalité d’accès au diplôme, nous comptons former à tous nos métiers du sanitaire, social et médico-social, soit 22 métiers. En 2020 nous avons ouvert des CFA en Centre Val-de-Loire, en Ile-de-France et en Occitanie. Nous avons accueilli plus de 500 apprentis cette année et projetons d’en accueillir plus de 1600 durant l’année 2021-2022. Ils seront placés au sein de nos propres établissements et dans des établissements de groupements partenaires chez des entreprises partenaires (Orpea, Korian, Domidep…).
 

« L'apprentissage permet de construire son autonomie »


La période que nous venons de traverser a rendu l'entrée des jeunes sur le marché de l'emploi plus compliquée. Dans ce contexte, avez-vous déployé des actions particulières en faveur de leur recrutement, ou encore de leur intégration aux équipes ?

Charlotte Ballero : En 2021, nous avons lancé une stratégie RH avec un objectif affiché de recruter 500 alternants et 1200 jeunes en CDI pour les 2 années à venir. Plus précisément, nous allons proposer des contrats en alternance au sein de nos établissements sur les métiers en tension précités, et des jobs étudiants, à temps plein ou temps partiel, pour des postes de remplacements de congés sur la période estivale. Cela pourra aussi se faire dans le cadre de leur parcours étudiant : pour des missions administratives, des métiers du social et du médico-social, avec l’accompagnement d’un mentor, et selon le cas, une formation « cœur de métier » à la clé. Nous travaillons aussi à développer l'attractivité de notre secteur, par exemple avec une campagne de films-portraits sur YouTube pour faire découvrir au grand public la diversité de nos métiers. 

Par ailleurs, nous avons adhéré depuis le mois de mars à la plateforme gouvernementale 1jeune1solution.gouv.fr et proposons des offres à destination du public jeune. Enfin, nous proposons à nos jeunes en fin de service civique des postes en CDD ou CDI, pour leur permettre de continuer leur aventure au sein de la Croix-Rouge française. « Dans l'aide à domicile.
 

« Dans l'aide à domicile, il y a un enjeu de montée en compétences managériales des chefs de service »


Y a-t-il de nouveaux métiers qui émergent particulièrement ?

Charlotte Ballero : Notre secteur évolue constamment, à travers les techniques utilisées, les publics accueillis, les modes de prise en charge et la complexification des modes de financement. La montée en puissance du digital nécessite notamment un accompagnement via la formation des professionnels à l’utilisation des logiciels métiers déployés. Dans nos établissements, il y a une évolution vers la polyvalence aide et soin, établissement et domicile. Dans le domaine du soin se développe le métier de coordinateur de parcours, dans le domaine du handicap celui de chargé d’insertion professionnelle, et dans le domaine de l’exclusion, avec l'évolution de la prise en charge des personnes en milieu ordinaire (exclusion), il y a le métier de conseiller en gestion locative. Enfin, dans l’aide à domicile par exemple, il y a un double enjeu : la montée en compétences managériales des chefs de service afin d’accompagner leurs équipes vers les nouveaux enjeux du secteur, et le développement des compétences autour des techniques commerciales et de la gestion prospective pour les responsables de secteur. 

Ainsi, de nouveaux métiers émergent tandis que, dans le même temps, des métiers existants doivent s’enrichir de nouvelles compétences, et les salariés être acteurs de leur parcours professionnel. C’est cet objectif d’accompagnement des trajectoires et des personnes que poursuivent toutes les équipes RH de la Croix-Rouge française au quotidien.
 

Plus d'actualités

Article

Le prêt de main-d’œuvre, un outil au service de la [...]

Pour venir en aide aux secteurs en difficulté face à la crise économique et sanitaire, l’État a assoupli les démarches permettant de recourir au prêt de main-d’œuvre entre entreprises. Laetitia Chaynes, co-fondatrice de Coopair, plateforme dédiée au prêt de main-d’œuvre dans l’aéronautique, nous partage sa vision du dispositif.

Article

Recruter de façon efficace et innovante : [...]

Pôle emploi consacre le quatrième épisode de son rendez-vous L’Émission, le talk show digital dédié à l’emploi, à la question des offres d’emploi. Au programme de cette émission : Comment faire se rencontrer de façon innovante les recruteurs et les demandeurs d’emploi ? Comment décrypter les différentes techniques de recrutement imaginées par les entreprises pour se différencier ? Comment (re)découvrir la palette de services mis à disposition des employeurs par Pôle emploi ? L’occasion pour Guillaume Faurie, Directeur des Ressources Humaines de PSA Retail France, de partager ses bonnes pratiques en la matière et sa vision.

Article

Emplois passerelles, la voie directe vers la [...]

Contrats passerelles, transitions collectives… tous visent un même objectif : permettre aux personnes en insertion ou aux salariés dont l’emploi est menacé de se réorienter vers des emplois de branches en tension ou en fort besoin de recrutement, sans passer par la recherche d’emploi.

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

74,4 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.