Article

L'environnement de travail en images

En cette période de changement des conditions de travail, Wipplay et Pôle emploi s'associent pour réfléchir sur nos univers de travail, à travers un concours de photographie.

Publié le  10/02/2021

Depuis le 6 janvier et jusqu'au 27 février, les photographes sont invités à rendre hommage aux travailleurs, en partageant leur regard sur la thématique « Mon environnement de travail ». Une démarche que nous ont expliquée Julie Plus, CEO de Wipplay, et Brigitte Patient, journaliste passionnée de photographie et membre du jury.

 

En quoi consiste l'activité de Wipplay ?

Julie Plus : Wipplay est une entreprise de la culture et du numérique, qui manie deux savoir-faire. C'est un réseau social dédié à la photographie, sur lequel se croisent des étudiants en école d'art des quatre coins du monde, des professionnels, des journalistes et des médias de la photo. C'est un réseau social sur lequel se croisent tous les acteurs de la photographie. 

Et nous manions un deuxième savoir-faire, l'intelligence collective, pour une raison assez simple. Aujourd'hui, qu'on soit d'accord avec ça ou qu'on le regrette, les gens se racontent en images. Et en mettant plein d'images bout à bout sur un sujet donné, nous obtenons une cartographie visuelle du sujet. Nous essayons d'être un site très éthique. 

Nous faisons partie de cette génération d'entreprises numériques très soucieuses de la relation avec leur public direct. Et ça fait partie de l'ADN de Wipplay, nous sommes aussi une entreprise populaire, c'est-à-dire accessible à tous. Il y aussi l'idée de culture populaire, nous essayons de dédramatiser les sujets, d'y mettre un peu de pétillant et d'humour, et cetera. 
 

Pourquoi avez-vous décidé de mettre en place ce concours, en partenariat avec Pôle emploi et le festival Usimages ?

Julie Plus : Nous portons chaque année trois ou quatre projets « pro bono », menés gratuitement. Par exemple, pendant le confinement, nous avons épaulé l'AP-HP en leur reversant de l'argent. C'est la raison pour laquelle nous avons proposé à Pôle emploi de les accompagner dans le cadre du programme "Tous mobilisés", sur la question de la compétence. Il va y avoir une trilogie de concours avec Pôle emploi, et nous avons conçu, avec le festival Usimages, un premier sujet sur l'environnement de travail. 

Pour  répondre au morcellement que l’on peut observer aujourd’hui dans la société, pour des raisons économiques et aussi psychologiques, nous nous sommes dit avec Pôle emploi que finalement, raconter des sujets du travail, c'était déjà faire réfléchir la population sur des sujets communs. À la fin du concours, nous choisirons avec le jury les meilleures images. Ces images vont passer au crible de l'oeil de Brigitte Patient, de photographes conviés, mais aussi de sociologues du travail qui vont devoir chacun raconter pourquoi ces images sont les meilleures et ce que veut dire une « bonne » image qui raconte l'environnement de travail. Il y a des critères esthétiques, mais aussi de contenu, et ces meilleures images seront exposées lors du festival Usimages, organisé par l'agglomération Creil Sud Oise, du 17 avril au 20 juin 2021.

 

La notion d'environnement de travail a complètement débordé des limites


Brigitte Patient, comment définiriez-vous la notion d'environnement de travail ?

 

BPatient_art_org.jpg

Brigitte Patient : En ce moment avec cette pandémie, la notion d'environnement de travail a complètement débordé des limites que pouvaient être le bureau, l'usine, le commerce. Par exemple, chez moi, c'est mon environnement de travail. Nous voyons une fenêtre avec la campagne, un lit, une porte fermée parce que peut-être que quelqu'un va arriver. Donc c'est une notion qui est totalement éclatée, bouleversée depuis l'arrivée de la Covid-19. Comme ça, je pense à des bureaux vides, à des open spaces totalement désertés, à des couloirs vides. 

Et je pense à tous ces lieux qui sont devenus des lieux de travail, qui sont des lieux au départ privés, des lieux de famille. Puisque beaucoup sont en télétravail, avec des sons, avec des corps qui sont posés différemment. Et peut-être qu'on retrouvera ça dans les photographies.
 

Julie Plus : Au-delà de la chaise, de la position... il y a ceux pour qui la confrontation au public, à d'autres collaborateurs, aux clients ou consommateurs, ne change pas. Et il y a ceux qui n'ont plus cette chance, et qui sont dans une relation à l'autre qui est numérique. Et après, il y a aussi le fait d'être seul, ou d'être dans un espace où on n'est pas tout seul. 

Donc l'environnement de travail, c'est beaucoup lié à la relation à l'autre. Nous avons fait une réunion avec le magazine « Au féminin », et il s'est trouvé que nous étions sept femmes en visio, un jour de semaine, à 17h30. A un moment donné, la rédactrice en chef s'est excusée   : « excusez-moi, mes enfants jouent au ping-pong dans la salle d'à côté ». Il y en a une autre qui a ri, et a dit « personnellement, je me suis cachée dans le placard à balais pour que mon fils de trois ans ne vienne pas m'embêter pendant la réunion ». Moi j'avais ma fille qui avait cours de chant. C'est ça l'environnement de travail aujourd'hui. 

Brigitte Patient : Quand on parle d'environnement de travail, on parle de travail salarié, mais on n'évoque pas souvent le travail domestique, c'est-à-dire tout le travail qui est effectué, par une femme souvent, peut-être aussi par certains hommes. La charge mentale des femmes, ça peut être un sujet.

Et quels seront les critères de vos choix de photos, pendant ce concours ? Avez-vous des critères particuliers ?

Brigitte Patient : Il faut que la photo me raconte une histoire, qu'elle m'emmène dans un univers. J'aime beaucoup la découverte, être en face de quelque chose qui va nous surprendre, nous faire rêver, nous étonner. Que la photo ne passe pas inaperçue, c'est un premier critère, avec son cadrage, ses couleurs ou ses noirs et blancs, avec ses nuances. Il y a des photographes qui explorent vraiment ce sujet, donc il faudra qu'il y ait de la surprise, quelque chose peut-être de piquant, de drôle ou de dramatique. Ce qui serait bien aussi dans ce concours, ce serait que toutes les catégories de métiers soient représentées. 
 

Est-ce que vous avez des références particulières en tête, de photographes ayant abordé le monde du travail ? 

Brigitte Patient : Il y a par exemple Raphaël Helle, qui a fait un travail sur « la Peuge », l'usine PSA en Franche-Comté. Certaines de ses photos ressemblent à des images d'Enki Bilal, il a un traitement assez particulier sur ses images. Je pense aussi à un photographe que j'ai vu à Usimages il y a quelques années, Michele Borzoni, un photographe italien qui a fait des photos assez impressionnantes sur les call-centers, et sur les centres logistiques. Ce sont des photos très géométriques avec des lignes, et à l'intérieur de ces lignes il y a des gens qui travaillent. 

Et puis Nadège Abadie, c'est une jeune photographe qui a travaillé avec des jeunes. Elle a fait une série qui s'appelle  « Le choix à ». Elle a rencontré quatre ou cinq jeunes, qui ont chacun choisi une voie différente, à l'âge de 17, 18, 19 ans. L'un va devenir prêtre, l'autre va s'engager dans l'armée, l'autre va ouvrir une ferme. Et elle les suit dans cette aventure incroyable, dans leurs environnements de travail qui sont absolument différents. Et enfnenfin, un dernier que j'avais aussi découvert à Usimages, il s'appelle Daniel Challe et il a travaillé sur les docks en Bretagne. 

Conditions de participation au concours et règlement :
https://wipplay.com/fr_FR/concours-photo/monenvironnementdetravail/nav/st-contestphoto-userActionsStatus-true-contestId-343-page-6/
 

Plus d'actualités

Article

Regard d’Albin Serviant, CEO de I/O Media, sur [...]

Parmi les effets de la crise sanitaire, on compte hélas celui de rendre moins urgent la thématique de l’inclusion au sein des entreprises. Pourtant, plus que jamais, ce sujet apparait essentiel pour capter et retenir de nouveaux talents. Le point avec Albin Serviant, CEO de I/O Media.

Article

Index de l'égalité entre les femmes et les [...]

Avec un score de 99/100, Pôle emploi vient de publier au 1er mars 2022 son index de l’égalité femmes-hommes 2021, en application de la loi du 5 septembre 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel.

Article

« L’Émission n°6 » décrypte la façon dont les [...]

La 6e édition de « L’Émission », le talk show digital imaginé par Pôle emploi, aborde l’important sujet de l’influence du numérique sur le marché du travail, et plus particulièrement la façon dont les réseaux sociaux changent la donne pour les demandeurs d’emploi.

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

81,2 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.