Article

Former à apprendre : un projet de La Fabrique à Neurones

Parce qu’il faut être en capacité d’apprendre à apprendre, la Fabrique à Neurones propose une action préalable à la formation, visant à stimuler les capacités cognitives des futurs apprenants. Avec « Former à apprendre » les personnes éloignées de l’emploi bénéficient d’un sas d’introspection, une étape pour reprendre confiance et « se remettre » sur les rails de l’emploi.

Publié le  02/08/2021

Au départ, l’idée d’appliquer les méthodes d’accompagnement cognitif de la Fabrique à Neurones à la problématique de l’insertion professionnelle vient d’une rencontre : celle de Marie Prevost, fondatrice de cette entreprise de l’économie sociale et solidaire créée en 2018 à Chambéry, et de la directrice de l’agence Pôle emploi de la Tour du Pin, Nathalie de Beaurepaire. « Nous venions d’initier la réflexion autour d’un projet commun quand a été publié l’appel à projets innovants du PIC, auquel nous nous sommes raccrochées », se souvient Marie Prevost. « Il s’agit d’une étape d’accompagnement destinée aux personnes les plus éloignées de l’emploi, qui ont besoin d’un tremplin avant de pouvoir se projeter dans une formation. » 

Nous sommes tous capables d’apprendre

Objectif : stimuler l’intellect et redonner confiance. « En tant qu’être humain, nous sommes tous capables d’apprendre, poursuit-elle. Nos ateliers ciblent les compétences présentes chez tout le monde, indépendamment des diplômes, avec une approche basée sur l’estime de soi pour modifier le regard que les personnes portent sur elles-mêmes. » Composée d’experts en neurosciences et en neuropsychologie, la Fabrique à Neurones propose des sessions de formation pour transmettre des connaissances sur le fonctionnement du cerveau et stimuler les performances cognitives, telles que le raisonnement, la gestion du stress ou la mémorisation. « Ce projet nous tient particulièrement à cœur car il vient d’un besoin concret et sert un enjeu d’intérêt général. Il n’y a pas de fatalité, nous pouvons tous utiliser des stratégies efficaces pour reprendre des habitudes de concentration et de réflexion. »

100 % de satisfaction à l’issue de la phase test

Une première phase d’expérimentation a été réalisée pendant l’été : deux groupes d’une dizaine de personnes, à la Tour du Pin et à Villefontaine (Isère), ont suivi le parcours de sept semaines, à raison de deux ateliers collectifs par semaine et de sessions individuelles sur l’appli FORM’AP de My Mental Energy Pro. « Les retours sont très encourageants : beaucoup de participants ont manifesté la volonté de s’inscrire en formation, de retrouver un emploi ou de faire un bilan de compétences. » Avec un taux de satisfaction de 100 %, le projet passe donc en phase 2 dans l’expérimentation à l’automne, avec une quinzaine de groupes et un total de 200 demandeurs d’emploi. « Nous mesurerons plusieurs indicateurs en début et en fin de stage, sur des critères comme l’estime de soi, l’auto-détermination ou le raisonnement cognitif. Nous aurons ainsi des données probantes et des statistiques solides pour confirmer l’utilité du parcours. » 

La dynamique de groupe et la dynamique individuelle à la fin du parcours sont enthousiasmantes, on voit revenir la confiance en soi et l'élan de continuer ! C'est très gratifiant pour notre équipe, mais aussi pour la collaboration avec Pôle emploi qui s'est vraiment bien passée.

Marie Prevost
Fondatrice de la Fabrique à Neurone

Plus d'actualités

Article

Questions à Carine Seiler, Haut-Commissaire aux [...]

Pour quelles raisons, un plan d'investissement dans les compétences était-il nécessaire ? Comment le plan d'investissement dans les compétences participe-t-il à moderniser les compétences, à transformer l'offre de formation ?

Article

Tous mobilisés pour la santé !

Quotidiennement, Pôle emploi se mobilise pour faire connaître les métiers des secteurs de la santé et du social, les formations associées et rendre davantage visibles les opportunités d’emploi.

Article

Pôle emploi et Pajemploi s'associent

Afin de simplifier les démarches des parents employeurs, un nouveau service sera expérimenté dans les départements de l’Ain, la Loire et du Puy de Dôme à partir de septembre 2021.