Article

Campagne de recrutement tous profils dans l’industrie aéronautique et spatiale

Après une période marquée par la crise de la Covid-19, la filière aéronautique et spatiale renoue avec l’activité et lance une vaste campagne de recrutements.

Publié le  07/06/2022

« L’aéronautique redécolle… et franchement ! » C’est ainsi que Philippe Dujaric, directeur des affaires sociales et de la formation du Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (Gifas), justifie le lancement de la campagne de recrutement « L’aéro recrute » par son organisation. En effet, 15 000 postes sont à pourvoir partout en France cette année, dans l’ingénierie, la production, la maintenance… et pour des candidats dont les diplômes vont du CAP au bac+8.

Un “boom” sur les courts et moyens courriers, la défense, le spatial.


« Si nous n’avons pas encore totalement retrouvé le trafic aérien d’avant-crise, les constructeurs sont en avance de phase : nous avons besoin de recruter pour faire face aux commandes que nous prenons actuellement », explique Philippe Dujaric. Selon lui, si du côté des avions civils les cadences n’augmentent pas pour les longs-courriers, il y a un véritable « boom » sur les courts et moyens-courriers et sur les avions d’affaires. C’est également le cas dans la Défense, « avec les Rafales notamment », et dans le spatial « avec Ariane 6 qui va décoller l’année prochaine ». Autant de projets qui expliquent les 15 000 postes à pourvoir en 2022, sur les 200 000 emplois environ que représentent les adhérents du Gifas en France. « Et ça devrait continuer l’année prochaine », anticipe Philippe Dujaric.

Ingénieurs, techniciens, ouvriers qualifiés recherchés

« Notre filière présente deux caractéristiques, poursuit le directeur des affaires sociales et de la formation du Gifas. Tout d’abord, elle intègre une forte partie de bureaux d’études, recherche et développement avec, par conséquent, un taux d’ingénieurs important. » Ceux-ci, avec les cadres, représentent ainsi la moitié des recrutements prévus cette année. Deuxième caractéristique : elle comprend, en France, une forte activité de fabrication. « Nous employons ainsi beaucoup de techniciens, d’ouvriers qualifiés… », complète Philippe Dujaric, des profils pour lesquels le secteur éprouve justement des difficultés à recruter, et qui représentent l’autre moitié des 15 000 postes à pourvoir.

Les techniciens peuvent travailler dans les bureaux d’études, la maintenance, la qualité, et les opérateurs qualifiés sont quant à eux destinés à l’ajustage, la fabrication des pièces… « Nous avons besoin de drapeurs composites par exemple, de câbleurs, de soudeurs, de chaudronniers, de peintres », détaille-t-il. Si l’Occitanie, sans surprise, regroupe 30 % de ces emplois à pourvoir, et le Grand Sud-Ouest, avec la Nouvelle-Aquitaine, environ 45 %, l’autre partie des emplois sont en Île-de-France, dans les Pays de la Loire, dans la région Sud, en Auvergne-Rhône-Alpes, etc. 
 

Les profils venus de l’artisanat et des autres modes de transports sont les bienvenus

« Nous faisions déjà, avant la crise, face à des tensions dans les recrutements sur certains métiers de production pas très attractifs », souligne par ailleurs Philippe Dujaric, pour qui « c’est encore plus vrai aujourd’hui ». En effet, « les profils aéronautiques, jeunes diplômés et a fortiori expérimentés sont de plus en plus rares », ajoute-t-il. 

Ce qui explique que la filière cherche à augmenter le vivier de recrutements : « on recrute sur savoir-être, sur expérience » même issue d’un autre secteur, explique le directeur. Et de renvoyer aux Certificats de qualification professionnelle (CQP), « passerelles qui permettent à des personnes qui viennent d’autres industries ou d’autres univers », (de l’artisanat notamment), de compléter leurs compétences grâce à des formations de quelques mois, en usinage, câblage aéronautique, peinture, etc. « Nous sommes une industrie de petites séries. Nous aimons donc bien les personnes qui viennent de secteurs dont l’activité est quasiment artisanale », explique ainsi Philippe Dujaric.

Idem pour les profils venant d’autres modes de transports : naval, ferroviaire, automobile. La filière cherche par ailleurs à accélérer la féminisation de ses métiers (24 % des effectifs actuellement).
 

Un salon en ligne organisé avec Pôle emploi du 1er au 17 juin 2022

Organisé avec Pôle emploi, un salon en ligne aura lieu du 1er au 17 juin pour découvrir les opportunités que propose la filière aéronautique et spatiale. Les candidatures sont possibles jusqu’au 12 juin. Toutes les informations nécessaires sont disponibles sur le site de la campagne www.laerorecrute.fr : offres d’emploi, présentation des entreprises et métiers de la filière. Les métiers particulièrement en tension sont aussi présentés dans des vidéos.
D’autres événements auront par ailleurs lieu partout en France tout au long de l’année (voir l’agenda sur le site www.laerorecrute.fr), et probablement aussi en 2023.
 

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

81,2 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.