Article

L'accompagnement global en 2020

S'il est encore un peu tôt pour tirer le bilan des effets de la crise sanitaire dans la lutte contre la pauvreté, l’accompagnement global reste indispensable pour accompagner ceux qui en ont le plus besoin. Pour comprendre l'accompagnement global en 2020 avec Pôle emploi, dans cet article vous en trouverez ses essentiels à retenir en chiffres...en quelques mots...et en histoires.

Publié le  24/03/2021

...EN CHIFFRES

 

ACC_GLO_REGION_2020.jpg

 

...EN QUELQUES MOTS

Parole d'une conseillère engagée...

Dans son engagement dans le plan de lutte contre la pauvreté, Pôle emploi intervient principalement dans l’axe 5 « Investir pour l’accompagnement de tous vers l’emploi ». L’indicateur essentiel de la contribution de Pôle emploi à ce plan est l’accompagnement global.

Il s’agit d’un service porté conjointement par Pôle emploi et les conseils départementaux. Il est destiné aux demandeurs d’emploi présentant un cumul de freins sociaux et professionnels qui entravent la recherche d’emploi et nécessite un suivi coordonné entre un conseiller Pôle emploi et un professionnel du travail social.

Sensible aux situations des plus démunis, j’ai décidé de m’investir professionnellement dans la lutte contre la pauvreté en tant que conseillère Pôle emploi sur l’accompagnement global.

Autonome dans mon activité, j’apprécie la proximité spécifique que m’offre cette modalité d’accompagnement. Avec en moyenne, plus d’une cinquantaine de demandeurs d’emploi en suivi dans mon portefeuille, je suis davantage attentive et vigilante aux situations du public que je reçois. Pleinement mobilisée sur ce dispositif, j’ai donc fais le choix de m’engager pour ceux qui en ont le plus besoin. En Centre-Val de Loire, nous sommes 46 conseillers dédiés. Notre objectif est de faire bénéficier de cet accompagnement sur mesure au plus grand nombre de demandeurs d’emploi en situation de vulnérabilité.

Les résultats obtenus par ce suivi montrent une certaine efficience de ce dispositif. Avec un taux de sorties positives de 42%  sur 2020 (pour reprise d’emploi, d’une formation, ou d’une création d’entreprise), il augmente de 27% le taux de retour à l’emploi durable au cours des 6 mois qui suivent l’entrée dans le dispositif.

Avec l’objectif de suivre 200 000 demandeurs d’emploi en accompagnement global en 2021, une des contributions importantes que nous avons à apporter dans cette lutte contre la pauvreté, est la prévention. Le repérage de ce public est nécessaire pour pouvoir répondre de manière plus réactive aux besoins de ces usagers et éviter qu’ils ne s’enfoncent davantage dans la précarité. Les personnes qui n’ont pas travaillé depuis un moment ou encore qui arrivent en fin de droits par exemple, je les reçois rapidement, il faut les raccrocher maintenant avant que leur situation n’empire et qu’il ne bascule vers la pauvreté.

Un aspect important dans le rôle qui m’est confié c’est la dédramatisation. J’essaye de minimaliser l’aspect assistance sociale parce que dès que l’on emploie ce terme, ça envoie immédiatement une image négative et l’adhésion en devient difficile. Ces personnes ne se sentent pas prêtes à accepter le fait qu’elles aient besoin d’aide, rendant l’approche souvent difficile avec cette notion d’ « être suivi ».  Ce dispositif permet d’amener petit à petit ces personnes à aller vers les services sociaux. C’est un discours important à avoir puisque ces personnes n’ont parfois, que peu de recul sur leur situation et c’est à ce moment que nous pouvons provoquer un déclic.

C’est un travail de confiance, de proximité avec nos usagers. La réussite de cet accompagnement réside dans la personnalisation de la relation. Une fois installée, elle favorise le climat de confiance et facilite l’acceptation et l’accompagnement. Instaurer un dialogue en dédramatisant le côté « emploi », en rassurant et en expliquant au bénéficiaire qu’il n’est pas seul dans cette situation.

Ce qui fait également le succès de cet accompagnement global, c’est le lien avec le Conseil Départemental. En relation constante avec les assistantes sociales, nos activités sont complémentaires permettant de considérer les demandeurs d’emploi dans leur ensemble et ainsi faciliter leur retour à l’emploi.

Nous avons d’ailleurs, un projet que nous prévoyons de mettre en place dès que les conditions sanitaires le permettront. Il s’agit d’un parcours pour redynamiser les plus éloignés de l’emploi en zone rurale.

A l’issue d’un constat partagé entre acteur de l’emploi (moi) et acteurs sociaux (assistantes sociales), nous avons identifié plusieurs axes de difficultés que nous avons catégorisé en thématiques : isolement, fracture numérique, estime de soi, projection professionnelle, mobilité,…que nous allons travailler au travers un parcours d’ateliers socio-professionnels.

L’objectif est simple, répondre aux besoins des bénéficiaires cumulant des freins sur le champ social et professionnel. Il s’agit d’une action collective, pour faciliter la synergie et la dynamique de groupe. Elle aura lieu à proximité des usagers sur les territoires des communes rurales. Elle se décline en une alternance d’ateliers co-construits et co-animés par des conseillers Pôle emploi, des assistantes sociales du Conseil Départemental et autres partenaires de l’opération. Cette coopération des services est nécessaire et indispensable pour suivre l’évolution de chacun des demandeurs d’emploi en mutualisant les compétences de chacun. Ces premières étapes ne mènent pas forcément à l’emploi directement mais permettent aux bénéficiaires d’avancer dans ses démarches personnelles et professionnelles.

Ainsi nous distinguerons les ateliers « social » :

  • Reprise de confiance par le biais des compétences personnelles et professionnelles.
  • Estime de soi avec l’intervention d’intervenants extérieurs. Par exemple des séances de maquillage, de coiffure, de soins barbes, de colorimétrie…
  •  Sortie de l’isolement avec des séances de théâtre, fait par un professionnel.
  •  Présentation de soi avec séance de travail sur l’apparence. La tenue vestimentaire par exemple, en partenariat avec l’association Emmaüs.
  •  Mobilité : savoir s’organiser pour aller chez Emmaüs, être renseigné sur les dispositifs (financiers et techniques).
  •  Aides financières : reprise d’emploi et/ou formations.

Les ateliers « professionnel » :

  • Projet professionnel : travail sur les compétences.
  •  Outils de recherches d’emploi : construction CV, lettres de motivations avec utilisation d’outils numériques,…
  •  Préparations et simulations d’entretiens : en appui avec les séances de théâtre réalisées.
  •  Outils numériques : mises à dispositions de tablettes pour initier et accompagner sur les espaces emplois, recherches d’emploi…
  •  Insertion par l’Activité Economique : présentation par un intervenant extérieur du dispositif et des entreprises sur le bassin.
  •  Rencontres Employeurs : intervention d’un employeur et visite de l’entreprise du territoire local.

Certaine des résultats qui seront obtenus avec cette nouvelle prestation, nous avons hâte de pouvoir proposer ce parcours pour permettre à nos bénéficiaires de se remobiliser en leur donnant toutes les clés de leur réussite aussi bien sur le volet social que professionnel et ainsi favoriser leur retour à l’emploi…

...EN HISTOIRES

Découvrez, au travers de ces courtes histoires, le travail collaboratif réalisé par les conseillers de Pôle emploi et leurs partenaires, qui oeuvrent quotidiennement dans la lutte contre la pauvreté.

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

74,4 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.