Article

Avec le taux de chômage le plus bas de France, l'emploi en Bretagne poursuit sa bonne dynamique pour 2022

Avec comme objectifs principaux de répondre aux besoins des entreprises et de réduire le chômage des jeunes et de longue durée, Pôle emploi Bretagne continuera, en 2022, de miser sur la formation, l'immersion en milieu professionnel ou encore la mobilité.

Publié le  04/02/2022

Alors que le taux de chômage en France a atteint 7,9 %, au troisième trimestre 2021, la Bretagne possède le niveau le plus bas du pays, à 6,5%. Le bassin de Vitré détient même le record national, à 4%. Les bassins de Rennes (5,8%) et de Pontivy (6,2%) tirent aussi leur épingle du jeu, alors que les bassins brestois et quimpérois plafonnent à 6,9% et 6,8%. Les bassins de la diagonale Lannion-Guingamp-Morlaix-Carhaix-Lorient connaissent, eux, les taux les plus élevés de la région, proches de la moyenne nationale. 
La demande d'emploi diminue de manière notable. Avec 125 240 demandeurs d'emploi en catégorie A et 248 400 dans les catégories A, B et C au quatrième trimestre 2021, les chiffres régionaux sont meilleurs qu'avant la pandémie - 137 200 demandeurs d'emploi en catégorie A et 256 080 dans les trois catégories. « Ce dynamisme est tiré par des secteurs tels que l'agriculture, l'agroalimentaire ou le transport, mais tient aussi à des facteurs tels que le retour de jeunes diplômés en Bretagne », analyse Frédéric Sévignon, directeur régional de Pôle emploi Bretagne.
 

40 000 formations en 2021

L'offre d'emplois augmentant, l'organisme public a relevé que les exigences des candidats augmentaient, notamment concernant la qualité de vie au travail ou la marque employeur. 
En parallèle, les entreprises deviennent moins exigeantes. « Elles ne cherchent plus tant la détention d'un diplôme que des compétences de base et un savoir-être. À partir de là, Pôle emploi, les missions locales et les agences Cap emploi sont en mesure d'engager des formations », explique Stéphane Bideau, directeur régional adjoint de Pôle emploi Bretagne. En 2021, Pôle emploi a ainsi orienté des candidats vers plus de 40 000 formations avec des bons résultats : 61,2% des demandeurs d'emploi ayant suivi une formation ont retrouvé une activité dans les six mois. 
Particulièrement concernés par ces dispositifs, les demandeurs d'emploi de longue durée. 50 000 d'entre eux ont été reçus par Pôle emploi Bretagne suite au plan gouvernemental mis en place en octobre dernier. Et un frémissement se fait ressentir : « Alors que nous étions, il y a peu, à 50% de demandeurs d'emploi sans activité depuis plus de douze mois, nous sommes arrivés à 48%, soit 10 000 personnes de moins », se réjouit le directeur.
 

Handicap et jeunesse

Réorienter ce type de profils vers l'emploi est donc l'un des gros chantiers de cette année 2022, tout comme la poursuite du rapprochement entre Pôle emploi et Cap emploi, qui permet aux candidats en situation de handicap d'être reçus, dans une même agence, par un conseiller de chaque structure.
Autre priorité : pallier aux tensions de recrutement dans des secteurs tels que le bâtiment, l'hôtellerie-restauration, l'agroalimentaire ou le commerce. 
Le contrat d'engagement jeunes s'avère être un autre chantier important. À partir du 1er mars, 75 conseillers accompagneront chacun 30 jeunes, intensivement et pendant six mois, afin qu'ils retrouvent une activité. Enfin, l'un des axes de la politique de Pôle emploi sera d'accompagner les mesures gouvernementales telles que le Parcours emploi compétences, les contrats aidés ou le plan #1jeune1solution.
Les opérations #Tousmobilisés, qui ont réuni 16 500 demandeurs d'emploi en 2021, vont évidemment se poursuivre, en proposant des rendez-vous hebdomadaires de recrutement dans les agences, des job datings dans les entreprises et des périodes de mise en situation en milieu professionnel. Autre atout phare : les semaines thématiques. Après les cinq jours autour des métiers de la santé et du prendre soin, une semaine sera consacrée, début mars, au bâtiment et aux travaux publics. L'emploi maritime sera ensuite mis à l'honneur fin mars, notamment autour de la pêche, du magasinage et de la livraison dans les criées.
 

« Nous devons proposer des solutions de mobilité et d'hébergement »

Dernier enjeu majeur : la mobilité.  « 80 % de nos demandeurs d'emploi retrouvent une activité à moins de 50 km de leur domicile, et 50 % dans un rayon de 12 km, constate le directeur. Pour favoriser la proximité, nous proposons différentes solutions de mobilité. D'abord, la mobilité pendulaire. Ensuite, la mobilité résidentielle : nous aidons l'installation de demandeurs d'emploi en Bretagne en prenant en compte les problématiques du déménagement, de l'emploi du conjoint ou de l'offre scolaire ». Autre outil : l'application Mobiville, pour connaître les réalités d'un territoire. Enfin, à travers l'opération Afpa-Hébergement, l'Afpa va mettre à disposition ses 39% de places d'hébergement disponibles, à titre gracieux et expérimental, à destination de saisonniers mais aussi à l'occasion de périodes d'essai ou d'immersion. « Si notre rôle premier reste de proposer des emplois, nous devons aussi, pour y parvenir, proposer des solutions de mobilité et d'hébergement », conclut Frédéric Sévignon. 
 

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

81,2 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.