Article

Services à la personne : l’ADMR de l’Aube recrute 200 CDI sur deux ans

Avec un réseau de 37 associations et près de 650 salariés, l’ADMR de l’Aube, spécialisée dans les services à la personne, recrute régulièrement sur l’ensemble de son territoire. Académie ADMR, plateforme mobilité, équipe d’accompagnement pluridisciplinaire… Loïc Baverel, responsable RH, nous présente un établissement à l’écoute et aux petits soins pour ses salariés.

Publié le  13/07/2021

La population vieillit, c’est un fait. Comment cela se traduit-il dans vos besoins en recrutement ?

Nous avons calculé qu’il nous faudrait, sur deux années, jusqu’à 200 contrats à durée indéterminée (120 à 130 heures par mois en moyenne) : des aides à domicile, assistant(e)s et auxiliaires de vie et des aides-soignant(e)s. Il s’agit du résultat combiné des besoins des 37 associations sur le territoire de l’Aube en fonction de nos projections.

Nous avons tout d’abord des remplacements liés aux départs à la retraite des cinq prochaines années. Ensuite, nous avons des besoins structurels liés aux postes vacants. Et enfin, nous constatons un accroissement des besoins lié au vieillissement de la population sur le territoire pour l’aide, l’accompagnement et les soins à domicile.

Quels sont les profils que vous recherchez ?

Tout d’abord des personnes diplômées, ou expérimentées. Ensuite, nous nous inscrivons dans une logique de réinsertion professionnelle. Aux profils sans diplôme ni expérience voire même éloignés du marché du travail, nous offrons la possibilité d’intégrer l’Académie ADMR qui délivre des formations qualifiantes en partenariat avec Pôle emploi et la région Grand Est. A ce jour, nous faisons passer les deux premiers modules du titre pro Assistant de vie aux familles (ADVF). A l’issue, les stagiaires signent un contrat en CDI. Depuis cette année nous proposons également au public jeune de nous rejoindre via un contrat d’apprentissage qui débouche ensuite sur un CDI.

Quelles sont les principales difficultés de recrutement ? Et comment les contrez-vous ?

C’est un métier du domicile, il faut se rendre chez les bénéficiaires. Le principal frein est donc un frein à la mobilité : pas de permis de conduire ou pas de voiture. Depuis cette année, nous avons mis en place une plateforme de mobilité. C’est un parc de cinq voitures de service qu’on met à disposition des jeunes recrues, nouvellement embauchées, qui ont le permis mais pas de voiture. Histoire de rompre le cercle vicieux : je n’ai pas de voiture donc je n’ai pas de boulot et vice-versa !

C’est un métier où on commence tôt et où on peut finir tard. A l’ ADMR, il n’y a pas de travail de nuit,  l’objectif est de terminer les interventions au plus tard à 20h. Et puis, l’aide à domicile est un métier de vocation. Tout le monde n’a pas la fibre pour pouvoir l’exercer. Il faut avoir le sens du service, retirer de la satisfaction dans l’aide qu’on apporte. Intervenir à domicile, c’est permettre aux personnes âgées de rester chez elles si elles le souhaitent.

Enfin, à l’ADMR, nous devons pouvoir intervenir, dans tous les villages, tous les lieux dits, même les zones les plus reculées. Cela fait partie de nos principes, de nos valeurs. Force est de constater que dans certaines zones, il y a moins de personnes actives en âge de travailler. Le recrutement y est par conséquent plus complexe.  Au nom de la liberté de choisir le maintien à domicile, il est primordial pour nous de limiter au maximum les listes d’attente.

ADMR2.jpg

Les métiers des services à la personne restent soumis, dans la plupart des établissements, à d’importants turn over de personnel. Qu’en est-il chez ADMR ?

Nous essayons de donner un cadre de travail, des conditions optimales, et quelques avantages à nos collaborateurs. Par exemple, nous remboursons les km trajet, c’est-à-dire ceux entre le premier et le dernier bénéficiaire, à hauteur de 100% au lieu de 60% exigés par la convention collective. Autres exemples : notre mutuelle est plus avantageuse que ce que prévoit la convention collective pour un prix identique, nos salariés peuvent accéder à un véhicule neuf via la prestation Solidaire de Renault.

Notre service RH aide les salariés dans leurs démarches notamment pour les aides. Nos équipes pluridisciplinaires (ergothérapeute, infirmière, coordinatrice en soutien) accompagnent tous les salariés qui se forment sur les gestes, les postures, l’ergonomie à un rythme d’environ une fois tous les cinq ans pour une remise à niveau.

Comment travaillez-vous #AvecPôleEmploi ?

Nous avons conscience d’être « chouchoutés » par Pôle emploi. On a une conseillère entreprise attitrée. C’est une porte d’entrée unique, elle fait le relai auprès des autres agences du territoire. On a un service entreprise qui est à l’écoute, qui est réactif. C’est un partenaire fiable.

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

74,4 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.