Article

L’Atelier paysan : comment Pôle emploi Bretagne soutient par la formation un secteur en pleine mutation

La crise sanitaire a poussé beaucoup de demandeurs d’emploi et de salariés à s’interroger sur leur avenir. Une quête de sens qui vient bouleverser les secteurs de l’agriculture et de l’artisanat. En association avec le Conseil régional, Pôle emploi Bretagne a misé sur l’Atelier paysan, une coopérative d’accompagnement.

Publié le  10/09/2021

L’agriculture en Bretagne est en pleine mutation. Transformée par l’intérêt des consommateurs pour le circuit court dans une démarche éco responsable et éthique, poussée par le besoin d’une juste rémunération des agriculteurs, les pratiques agricoles changent et demandent désormais de nouvelles compétences. Un constat qui n’a pas échappé à Laurent Raimbault, directeur de l’agence Pôle emploi de Ploërmel. « Sur le terrain, on s’aperçoit que cela concerne autant les demandeurs d’emploi en reconversion que des agriculteurs installés qui cherchent à être plus vertueux et diminuer leurs coûts pour se garantir des revenus plus correctes ».


L’un des premiers diagnostics a été la difficulté à promouvoir des offres d’emploi, tant le déficit de compétences était important. « Il nous semblait pertinent de compléter les formations existantes, que cela soit du côté de la Chambre d’agriculture que des divers centres de formations, par des acquisitions de connaissances très pratiques comme la fabrication de matériel professionnel adapté qui fait économiser jusqu’à 30 % de coûts par rapport à l’achat chez un concessionnaire » ajoute Laurent Raimbault.


Dans ce contexte, l’arrivée sur le territoire breton de l’Atelier Paysan, coopérative d’auto construction qui propose des formations préparatoires à l’installation agricole, était une aubaine. Basée en Isère, l’Atelier paysan possède une antenne en Occitanie, et désormais en Bretagne. L’objectif : former en neuf semaines les stagiaires à la construction et réparation de matériel en mixant connaissances agricoles et artisanales. Pour Réjane Morgantini, responsable pédagogique de l’Atelier paysan, l’intérêt de cette formation complémentaire s’explique par son application pratique, mais pas seulement. « Les stagiaires passent beaucoup d’heures en atelier dans des conditions réelles que connaissent les agriculteurs installés. On appelle cela la pédagogie de chantier. L’approche est collective, ils repartent de la formation avec les outils qu’ils ont créés ensemble, dans un système d’entraide et de partage des connaissances. » Outils ergonomiques ou de maraichage pour travailler le sol, désherbage mécanique, tout ce qui permet de soulager le travail physique est abordé et testé au champ avant d’être proposé, comme également la création de bâtiments adaptés, grange, four à pain. Des savoir-faire ancestraux qui reprennent vie et donnent un sens environnemental et écologique à la démarche. « Le savoir se transmet de sessions en sessions. Il y a une évolution permanente des outils » ajoute Réjane Morgantini. L’Atelier paysan n’hésite pas non plus, quand cela est possible, à organiser des formations directement chez des agriculteurs dans des camions mobiles, pour être toujours plus près du terrain.


L’idée a immédiatement séduit la Région Bretagne qui avait lancé un appel à projet via son dispositif Qualif Emploi, en partenariat avec Pôle emploi Bretagne, mobilisé pour cofinancer la formation et sélectionner des candidats. « Le projet nous semblait intéressant car cela ne touche pas seulement le territoire de Ploërmel ou du Morbihan, mais draine des candidats qui viennent de toute la Bretagne » précise Laurent Raimbault. Dès la première session, organisée en septembre 2019, une trentaine de candidats avait été retenus pour douze places, signe de la pertinence d’une telle formation sur le territoire. « Il y a eu un important travail de réseautage pour trouver les bons profils, que cela soit auprès de la Chambre d’agriculture et des divers centres de formation pour qui l’Atelier paysan était parfaitement complémentaire. » Au total, quatre sessions se sont tenues jusqu’à septembre 2021, et ont porté leurs fruits puisque la plupart des stagiaires se sont ensuite installés à leur compte, là ou d’autres murissent encore leurs projets avant de se lancer dans les mois à venir. À la sortie des sessions, une enquête a donné un taux de satisfaction de 100 %.

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

74,4 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.