MAIF007431

Article

Emmaüs Connect, un soutien pour l'accès au numérique

Alors que la digitalisation des services a été renforcée par la crise sanitaire, différents acteurs s'impliquent pour démocratiser l’accès au numérique. C'est notamment le cas d'Emmaüs Connect, partenaire de Pôle emploi, qui mène différents types d'actions auprès des personnes les plus éloignées du numérique.

Publié le  08/02/2022

Emmaus-Connect_ps.jpg (MAIF007431)

 

L'association Emmaüs Connect, créée en 2013, est l’un des premiers acteurs sociaux pour l'inclusion numérique. Comme tous les membres du mouvement Emmaüs, elle lutte contre l’exclusion, et travaille sur trois aspects de la précarité numérique : l'accès au matériel, l’accès aux moyens de connexion et l’accompagnement vers les compétences essentielles.

Dons et offres à prix réduit

L'absence de matériel et de connexion est le début de l’exclusion numérique. En effet, comme l’explique Marie Lafon, responsable du point d'accueil Emmaüs Connect de Créteil : « Il en découle bien d’autres difficultés. Être sans téléphone et sans connexion internet a un impact sur l’accès à l’information, mais aussi au logement, aux services bancaires, à l'emploi, à tout ce qui est administratif, … C’est l'accès aux droits qui est limité. » 

 

Dans son rapport annuel 2020, l'association donnait quelques chiffres sur les personnes accompagnées depuis 2013, dans l'ensemble des sites Emmaüs Connect à travers la France : 62 % d'entre elles étaient des actifs sans emploi, et 13 % occupaient un emploi. 41 % n'avaient pas de compte courant, se retrouvant de ce fait en difficulté pour souscrire à tout abonnement téléphonique ou Internet. 

 

Après avoir fait le constat que de nombreuses personnes en situation de précarité et d'exclusion avaient d'importantes dépenses de communication et n'arrivaient pas à diminuer leurs consommations, Emmaüs Connect a conçu des offres solidaires d'accès au numérique (des recharges téléphoniques prépayées ou des « web-trotter » rechargeables avec des cartes internet de 8 gigas). Ces offres sont relayées au sein d'un réseau de Relais numériques, sur l'ensemble du territoire. Ainsi, elles s'adressent à « des personnes avec des faibles revenus, des personnes à la rue, des primo-arrivants, par exemple orientés par France terre d'asile ». 
Cela passe aussi par la distribution de packs « maraude », incluant un téléphone, une puce et une recharge gratuites, à des personnes en situation de grande précarité. 

 

Grâce aux dons faits par des entreprises, le matériel informatique proposé par Emmaüs Connect est reconditionné par les Ateliers du Bocage ou les Ateliers sans frontières (vérification et nettoyage matériel...), et ensuite vérifié une seconde fois au sein de l'antenne, par des bénévoles reconditionneurs qui installent notamment des logiciels simples pour les bénéficiaires. 
 

Lutter contre l’illectronisme

En matière de formation aux compétences de base, l'association fait de l'accompagnement, avec des « permanences connectées » pendant lesquelles les personnes peuvent s'inscrire pour une session d'une heure et demie à deux heures avec un bénévole. 

 

Il y a également des parcours d'initiation, « des parcours de douze heures qui reprennent le b.a-ba, l'utilisation du clavier et de la souris, jusqu'à la création de la boîte mail », sur PC ou smartphone. 
Il existe également un parcours « e-parentalité », qui comprend des modules sur des outils utilisés dans le suivi scolaire, Pronote, les ENT (Espace Numérique de Travail) et sur l'éducation numérique », détaille la responsable. 

 

Michel a intégré l'association comme bénévole en 2020. Retraité des télécoms depuis un an et demi, il avait commencé à faire du mécénat de compétences, dans le cadre d'un dispositif proposé par son employeur. Il a trouvé chez Emmaüs Connect l'occasion de poursuivre son activité, auprès des personnes en difficulté avec les usages numériques.

 

Au-delà de la transmission des compétences de base, il essaye de donner confiance aux bénéficiaires et de lutter contre ce sentiment d'incompétence. Aussi, il s'agit pour les bénévoles de soutenir les capacités d'apprentissage des bénéficiaires, qui face à ces obstacles, peuvent avoir « peur de se tromper » et se sentir démunis, devant certains sites et applications.

 

Chez Emmaüs Connect, c’est donc sans doute un lien humain que viennent chercher les personnes. D’ailleurs, les groupes des ateliers ne comptent pas plus de dix personnes, pour pouvoir gérer l'hétérogénéité des niveaux des personnes formées et être au plus près de chacun. 

 

Emmaus-Connect-Lyon---CREDITS-Yann-Levy-et-Hans-Lucas-ps.jpg (FRANCE_Emmaus_Connect...

Un programme de formation pour les chercheurs d'emploi

Dans le cadre du partenariat mené avec Pôle emploi, des programmes de formation sont dédiés aux demandeurs d'emploi. L'objectif de ce parcours est d'amener les personnes « vers l'autonomie, sur l'actualisation et la recherche d'emploi, sans passer tout le temps par un conseiller faisant à la place des personnes ». 
L'essentiel du programme leur apprend à « valoriser leur CV, leurs expériences, et à tout mettre sur pole-emploi.fr ». « L'année dernière dans le Val-de-Marne, nous avons mis en place un parcours emploi. Ce sont des parcours de 32 heures étalées sur deux semaines, très complets, qui incluent le parcours d'initiation jusqu'à la recherche d'emploi via internet. C’est très varié ! du traitement de texte à la cyber-sécurité, en passant par l'utilisation d’une clé USB et le référencement de tous les sites où on peut faire son CV en ligne », explique Marie Lafon.

 

L'an dernier, 160 personnes ont bénéficié de cet accompagnement à l’antenne de Créteil. Les bénéficiaires sont « principalement des personnes qui n'ont pas beaucoup de diplômes, et qui en moyenne, recherchent un emploi depuis plus de 12 mois », ce qui est renforcé par le fait « qu'elles n'aient pas d'ordinateur et ne savent pas faire de recherche avec ». 
61 % de ces personnes avaient plus de 54 ans, un chiffre qui reflète un illectronisme inégalement distribué selon l'âge, plus fréquent chez les plus âgés.
 

En 2019, 9,3 % des 45-59 ans étaient en situation d'illectronisme. Alors que pour les 15-44 ans, ce chiffre descendait à 3,1 %.

(Source : INSEE, synthèse « INSEE Première »)

Pour autant, les bénéficiaires ont souvent eu une première carrière dans un emploi durable et stable, mais sans avoir été confrontés à la réalisation d'un CV depuis longtemps. 
Six mois après ce cycle d'accompagnement, un suivi a été réalisé pour connaître les retombées de la formation, qui révèlent des retours positifs. 
 

Un soutien pour rebondir dans sa recherche d'emploi

Honorat, en recherche d'emploi, s'est adressée à Emmaüs Connect. En se retrouvant au chômage à 53 ans, elle a éprouvé des difficultés à utiliser Internet pour répondre à des annonces, dans le domaine de la garde d'enfants. Orientée par Pôle emploi, elle a suivi le programme de formation dédié aux demandeurs d'emploi. 
Pendant trois semaines, elle a acquis des bases lui permettant de gagner en autonomie. Elle raconte : « j'y ai appris à peu près tout. Comment allumer l'ordinateur, comment aller sur son espace sur Pôle emploi, les choses de base. » 
Aujourd'hui, elle continue de se rendre régulièrement chez Emmaüs Connect pour être aidée sur certains usages d'Internet, et obtient désormais plus facilement des entretiens, du fait d'être devenue autonome pour envoyer ses candidatures.
 

Un accompagnement à plus moins ou long terme

Parfois, l'accompagnement reçu dans l'association est très ponctuel, comme pour cette « jeune femme qu'on a aidé sur son CV, parce qu'elle avait une possibilité de trouver un emploi pour conduire des camions », explique Michel. Dans d'autres cas, cet accompagnement peut aussi donner envie de passer le relais, comme pour ce « bénéficiaire qui est ensuite devenu un bénévole, après avoir trouvé un emploi », raconte Marie Lafon.

 

D'autres personnes, plus autonomes sur l'outil numérique, utilisent les permanences un peu à la manière d'un cybercafé. 

 

Cette action de lutte contre l'illectronisme et la précarité numérique passe aussi par le maillage avec d'autres associations, chez qui Emmaüs Connect intervient, comme par exemple Rejouets, une structure qui récupère des jouets usagés, les remet en état pour les mettre en vente, avec des travailleurs en insertion qu'ils accompagnent. Dans ce cadre, Michel a formé les salariés de l’antenne de Vitry-sur-Seine à l'usage d'ordinateurs et de tablettes.  
Grâce à un pôle formation, Emmaüs Connect transfère ainsi son savoir-faire vers d'autres associations, via un coaching de structures, pour qu'elles puissent former elles-mêmes leurs bénéficiaires.

 

A l'heure où l'économie poursuit sa numérisation, l'action d'Emmaüs Connect montre tout l'enjeu qu'il y a à inclure l'ensemble de la société dans ce mouvement, et comment la solidarité en la matière peut être un enjeu crucial.

 

 

En savoir plus sur l’illectronisme : http://www.emploiparlonsnet.pole-emploi.org/articles/lutte-contre-lillectronisme-des-salaries-le-role-cle-des-entreprises/

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

81,2 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.