Agents de service hospitalier : une formation inédite voit le jour dans la région

Afin de répondre à l’urgence des besoins de recrutement des établissements de santé, Pôle emploi et le centre de formation ORGALY ont conçu une formation à distance d’agent de service hospitalier (ASH) en quelques semaines seulement. Entretien avec Cynthia Smaglo, cheffe de projet Santé chez Pôle emploi Auvergne-Rhône-Alpes, et David Clerc, fondateur et président d’ORGALY.

Publié le  26/01/2021

  • Fin octobre 2020, l’Agence Régionale de la Santé (ARS) tirait la sonnette d’alarme face à la pénurie de personnel hospitalier dans la région. Comment vous êtes vous mobilisés ?

Cynthia Smaglo : « Il nous fallait trouver une solution rapide et inventive pour soulager au plus vite les hôpitaux, les EHPAD et les structures d’aide à domicile. Nous nous sommes orientés vers la création de toute pièce d’une formation courte pour accompagner les demandeurs d’emploi candidats à la reconversion. Comme nous avions l’habitude de travailler avec ORGALY, un organisme de formation spécialisé dans la dépendance, nous avons naturellement sollicité son Président, David Clerc et son Directeur Matthieu Richard. Ensemble, nous avons mené à bien ce projet en quelques semaines seulement et la formation a pu commencer début décembre. »

David Clerc : « ORGALY est une structure à taille humaine créée à Lyon en 2016. Jusqu’en mars 2020, notre offre était délivrée à 100 % en présentiel, mais nous nous sommes vite adaptés pour proposer des modules à distance, en misant toujours sur l’interactivité et le suivi individuel. Nous avons donc proposé à Pôle emploi une formation qualifiante d’agent de service hospitalier de 140 heures sur quatre semaines, suivie d’une semaine de stage. Et comme il s’agit d’un parcours dématérialisé, nous sommes libérés des contraintes de localisation : une connexion internet suffit, ce qui nous permet d’intégrer des candidats pouvant être éparpillés, voire isolés, géographiquement. »

david_clerc-1.jpg

 

  • Comment ces candidats ontils été identifiés ?

Cynthia Smaglo : « Les agences locales, qui connaissent bien leurs publics, ont sélectionné des demandeurs d’emploi, peu ou pas qualifiés, attirés par les métiers du soin. Nous avons validé 27 candidats sur quatre territoires : Rhône, Isère, Savoie et Haute-Savoie. La grande majorité est issue de l’hôtellerie-restauration, un secteur particulièrement touché par la crise et dont les activités mobilisent de nombreuses compétences transverses avec le métier d’ASH. »
 

« Il était crucial de proposer une solution rapide et inventive pour accompagner au plus vite les reconversions vers le secteur de la santé. »
Cynthia Smaglo

cynthia_smaglo.jpg

 

  • Quelles sont les composantes de cette formation ?

David Clerc : « Nous avons identifié plusieurs thématiques clés : les protocoles sanitaires, l’aide à la toilette et aux repas, les pathologies de la vieillesse et un volet autour des compétences de savoir-être. Car le métier d’ASH va bien au-delà de l’entretien des locaux, il contribue au confort et à l’autonomie des patients et joue un rôle important dans la chaîne du soutien social. »

Cynthia Smaglo : « Cette expérimentation est une première, qui permet de professionnaliser un métier peu reconnu et pourtant essentiel, dont les besoins en recrutements sont très forts, en particulier dans le secteur de la dépendance. La formation a pris fin mi-janvier sans aucun décrochage, et nous allons à présent nous concentrer sur le placement de chaque candidat. »

Plus d'actualités

Article

Ne laisser personne au bord de la route

Du 8 au 15 septembre, Pôle emploi Auvergne-Rhône-Alpes participe aux journées nationales d’actions contre l’illettrisme. L’occasion de revenir sur les actions mises en œuvre depuis 2019 pour accompagner les personnes qui rencontrent des difficultés avec les compétences de base.

Article

Chômage et demandeurs d'emploi au 2ème trimestre [...]

Au deuxième trimestre 2022, en Auvergne-Rhône-Alpes, le nombre de demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) s'établit en moyenne sur le trimestre à 330 720. Ce nombre baisse de 0,3% sur le trimestre (soit – 840 personnes) et de 16,4% sur un an. En France métropolitaine, ce nombre baisse de 0,6 % ce trimestre (–15,6 % sur un an).

Article

Recrutements dans la filière nucléaire à l’aide de [...]

Première région industrielle en termes d’emplois, la région Auvergne-Rhône-Alpes est un territoire très dynamique avec ses 14 pôles de compétitivité et ses 18 clusters. Pour autant, de nombreuses entreprises font face à des difficultés de recrutement qui nécessitent d’anticiper pour trouver des candidats correspondant à leur profil d’emploi.