Attribution des premières aides financières dans le cadre de l’AIJ

Proposée dans le cadre du Plan #1jeune1solution, l’aide financière destinée aux jeunes en accompagnement intensif (AIJ) est mobilisable depuis le 18 janvier 2021. C’est à Saint-Etienne que l’aide a été validée pour la première fois dans la région, au terme d’un travail en tandem entre Pôle emploi et la Mission locale.

Publié le  11/02/2021

« Pour travailler il faut avoir le permis et pour passer le permis, j’ai besoin de travailler… » : c’est ainsi que résumait l’impasse dans laquelle se trouvait, il y a quelques jours seulement, le tout premier bénéficiaire de l’aide exceptionnelle aux jeunes en accompagnement intensif en Auvergne-Rhône-Alpes. Titulaire d’un BTS électrotechnique, il ne parvenait pas à obtenir un emploi en l’absence de permis de conduire, comme l’explique Marie Petit, conseillère AIJ de l’agence Pôle emploi Saint-Etienne Terrasse : « Plusieurs recruteurs dans les métiers de la maintenance étaient intéressés par le profil de ce jeune diplômé, mais le permis B était indispensable… et il ne pouvait plus financer les dernières heures de conduite nécessaires pour son inscription à l’épreuve de conduite. C’est un exemple typique de l’intérêt de cette aide exceptionnelle : un coup de pouce pour lever un frein à l’emploi ou à l’entrée en formation. » Dans ce cas : le financement de quelques heures de conduite en auto-école.


Jeune AIJ.jpg

 

La force de ce dispositif ? « C’est une aide sur-mesure rapidement mobilisable, qui répond à une situation d’urgence où nous devons être réactifs pour ne pas que la situation s’enlise. » insiste Marie Petit. « Pour ce faire, nous travaillons en binôme avec la Mission Locale, qui connaît le public jeune au-delà de l’aspect emploi-formation et nous aide à repérer les points de difficulté dans la sphère sociale. » A Saint-Etienne, c’est Mohamed Choucha qui coordonne le service AIOA (Accueil, information, orientation, accompagnement) de la Mission Locale, et c’est lui qui a validé la première demande d’aide exceptionnelle : « Nous travaillons main dans la main avec les conseillers de Pôle emploi qui identifient une problématique et nous sollicitent pour une évaluation précise du besoin et du montant accordé. » Un montant qui peut s’élever à un maximum de trois versements de 497€, et est attribué sur la base de devis. « Il s’agit de bien cerner le problème périphérique pour apporter un appui financier adapté afin que le jeune puisse voler de ses propres ailes et n’ait plus besoin de nous. »
 

marie_petit.jpg

Marie Petit, conseillère AIJ de l’agence Pôle emploi Saint-Etienne Terrasse

 

Parmi les besoins les plus récurrents : des aides à la mobilité (heures de conduite pour passage du permis, abonnement aux transports en commun, réparation automobile), l’achat d’équipement informatique ou un abonnement à une box internet, « indispensable pour les formations à distance en cette période de crise sanitaire, » reprend Mohamed Choucha. « La mobilisation de cette aide exceptionnelle s’appuie sur les complémentarités d’expertise entre Pôle emploi et la Mission Locale, poursuit-il. C’est un bel exemple de collaboration et de mise en œuvre de synergies au service des jeunes les plus fragilisés. »
 

Pour en savoir plus, sur pole.emploi.fr :

Plan gouvernemental #1jeune1solution
Aide aux jeunes diplômés et anciens boursiers
Aide pour les jeunes en accompagnement intensif

Plus d'actualités

Article

L’EPIDE et Pôle emploi investis pour l’insertion [...]

« Ne pas laisser un jeune dans la nature, sans solution. » Telle est clairement la singularité du partenariat entre le centre EPIDE de Lyon-Meyzieu et Pôle emploi Auvergne-Rhône-Alpes dont le plan d’actions vise à accompagner un jeune à la fois dans la (re)définition de son projet d’avenir professionnel jusqu’à son insertion dans la vie active. Sans jamais le perdre de vue.

Article

Agents de service hospitalier : une formation [...]

Afin de répondre à l’urgence des besoins de recrutement des établissements de santé, Pôle emploi et le centre de formation ORGALY ont conçu une formation à distance d’agent de service hospitalier (ASH) en quelques semaines seulement. Entretien avec Cynthia Smaglo, cheffe de projet Santé chez Pôle emploi Auvergne-Rhône-Alpes, et David Clerc, fondateur et président d’ORGALY.

Article

Engagés contre l’illettrisme : Pôle emploi et [...]

Depuis Septembre 2019, Pôle emploi Auvergne-Rhône-Alpes et ANLCI se sont engagés dans une démarche commune en faveur de la lutte contre l’illettrisme et l’illectronisme.