Article

Témoignages « Maintenant je me sens à ma place ! »

Victime d’un blocage du dos à 40 ans, Céline se voit contrainte d’abandonner son métier d’agent de restauration, incompatible avec ses soucis de santé. S’en suit un long travail de réflexion sur son orientation professionnelle, et si elle reprenait le dessin ?

Publié le  12/11/2020

Parcours de Céline

J’ai travaillé pendant une dizaine d’années, en qualité d’agent de restauration. Pendant 3 ans, de 2015 à 2018, j’ai dû supporter un douloureux blocage du dos, j’ai consulté plusieurs médecins, et malgré des traitements anti douleurs assez puissants, ma souffrance était très importante.

J’ai été accompagnée par la médecine du travail, j’ai également suivi une rééducation fonctionnelle dans un centre hospitalier, malgré tout, ma reprise du travail n’était pas envisageable.

J’ai vécu des moments très compliqués, car la douleur était parfois insupportable, en dernier recours, j’ai été orientée vers un neurochirurgien, et j’ai finalement subi une intervention chirurgicale en 2018.

Pendant ces 3 années successives d’arrêt de travail, ça n’a été que de l’introspection !


Trouver sa voie

J’avais 40 ans, et je ne voyais plus d’issues professionnelles, il me fallait envisager une reconversion. Encouragée par le médecin du travail, ma première décision a été de m'orienter davantage dans un univers qui me corresponde : le monde de l'art créatif et du dessin. J'ai alors exploré plusieurs voix sans déterminer précisément vers quoi m’orienter.

Cet arrêt m'ayant permis de reprendre le dessin que j’avais abandonné, j’ai proposé des ateliers d'arts créatifs bénévolement dans une école et à mon domicile. Depuis toujours, je dessine des portraits, et les réactions sur mon travail étaient à chaque fois positives.

Quand il a fallu quitter mon travail pour inaptitude, j’ai bénéficié d’un accompagnement avec un organisme EpitH, spécialisé pour les travailleurs handicapés, j’ai pu suivre un bilan de compétences.  Au fil de mon avancée dans mes projets professionnels, j’ai participé à des salons professionnels au cours desquels j’ai tenu un stand de maquillage pour enfants. Ça m’a beaucoup plu, et j’ai orienté mes recherches sur le métier de maquilleur artistique. Ce qui me plaît c'est cette opportunité de mettre mes compétences artistiques au service d’autrui et de voir des sourires dans les yeux des gens, petits et grands !!!

En parallèle, je réalise donc des portraits sur commande et je crée également des panneaux passe-tête pour les animations publiques et privées. Un parcours jalonné de rencontres avec des professionnels.

C’est grâce au concours de plusieurs professionnels que Céline a pu envisager sa reconversion professionnelle, puis sa création d’entreprise.

En 1er lieu, les professionnels de santé (médecin du travail et kinésithérapeute) dans l’accompagnement à la reprise d’activité professionnelle et la gestion de la douleur, puis les organismes spécialisés dans l’emploi des travailleurs handicapés –E.P.I.T.H., Cap Emploi et Pôle emploi, et enfin BGE et la CAE l’envol dans le cadre de la création d’entreprise, et ADIE pour le soutien financier à la création d’entreprise.

Si je n’avais pas eu mon limbago, je pense que je serai allée malgré tout vers la création d’entreprise, mes soucis de santé ont précipité mon choix. Ça a été un moteur « oriente ta vie sur des choses qui te nourrissent ». Auparavant, je ne me sentais pas légitime pour vivre de mon art, maintenant je me sens à ma place, je vois des gens qui ont réussi aussi dans le maquillage, et ça m’ouvre plein d’opportunités.

La suite ? J’ai rempli mon dossier pour le concours Initiative au féminin, je tente ma chance !

Pour visualiser le travail de Céline, maquilleuse artistique :