Avec le programme Impulsion, l’espoir de (re)trouver un emploi durable

Remobiliser l’estime de soi tout en développant l’acquisition de savoirs et de compétences fondamentales, Illiade Formation accompagne avec « Impulsion » les personnes éloignées de l’emploi vers la construction de leur projet professionnel. Un programme novateur et singulier choisi et soutenu par Pôle Emploi Auvergne-Rhône-Alpes dans le cadre du Plan d’investissement dans les compétences.

Publié le  01/09/2021

Le 25 janvier dernier, Christopher a obtenu le titre professionnel de cariste d’entrepôt. Yvanne a récemment signé un CDI avec une entreprise de maroquinerie de la Loire, quant à Ghania, elle envisage désormais une formation en couture. Ces trois profils aux projets professionnels distincts ont le point commun d’avoir suivi le programme « Impulsion », proposé par Illiade Formation. Le centre de formation stéphanois a été retenu en 2019 par Pôle emploi Auvergne-Rhône-Alpes dans le cadre d’un appel à projets du Plan d’investissement dans les compétences 2018-2022 à destination des publics identifiés dans l’axe 2 du Pacte. Retardée à cause de la pandémie, sa mise en place est effective depuis le mois de juin 2020. La force d’Impulsion est d’accompagner et de former des personnes en situation de fragilité, désociabilisées ou sorties du système scolaire vers une insertion professionnelle durable. Comment ? « Par une méthode d’apprentissage innovante qui repose sur trois socles fondateurs : la maîtrise des compétences fondamentales. Le développement de l’estime de soi et l’apport de clés pour apprendre à apprendre », détaille Cyril Montet, coordinateur du programme. Impulsion donne ainsi les moyens aux stagiaires de construire individuellement leur projet en les rendant acteurs de leur parcours. Concrètement, ils suivent des modules de lecture et d’écriture, apprennent à utiliser les outils numériques. Ils voient certaines compétences professionnelles indispensables pour leur futur, etc. « En travaillant sur le français et les mathématiques, j’ai pu obtenir des bases essentielles pour mon objectif de devenir assistante maternelle », reconnaît Saïda, 55 ans. Impulsion permet par ailleurs de développer un esprit citoyen, mais aussi de remobiliser une certaine confiance en soi, comme le confirme Carine, 35 ans, qui souhaite passer un CAP en pâtisserie.

Lever les freins périphériques

En plus de la formation dispensée dans l’un des centres de formation (514 heures en moyenne) et du stage en entreprise (140 heures environ), la personne bénéficie d’un accompagnement qui n’a pas de durée dans le temps. Et si les formateurs peuvent orienter les stagiaires prioritairement vers les métiers en tension, « tout est fait pour tenir compte de leurs attentes, de ce qu’ils aiment faire ou non, de leurs compétences déjà acquises, de leurs capacités », précise Cyril Montet, ajoutant : « Notre rôle n’est jamais de leur dire que leurs projets sont irréalisables. A eux de se faire leurs propres idées en réalisant des enquêtes métiers par exemple. »  En parallèle, tout au long du parcours, la personne va travailler à lever les freins périphériques (trouver un logement, passer le permis de conduire...) qui pourraient entacher son processus de formation et donc, de (re)construction. « L’un ne va pas sans l’autre ! » Cela passe par un soutien renforcé et des mesures adaptées apportés par le centre de formation et ses partenaires. Après plus d’un an d’action, 90 personnes suivent en permanence le programme Impulsion.

Plus d'actualités

Article

Ne laisser personne au bord de la route

Du 8 au 15 septembre, Pôle emploi Auvergne-Rhône-Alpes participe aux journées nationales d’actions contre l’illettrisme. L’occasion de revenir sur les actions mises en œuvre depuis 2019 pour accompagner les personnes qui rencontrent des difficultés avec les compétences de base.

Article

Chômage et demandeurs d'emploi au 2ème trimestre [...]

Au deuxième trimestre 2022, en Auvergne-Rhône-Alpes, le nombre de demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) s'établit en moyenne sur le trimestre à 330 720. Ce nombre baisse de 0,3% sur le trimestre (soit – 840 personnes) et de 16,4% sur un an. En France métropolitaine, ce nombre baisse de 0,6 % ce trimestre (–15,6 % sur un an).

Article

Recrutements dans la filière nucléaire à l’aide de [...]

Première région industrielle en termes d’emplois, la région Auvergne-Rhône-Alpes est un territoire très dynamique avec ses 14 pôles de compétitivité et ses 18 clusters. Pour autant, de nombreuses entreprises font face à des difficultés de recrutement qui nécessitent d’anticiper pour trouver des candidats correspondant à leur profil d’emploi.