L’EPIDE et Pôle emploi investis pour l’insertion des jeunes

« Ne pas laisser un jeune dans la nature, sans solution. » Telle est clairement la singularité du partenariat entre le centre EPIDE de Lyon-Meyzieu et Pôle emploi Auvergne-Rhône-Alpes dont le plan d’actions vise à accompagner un jeune à la fois dans la (re)définition de son projet d’avenir professionnel jusqu’à son insertion dans la vie active. Sans jamais le perdre de vue.

Publié le  25/02/2021

Devant l’augmentation des difficultés des jeunes à trouver un emploi en période de crise, certains partenariats prennent tout leur sens. C’est le cas entre l’Établissement pour l'insertion dans l'emploi (EPIDE) de Lyon-Meyzieu et Pôle emploi Auvergne-Rhône-Alpes qui ont signé une convention régionale de partenariat en mai 2019. L’objectif commun étant d’accompagner et de suivre un jeune - en décrochage scolaire ou éloigné de l’emploi - jusqu’à son insertion durable dans la vie professionnelle, mais surtout sans jamais « l’abandonner ». Pour cela, il intègre le programme dispensé par l’EPIDE. Pendant huit mois en moyenne (et jusqu’à deux ans), du lundi au vendredi, le jeune évolue ainsi au sein de l’internat du centre régional, situé à Meyzieu, où il s’engage à (re)travailler son avenir professionnel. En parallèle, il bénéficie d’un accompagnement individualisé portant sur les valeurs de la République avec de l’éducation à la citoyenneté, des ateliers d’informatique, de sport, de code de la route, de préparation à la formation, à l’emploi, etc. « Nous avons le luxe de prendre temps pour lever les freins les uns après les autres. Ainsi, nous leur redonnons confiance et ils nous quittent, une fois qu’ils sont prêts », explique Léa Santoni, directrice du Centre EPIDE de Lyon-Meyzieu. Aujourd’hui, 73 cadres accompagnent 210 jeunes vers une insertion durable avec plus de 70% d’insertion à la sortie.

« Ne pas laisser un jeune sans solution »

C’est au tour de Pôle emploi de prendre le relais pour les 30% sortis de l’EPIDE sans emploi ou formation durable. « Nous ne voulions pas qu’un jeune sortant de l’EPIDE puisse être à nouveau perdu et laissé sans solution. C’est la raison pour laquelle, nous avons proposé de le suivre jusqu’à son intégration dans une formation ou vers un emploi », décrit Lilian Trompille, directeur de Pôle emploi à Meyzieu, qui a nommé deux conseillères « référente EPIDE » afin d’assurer la suite du parcours du jeune. Concrètement, si un jeune quitte l’établissement public sans insertion, Pôle emploi prend contact avec lui et lui propose de poursuivre cet accompagnement par le biais de divers programmes adaptés (comme l’Accompagnement intensif des jeunes (AIJ) par exemple) ou l’oriente vers un autre dispositif. « Le jeune doit être au cœur des préoccupations des conseillers », insiste Lilian Trompille. Et encore plus dans le contexte actuel.

Des formations accessibles

Autre engagement de cette collaboration, la possibilité pour un jeune de l’EPIDE d’accéder aux formations de Pôle emploi. « Grâce au travail que nous avons mené auprès et avec lui, des aptitudes qu’il a démontrées et de son dynamisme à retrouver un emploi, nous sommes en mesure de proposer aux organismes de formation comme aux employeurs des jeunes motivés dont le projet est structuré », commente Nathalie Quatrehomme, cheffe du service Insertion Professionnelle et Formation à l’EPIDE. Si bien que Pôle emploi ARA valide la majorité des projets de formation, leurs financements sur le programme régional des formations achetées par Pôle emploi Auvergne-Rhône-Alpes ou dans le cadre du PIC (Plan d’Investissement dans les Compétences).

Avec des résultats probants, ce partenariat met alors en lumière la volonté et la détermination des deux acteurs de l’éducation, de la formation et de l’emploi à faire de l’insertion des jeunes une priorité. Une mission qui les guide et devrait se renforcer à nouveau à l’avenir, s’inscrivant naturellement dans le plan gouvernemental #1jeune1solution.  

Plus d'actualités

Article

L’emploi saisonnier, un accompagnement [...]

Campagne, mer, montagne : les emplois saisonniers se suivent et… se ressemblent parfois ! Pour aider les saisonniers à travailler tout au long de l’année, Pôle emploi Auvergne-Rhône-Alpes propose plusieurs services, dont certains sont conçus en lien avec d’autres régions touristiques françaises.

Article

Chômage et demandeurs d'emploi au 3ème trimestre [...]

Au deuxième trimestre 2022, en Auvergne-Rhône-Alpes, le nombre de demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) s'établit en moyenne sur le trimestre à 330 720. Ce nombre baisse de 0,3% sur le trimestre (soit – 840 personnes) et de 16,4% sur un an. En France métropolitaine, ce nombre baisse de 0,6 % ce trimestre (–15,6 % sur un an).

Article

Satisfaire les besoins de recrutement dans les [...]

Les tensions de recrutement perdurent et restent un enjeu majeur pour Pôle emploi. Dans cette optique, Pôle emploi déploie un projet d’actions renforcées en utilisant un levier de « viviers sectoriels ». Un projet pour faciliter les mises en contact rapides avec les entreprises qui recrutent !