Article

Yann Pinel : « La détection des personnes en situation d’illettrisme n’est pas un exercice simple. »

Yann Pinel est responsable de dispositifs de formation à la Région Bretagne. Il revient pour nous sur les évolutions du dispositif Prépa Clés. L’objectif annoncé : parmi les 7 853 parcours prévisionnels pour l’année au moins 1 560 parcours dédiés à l’illettrisme.

Publié le  10/09/2020

Comment traitons-nous l’illettrisme en Bretagne ?

La Région est engagée dans le combat contre l’illettrisme depuis très longtemps. Il y a plus de 10 ans existaient déjà en Bretagne les Ateliers de Savoirs Fondamentaux qui intégraient une offre sur le FLE (français langue étrangère) et sur l’illettrisme. Nous avons ensuite acheté avec l’Etat le dispositif Compétences Clés. La loi sur la Formation professionnelle du 5 mars 2014 a transféré aux Régions la formation des publics spécifiques, notamment ceux en situation d’illettrisme.  Le dispositif Compétences a alors été transféré à la Région qui l’a maintenu dans son offre de formation en y apportant des améliorations. Notamment, nous avons créé un parcours dédié aux publics en situation d’illettrisme et l’avons positionné comme une priorité. Aujourd’hui, PREPA Clés remplace Compétences Clés.

Nous souhaitons que les organismes de formation qui mettent en œuvre le dispositif puissent assurer un accompagnement que nous appelons global.


Quelles sont les évolutions du dispositif PREPA Clés ?

Avec PREPA Clés, nous avons souhaité apporter des réponses aux principaux écueils relevés au fil des 10 années de mis en œuvre de Compétences Clés. 

Il y a, par exemple, la sécurisation du parcours des personnes. Nous souhaitons que les organismes de formation qui mettent en œuvre le dispositif puissent assurer un accompagnement que nous appelons global. Cela signifie que nous leur demandons d’aller plus loin dans la prise en charge et le suivi des personnes sur l’ensemble des freins périphériques qu’elles peuvent rencontrer dans leur parcours. Car ces formations sont trop souvent interrompues notamment en raisons de difficultés financières. Nous sommes en moyenne régionale sur des parcours de 80 heures, très loin de ce qu’il est possible de faire puisque dans le cahier des charges nous permettons des parcours de 400 heures. Il faut comprendre que ces parcours peuvent potentiellement être assez longs pour véritablement permettre une sortie de la situation d’illettrisme. Désormais, une aide financière va pouvoir leur être apportée pour accroître leur disponibilité pour la formation. Nous la voyons également comme un levier incitatif afin de motiver ces personnes à passer le cap de la décision d’entrée en formation, étape souvent déterminante pour un public qui peut avoir gardé un mauvais souvenir de l’école.

Il y a également un sujet important qui est la couverture géographique. Nous avions dans le dispositif Compétences Clés une couverture régionale très large avec plus de 50 lieux d’accueil possibles, mais beaucoup d’entre eux n’ouvraient jamais au motif qu’il n’y avait pas assez de prescription de public et que cela ne permettait pas d’atteindre un équilibre financier pour les opérateurs de formation. Aujourd’hui, nous gardons cette couverture importante, mais également nous allons permettre qu’après un travail avec les acteurs de territoire, en priorité Pôle emploi, des formations puissent s’ouvrir sur des lieux dits « spécifiques ». Des endroits (notamment en zones rurales) qui ne sont pas prévus dans l’offre initiale mais pour lesquels les acteurs s’entendent pour dire qu’il y a un public relevant de situations d’illettrisme et auxquels aucune offre de formation de réapprentissage des savoirs de base n’est proposée en proximité. Nous allons accompagner la mise en œuvre de ces sessions sollicitées que nous allons soutenir financièrement. L’idée est de sécuriser les organismes de formation au niveau financier. C’est-à-dire qu’à partir du moment où un groupe sera défini, nous allons acheter la session qui sera mise en œuvre sur la base des parcours prévus. Même s’il y a des défections, ce que nous n’espérons pas, nous paierons l’opérateur. C’est un vrai pari pour sortir de l’impasse des zones rurales sans offre de formation adéquate. Notre stratégie est par ailleurs de permettre aux territoires de prendre l’initiative.

Les personnes en situation d’illettrisme ont souvent des stratégies de contournement importantes.


Est-il prévu d’accompagner la détection des personnes en situation d’illettrisme ?

La détection des personnes en situation d’illettrisme n’est pas un exercice simple. Elles ont souvent des stratégies de contournement importantes. A Pôle emploi Bretagne, vous avez travaillé sur le sujet en interne, mais nous avons aussi, dans le cadre du nouveau dispositif PREPA Clés, proposé un nouveau service consistant à proposer un diagnostic. C’est une prestation séparée du parcours de formation qui permet au conseiller d’avoir un état des lieux sur la maîtrise des savoirs de base (capacité à déchiffrer un texte, à comprendre un texte oral ou écrit, à écrire des mots, compétences mathématiques) et de savoir si nous sommes dans une situation d’illettrisme ou pas. A lui ensuite de déterminer quelle stratégie adopter.

Enfin, PREPA Clés proposera sur les territoires des actions de sensibilisation, de concertation entre les acteurs et d’animation territoriale sur la thématique de la lutte contre l’illettrisme avec l’objectif de développer les collaborations et de faire reculer l’illettrisme en Bretagne.

Quel rôle peut prendre Pôle emploi dans cette action ?

Il y a vraiment une évolution positive de l’action de Pôle emploi. Il y a un véritable enjeu car une majorité de ce public passe dans les agences Pôle emploi. Nous avons voulu conforter le rôle des conseillers qui ne doivent pas se sentir dans un parcours imposé. Il faut que l’initiative d’orienter la personne sur un diagnostic vienne vraiment d’eux. Sur la base du diagnostic PREPA Clés, il leur appartiendra ensuite de conseiller au mieux les personnes en termes d’accès à la formation ou à l’emploi. Nous attendons énormément que le lien se resserre entre les conseillers et l’offre PREPA Clés. Nous espérons que les actions d’animation qui seront initiées sur les territoires permettront des échanges entre les acteurs pour un meilleur accompagnement des personnes en situation d’illettrisme.

 

Plus d'info sur le site Internet de la Région Bretagne

Tous concernés !

 

Atout indéniable pour minorer le chômage de longue durée, la lutte contre l’illettrisme est un des axes du plan stratégique de Pôle emploi qui partage une convention nationale avec l’ANLCI (agence nationale de lutte contre l’illettrisme). Les objectifs de cette stratégie : faire monter en compétences les agents sur le sujet pour mieux accompagner les personnes en situation d’illettrisme vers l’emploi. Pour ce faire, en Bretagne, des actions de sensibilisation en agence se dérouleront jusqu’à la fin de l’année. Elles ont pour thème : les indices de repérage des personnes en situation d’illettrisme, comment aborder le sujet de l’illettrisme avec les personnes concernées, comment orienter les demandeurs d’emploi.

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

74,4 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.