Article

Semaine de l’emploi agroalimentaire. Proximité territoriale, emploi à la clé

Au cœur de la deuxième semaine nationale de l’emploi agroalimentaire, Montauban-de-Bretagne a été le théâtre d’un « job-dating de proximité ». Pour montrer aux demandeurs d’emploi que le maillage industriel est réel et que les emplois sont aussi à quelques minutes de chez eux.

Publié le  21/11/2022

Jeudi 17 novembre, la salle des fêtes de Montauban-de-Bretagne avait troqué ses ambitions habituelles. Située à 30 km à l'ouest de Rennes, la commune accueillait l'un de 550 évènements nationaux -et des 70 en Bretagne- de la 2e semaine nationale de l'emploi agroalimentaire. Un job-dating, oui, mais bousculant les codes. « Oui, car il est implanté dans un bassin d’emplois, au plus près de la résidence des demandeurs d’emploi mais également à proximité des entreprises, lesquelles sont localisées dans un rayon de 15 à 20 km. Avec cette mise à disposition d’une salle des fêtes, on perçoit également l’engagement des collectivités dans la recherche de personnel pour les entreprises locales. Et il n’y a pas que des postes de production  », expliquait Stéphane Bideau, directeur régional adjoint de Pôle emploi Bretagne.

« Ça ne suffit plus de passer par les agences d’intérim »

« Ça ne suffit plus de passer par les agences d’intérim. C’est plus intéressant pour nous de faire connaître la marque, l’entreprise, qui travaille chez nous dans ce type de forums. C’est toujours mieux que de passer par un intermédiaire : on est plus à même de présenter les postes. On a eu du monde, oui, même si on espère toujours qu’il y en aura plus. C’est une première pour nous, on attend beaucoup de cette journée, également pour en tirer les plus et les moins », confiaient Charlotte Guéno, ingénieur R&D, marketing et communication, et Anaïs Thébault, assistante RH et production, de « La Crêpe de Brocéliande », dont les locaux se situent à Boisgervily, à quelques minutes du lieu du job-dating. « Ça se passe bien : il y a du monde et, comme on est ouvert en termes de profils, c’est plutôt intéressant pour nous, sachant, aussi, que nous avons plusieurs sites en Ille-et-Vilaine. On recrute dans un large panel de métiers : direction, fonctions support, mais aussi production, maintenance, laboratoires », confirmait ainsi Julie Torterolo, chargée de recrutement régional chez Lactalis, figurant aussi parmi les treize entreprises présentes. Les candidats, eux, ont apprécié cette diversité de postes proposés. « Je ne connaissais pas du tout, ça permet de découvrir un autre métier. J’en ai exercé plein… Et, même s’il faut recommencer en bas de l’échelle, ce n’est pas très grave. J’ai découvert qu’il y avait pas mal d’entreprises pas loin de chez moi. J’ai en rencontré plusieurs et je suis confiante. Ca va être un nouveau départ et je trouve ça bien », confiait Corinne Lemarchand, en quête d’un CDI. 
 

« On voulait venir vers eux : l’emploi se passe sur le territoire, pas dans nos agences »

« L’intérêt était surtout de rencontrer toutes les entreprises, même si elles n’avaient pas forcément de besoins dans mon domaine, la communication digitale, l’événementiel et le marketing, livrait Alexis Renouard, qui a bouclé ses études en septembre dernier et recherche depuis un emploi. Je me suis dit : « l’agroalimentaire, pourquoi pas ? » : l’important est de trouver dans la com’. C’est une très belle expérience : c’est mieux que d’envoyer des CV par mail ou via les sites… Là, on rencontre des gens, on sait s’il y a des besoins ou pas, leurs idées, leurs envies. Certaines entreprises, par exemple, réfléchissent à créer un service communication… » Des profils différents, c’est aussi ce que recherche la filière agroalimentaire confrontée à une tension plus accrue encore ces dernières années, dans une région où le taux de chômage demeure le moins élevé de France (5,9%). Et pas uniquement sur les postes de production. « Mes équipes se sont bien mobilisées pour attirer le plus de demandeurs et leur montrer la polyvalence des métiers. On voulait venir vers eux : l’emploi se passe sur le territoire et pas dans notre agence rennaise, route de Lorient. Tout le monde a conscience des enjeux du territoire », se réjouissait Stéphanie Lorette-Latinier, directrice de l’agence Pôle emploi Rennes Ouest, en charge de ce secteur géographique rural. Marie Kieffer, délégué générale ABEA (Association bretonne des entreprises agro-alimentaires) et Annie Jestin, déléguée régionale Apecita Bretagne, étaient également présentes sur ce job-dating pour rappeler la mobilisation de l’ensemble de la filière à débusquer de nouveaux talents.
 

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

81,2 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.