Businessman assisting handicap colleague in creative office

Article

Témoignages : être acteur de son handicap !

Depuis de nombreuses années, Jennifer souffrait de maux de tête importants, et de crises de fatigue récurrentes, engendrant des problèmes de santé et des arrêts de travail successifs. Quand un diagnostic a enfin pu être posé, et sa maladie reconnue, il a fallu pouvoir adapter son environnement de travail pour qu'elle puisse continuer à travailler dans les meilleures conditions.

Publié le  14/05/2019

Témoignage de Jennifer, chargée de mission à la Direction régionale Pôle emploi Bourgogne-Franche-Comté

JENNIFERweb.png

"Mon 1er  arrêt de travail important a eu lieu après la naissance de mon 1er enfant. Au retour, mon entourage m'a amené à prendre conscience qu'il fallait que j'agisse. De fil en aiguille, j'ai été orientée vers des spécialistes qui m'ont permis d'avoir un début de diagnostic : une névralgie chronique liée à un syndrôme d'anxiété généralisée. En 2011, j'ai obtenu une Reconnaissance de Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH). En 2015, après un nouvel arrêt, un bilan global a permis d'affiner le diagnostic : une algie vasculaire de la face.

Une 1ère étape, être reconnu et accepter sa maladie
La RQTH a été une étape clé pour enclencher ma phase d'acceptation. Le diagnostic enfin posé, c'était un soulagement ! J'ai enfin pu factuellement expliquer ma maladie à mes proches y compris auprès de mes enfants. Auparavant il m'était difficile d'expliquer mes symptômes et les conséquences sur mon travail, avec la RQTH, j'accepte mieux quand les rechutes surviennent. La 1ère chose à admettre c'est sa maladie, et ne pas avoir peur d'en parler.


Une mobilisation de différents acteurs permettant de maintenir une activité professionnelle
A la suite de cela, plusieurs acteurs se sont mobilisés pour faire en sorte que je puisse au mieux concilier mon travail avec mon handicap. Plusieurs actions ont été enclenchées :
•    Une adaptation de mon poste de travail : avec un bureau individuel et un fauteuil adapté réglé avec un ergothérapeute
•    La mise en place du télétravail handicap : permettant de travailler tout en évitant les temps de trajet, et de pouvoir caler plus facilement mes rendez-vous médicaux
•    Un entretien professionnel de reprise : c'est un moment clé, qui m'a permis d'envisager que je pouvais aussi avoir des perspectives d'évolution


Médecine du travail, assistantes sociales, mutuelle, sécurité sociale, ... la coordination entre ces différents acteurs est importante car elle me permet de me concentrer sur mon activité professionnelle.


Maintenir une activité professionnelle, facteur d'équilibre
Désormais j'appréhende mon handicap au travail, avec plus de sérénité, et si je suis sereine, ça influe sur ma santé, c'est un cercle vertueux ! Il faut oser parler de son handicap à son entourage professionnel, même si le regard doit encore évoluer, en particulier sur le handicap invisible. Ce n'est pas parce qu'on n'est pas dans un fauteuil roulant qu'on n'est pas en situation de handicap."

"La 1ère chose à admettre c'est sa maladie, et ne pas avoir peur d'en parler."

Jennifer
Chargée de mission au sein du service opérationnel, Direction régionale Pôle emploi Bourgogne-Franche-Comté