Article

[#AvecPôleEmploi] La cravate solidaire : le dernier coup de pouce avant l’entretien

En 2012, Nicolas, Yann et Jacques-Henri, à peine sortis d'école de commerce, créent à Paris «La Cravate Solidaire», une association qui habille gracieusement les demandeurs d'emploi à la veille de leur entretien d'embauche. Leur slogan : «L’habit ne fait pas le moine, mais il y contribue».

Publié le  16/02/2021

Aujourd’hui, une douzaine de Cravates ont fleuri aux quatre coins de l’hexagone et même chez nos voisins belges. A Metz, Catherine Schweitzer s’est lancée avec enthousiasme dans l’aventure de ce dressing solidaire en 2019…

Lutter contre les discriminations liées à l’image, notamment lors des entretiens à l’embauche, c’est un engagement auquel croit Catherine Schweitzer, qui accompagnait déjà des salariés en difficulté chez Action Logement. D’abord attirée par le bénévolat, elle contacte le siège parisien. Pas de Cravate Solidaire en Grand Est ? Qu’à cela ne tienne, séduite, Catherine décide de sauter le pas et de se lancer dans l’aventure de ce dressing solidaire.

Elle commence par faire le tour des partenaires pour mesurer et quantifier les besoins. Elle constitue ensuite son conseil d’administration avec sept membres. Local, équipe opérationnelle, bénévoles,… La Cravate démarre en janvier 2020. Installée dans 200 m2 entre le port de Metz et Woippy, elle accueille, sur prescription, des personnes en insertion, en réinsertion, conversion professionnelle, des jeunes, des primo arrivants réfugiés ou encore des personnes en situation de handicap. «Les candidats nous sont envoyés par les prescripteurs comme Pôle emploi, la Mission locale, le Conseil départemental, les foyers de jeunes travailleurs, le service militaire volontaire».

Au cœur de l’activité de La Cravate Solidaire, les ateliers Coup de pouce, comme ceux déjà organisés avec les agences Pôle emploi de Montigny-les-Metz ou encore Metz Gare, sont la dernière ligne droite avant l’entretien d’embauche. «Nous accueillons les candidats dans un lieu chaleureux et convivial. On échange autour de leur projet professionnel, on essaie de les déstresser. Ils suivent ensuite un parcours individuel de deux heures». Première étape : le coaching en image. Direction le dressing solidaire pour lui trouver une tenue complète. Pour les hommes, cela va de la paire de chaussures à la veste en passant par la cravate, la chemise et la ceinture. «Mais attention, on n’est pas là pour déguiser les gens. On ne va pas proposer un costume cravate à quelqu’un qui postule sur un poste de mécanicien» précise Catherine. Pour les femmes, le dressing propose en plus un sac à main, des bijoux fantaisie, un foulard. Une fois habillé, place au coaching RH. «Ce sont des bénévoles, des pro des ressources humaines. Ils donnent des conseils sur la posture à adopter, les codes verbaux ou non verbaux».

 «Attention, on n’est pas là pour déguiser les gens» 
Catherine Schweitzer, La Cravate Solidaire - Metz

210215cravate-portrait.png

«Chez nous, le bénévolat est à la carte : on donne des heures», Catherine Schweitzer, La Cravate Solidaire - Metz. 
Qui dit solidarité, dit bien évidemment appel à contribution. Du côté de La Cravate Solidaire, les besoins sont multiples. «Chez nous, le bénévolat est à la carte : on donne des heures. En début de mois, Julien (NDR : l’un des trois salariés de l’association messine) établit le planning des ateliers et les bénévoles se positionnent». Ils sont 70, en activité, à la retraite, intervenant dans le cadre du mécénat d’entreprise à donner des heures comme coach en image, coach RH, ou pour le tri des vêtements. Catherine précise : «Tous les bénévoles sont formés dès leur arrivée. A la fin de chaque atelier, les candidats ont le sourire mais nos bénévoles également !». Côté dressing, l’appel aux dons (de bonne qualité) est régulier. Depuis sa création, le dressing solidaire a fourni 130 tenues complètes à 130 candidats. «Nous récupérons les invendus de grandes enseignes de vêtements. Nous proposons également du team building en entreprise : salariés déposent les vêtements et quelquefois organisent le tri» explique la responsable.

«Du côté de notre activité, on va mettre en place les ateliers numériques et Coup de pouce au féminin.
Nous envisageons également le parrainage et le marrainage»,
Catherine Schweitzer, La Cravate Solidaire - Metz.

Sans véritable concurrence, La Cravate Solidaire voit, malheureusement, son public augmenter. La crise sanitaire actuelle ne faisant qu’accélérer une tendance de fond installée depuis de nombreuses années. «Les partenaires nous dirigent de plus en plus de public. D’ailleurs, j’ai mis en place un partenariat avec l’association Transboulot. En mars, nous accueillons des personnes venant de Dieuze et de Toul». Le développement de sa petite entreprise ? Catherine Schweitzer y pense mais garde les pieds sur terre. Dans le social, on apprend à rester très pragmatique. «On va déjà analyser notre activité en 2021. On pense peut-être à s’installer en Moselle Est et peut-être en Alsace. C’est la demande qui remonte aujourd’hui. Du côté de notre activité, on va mettre en place les ateliers numériques et Coup de pouce au féminin. Nous envisageons également le parrainage et le marrainage». Une actualité dont nous nous ferons bien évidemment l’écho.

Intéressé-e par La Cravate Solidaire - Metz :

Contact : Catherine Schweitzer
La Cravate Solidaire
Village Afpa – 6 rue Pierre Boileau – 57063 Metz
Tél : 06 52 08 44 29

metz@lacravatesolidaire.org

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

74,4 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.