Article

Le transport et la logistique, des secteurs prometteurs à la recherche de candidats

Du 5 au 9 décembre, la semaine des métiers du transport & de la logistique sera l’occasion de vous immerger dans un secteur dynamique, aux avantages souvent méconnus et au fort potentiel de recrutement. Éclairage de Pascal Blain, directeur régional de Pôle emploi Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Publié le  05/12/2022

 

blain_art_org.jpg

 

Quels sont les enjeux de cette semaine thématique ?

Face aux difficultés de recrutement du secteur du transport et de la logistique, nous tablons sur l’efficacité d’actions menées en synergie. Nous concentrons, en effet en une semaine et sur tout le territoire, une série d’événements organisés par les conseillers de Pôle emploi, des employeurs, des fédérations, des institutionnels et l’Opco concerné afin de valoriser les métiers de ce secteur. Nous allons bien entendu, détailler les différents métiers et les formations requises. Nous en profiterons pour mettre en avant des retours d’expériences de professionnels et pour évoquer l’intérêt d’une reconversion vers des métiers utiles et porteurs de sens. 


Il nous semble également important de promouvoir la mixité dans ce secteur, en encourageant des femmes à s’y intéresser. L’alternance constitue par ailleurs un tremplin efficace pour apprendre l’un des métiers du transport et de la logistique, en alliant apprentissage théorique et découverte du terrain. Plus globalement, il s’agit d’offrir à des jeunes, des personnes en insertion ou en reconversion, une vision claire et précise des métiers de ce secteur et de l’environnement de travail proposé. 


Cette semaine sera enfin, l’opportunité pour nous à Pôle emploi, de mieux faire connaître nos méthodes innovantes pour sourcer, former ou recruter. Nous entendons ainsi, nous positionner en acteur incontournable et accroître notre stratégie d’influence. 


 

Cette semaine résulte d’une réelle mobilisation nationale. Comment est-elle née ?

L’implication de l’ensemble des fédérations constitue une grande première. Elle s’explique par un long travail en amont. Depuis le mois de juin, je rencontre les organisations nationales, patronales et syndicales de la branche du transport et de la logistique. Nous échangeons autour des tensions de recrutement, du développement des compétences, et de la construction de parcours de formation. Je suis convaincu que l’association de l’ensemble des acteurs du secteur est la condition sine qua non d’une amélioration collective des conditions de travail, de l’attractivité des métiers et de l’orientation des jeunes et des adultes. 

A titre d’exemple, je citerais la signature, lors du lancement national de la Semaine, d’un plan d’action partagé sur les métiers du transport et de la logistique avec l’AFT Transport Logistique (organisme de développement de la formation professionnelle Transport et Logistique). La formalisation de cet accord au sein d’une entreprise francilienne illustre notre volonté de poursuivre, avec ce partenaire, la dynamique engagée dans les régions. La clôture de la Semaine se déroulera à Avignon, lors du congrès national de la Chambre syndicale des déménageurs. Je participerai à la table ronde pour évoquer les actions mises en place par Pôle emploi pour le secteur et conclurai cette séquence par la signature, sur scène, de la convention-cadre nationale.


 

Au niveau national, quelle est la photographie de l’emploi dans le secteur du transport et de la logistique ?

J’aimerais tout d’abord souligner le fait que ce secteur recouvre des réalités et des problématiques très différentes. Il fait face, en outre, à la croissance mondiale du transport de marchandises, un phénomène accentué par la crise sanitaire, avec le développement notable du e-commerce. En France, près d'un salarié sur dix (8,5%) travaille dans ce secteur, soit 1 578 300 salariés. L’emploi évolue annuellement de +1,5% vs. +3,6% pour l'effectif salarié global. 


Le transport rassemble 5,3% de l'effectif salarié global avec 982 600 salariés en évolution annuelle de +2,2%. La logistique en regroupe 3,2% avec 595 700 salariés en évolution annuelle de +0,4%. Plus du quart des effectifs du transport et de la logistique se concentre en Île-de-France. Suivent les régions Auvergne Auvergne-Rhône-Alpes (11,6%) et les Hauts-de-France (8,8%). Ma région, la Provence-Alpes-Côte d'Azur, se situe en 5e position avec un poids de 7,6%.


 

Quelles solutions avez-vous identifiées pour réduire les difficultés de recrutement ?

Pour diminuer le déséquilibre entre l’offre et la demande et les tensions de recrutement sur certains postes, nous mettons en œuvre plusieurs dispositifs. Conformément au nouveau plan lancé par le ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, nous constituons au sein de nos agences Pôle emploi, des viviers de recrutement. Ils réunissent des candidats disponibles immédiatement, susceptibles d’être intéressés par les métiers du secteur. Nous amplifions les efforts de formation à leur intention, afin de les doter des compétences spécifiques attendues par les employeurs. 


De leur côté, les entreprises et les fédérations souhaitent faire émerger de nouvelles vocations via la découverte de leurs métiers. Elles promeuvent par exemple, l’immersion en entreprise. Ce dispositif se révèle particulièrement judicieux pour aider un candidat à s’imprégner des valeurs et du fonctionnement de l’entreprise pour laquelle il postule. En interne, tous les salariés se retrouvent de fait, mobilisés pour la réussite de ce recrutement. En région Paca, nous expérimentons une offre de service innovante, développée grâce au Fonds de la Région sud. Ce programme, appelé détection de potentiel offre aux personnes en recherche d’emploi, la possibilité de découvrir et tester leurs compétences pour exercer un métier en tension. 


 

Selon vous, comment faire progresser la connaissance des métiers et valoriser l’image des professionnels du secteur ?

Pour (re)donner une image positive au secteur du transport et de la logistique, je pense qu’il faut exposer la palette de métiers et attirer des candidats en soulignant la proposition de valeur globale : les avantages, les rémunérations, l’ambiance, les locaux, les collègues de travail, les évolutions professionnelles… et bien sûr, les parcours de formation. Quoi de mieux qu’une semaine évènementielle pour diffuser des messages percutants, présenter une offre dans sa globalité et valoriser des métiers souvent méconnus ? Sachant que la communication vidéo constitue un véritable levier d’attractivité, nous avons d’ailleurs fait appel à des influenceurs. 

 

Quelles sont les spécificités de la région Sud sur le secteur du transport et de la logistique ?

Notre économie régionale est fortement impactée par le flux important de marchandises qui transitent par le Grand Port Maritime de Marseille. C’est en effet, le deuxième port de France dans le transport de marchandises et la porte d’entrée du sud de l’Europe. La filière doit cependant faire face à des problèmes d’attractivité des métiers. Ces difficultés sont renforcées par l’évolution liée aux transitions numériques (digitalisation des environnements de travail) et écologiques (avec la volonté de limiter la pollution et la consommation d’énergie utilisée par les camions, les transports en commun ou les navires). Un autre changement concerne « l’esprit client », qui tient désormais un rôle prépondérant dans les métiers et dans les critères de sélection des candidats par les employeurs. 


La région Sud dispose par ailleurs, d’une zone d’activité logistique de Miramas. Implantée à Grand-Miramas, sur un axe géostratégique, elle offre aux entreprises installées sur place, une accessibilité de choix aux différentes infrastructures. Les activités logistiques bénéficient ainsi, d’un accès facile aux autoroutes A7 (Marseille - Lyon - Paris) et A54 (Espagne - Italie) et d’une proximité avec l'aéroport de Marseille et le Port de Fos-sur-Mer. 
Finalement, dans la région Sud, nous constatons un turn-over important sur tous les métiers et une pyramide des âges vieillissante (50 ans en moyenne), surtout pour le transport sur route, moyenne et longue distances.

Cette situation apparaît certes, comme une menace pour la pérennité de certaines entreprises. Mais c’est aussi une opportunité pour des demandeurs d’emploi, y compris peu qualifiés ou éloignés de l’emploi, de trouver un poste stable. 


 

Quels sont les chiffres de l’emploi dans cette filière dans la région Sud ?

Notre région rassemble 5 902 établissements et 102 800 salariés, soit 7% du poids national. Au cours des 9 premiers mois de 2021, nous avons enregistré 7 600 offres d’emploi, dont 42% émanant d’entreprises localisées dans les Bouches-du-Rhône. Cette année, les chiffres sont en augmentation. Au 30 septembre 2022, sur douze mois glissants, les offres d'emploi enregistrées à Pôle emploi en région Provence-Alpes-Côte d'Azur ont progressé de +33,4% pour le secteur du transport et de la logistique (+34,5% pour l'ensemble des offres), soit  3% de l'ensemble des offres. J’ajouterais que 30% des formations financées par Pôle emploi concernent cette filière.

 

Avez-vous un dernier message à passer ?

Ouvrons la route, faisons vivre le secteur du Transport et de la Logistique ! Le programme de cette semaine sectorielle est chargé : les régions ont majoritairement prévu deux actions pour chacune des 896 agences : portes ouvertes dans les centres de formation, webinaires, « Job datings » de recrutement, visites d’entreprises à la recherche de candidats… Nous espérons que cette mobilisation inédite du secteur, en interne comme en externe, rencontrera un large public. 

 

Plus d'actualités

Article

Télétravail : où en est-on ?

Un mode de travail « de plus en plus prisé en France »*. Voilà comment était décrit le télétravail en 2019, une pratique professionnelle alors encore peu répandue puisque seuls 29 % des salariés du secteur privé s’y étaient essayés.

Article

Le futur du travail à l’étude

Post doctorant à l’École Normale supérieure Paris-Saclay (Gerpisa), et chercheur rattaché à l’IDHES (Institutions et Dynamiques Historiques de l’Économie et de la Société – CNRS), Juan Sebastián Carbonnell a publié récemment Le futur du travail, aux éditions Amsterdam. Dans cet essai stimulant, le sociologue se penche sur les grandes évolutions du monde du travail. Au passage, il bat en brèche certaines idées reçues, notamment autour d’une prétendue « fin du travail ». Rencontre.

Article

Trophées des Initiatives FSE : plusieurs projets [...]

Pour la quatrième année, la Délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle (DGEFP) et Régions de France organisent un concours national pour mettre en valeur des projets financés par le Fonds Social Européen. Une demi-douzaine d’initiatives issues des directions régionales de Pôle emploi va concourir.

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

82,8 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.