Article

La quinzaine des métiers du secteur CHR

Un secteur qui recrute, à nous de le faire savoir !

Publié le  27/05/2021

Nadine_Crinier_536.jpg

Interview de Nadine Crinier, directrice régionale de Pôle emploi Ile-de-France. La direction régionale est fortement investie en faveur du secteur Café-Hôtel-Restauration en raison du poids économique du secteur dans la région francilienne.

En raison de la crise, le secteur café hôtel restauration était en sommeil. Les récentes communications du Gouvernement relatives à un déconfinement progressif annoncent une réouverture des établissements. Les recruteurs vont avoir des besoins de recrutement, avec une nécessité de répondre rapidement et de pourvoir ces postes.

« L’Etat a annoncé un déconfinement en 4 étapes progressives du 3 mai au 30 juin (conditionné à la situation sanitaire). Concernant l’Hôtellerie-restauration, la réouverture des terrasses a eu lieu le 29 mai et celle des restaurants à partir du 9 juin. 100.000 salariés pourraient ne pas prendre ou reprendre leur poste selon l’UMIH. Ces besoins de recrutement ont été confirmés par la récente publication de l’enquête BMO, qui pour la région Ile-de-France place les métiers de serveurs de restaurants de café et de commis parmi les 20 métiers les plus recherchés. Dans la seule région francilienne, ce ne sont pas moins de 62 000 personnes qui sont à la recherche d’un emploi dans ce secteur dont 35 000 sur 5 métiers. Dans un premier temps, il faudra compter sans le secteur touristique en Ile-de-France. Pôle emploi est attendu pour réaliser les recrutements stratégiques d’un point de vue économique et pour lesquels la visibilité sera progressive.

Face à ce constat et depuis le 16 mai dernier, Pôle emploi a lancé une opération de communication pour valoriser les métiers, susciter des vocations. En quoi ce secteur est prioritaire ?

« Le secteur Café-Hôtel-Restauration est une source d’emplois importante avec 97 000 établissements en région parisienne. Toutefois il est depuis la crise sanitaire l’un des secteurs les plus durement touchés avec un chiffre d’affaire en baisse de 84 % sur un an. Alors que le secteur connaît traditionnellement de fortes tensions de recrutement, notre rôle est primordial pour accompagner les établissements et les demandeurs d’emploi que nous suivons.

Avec des niveaux de qualification variable, accessible à tous niveaux d’étude, ce secteur recrute des profils variés qui s’appuient avant tout sur les savoir-être. C’est donc un fort levier d’insertion pour les chômeurs de longue de longue durée et/ou pour les personnes avec un niveau de diplôme plus faible. Les aides et mesures du plan de relance pourront ainsi être proposées pour accompagner ces publics spécifiques. Bref ce secteur compte sur nous et nous nous devons d’être au rendez-vous ».

Face à ce défi de recrutements, les actions de formation constituent un levier pour un retour rapide et pérenne vers l’emploi ?

« Oui la formation est bel et bien un levier ! Et d’ailleurs dans le secteur Café-Hôtel-Restauration, nous avons une palette d’intervention très large et des moyens importants selon la taille des établissements et des projets avec des réponses spécifiques.

Pôle emploi mène avec le Conseil  régional Ile-de-France une politique de formation ambitieuse pour anticiper les besoins des établissements à moyen et à long terme avec 4000 places de formation disponibles d’ici fin 2021 (soit 2000 de plus que l’année précédente). A ces stagiaires prochainement formés viendront s’ajouter ainsi 2000 personnes qui sortiront de formation d’ici fin juillet, un vivier de compétences auxquelles des emplois seront rapidement proposés.

En complément de ces actions de formation et quand cela est nécessaire, nous travaillons également à un réentraînement aux gestes professionnels. Ces formations sont destinées à des publics de permittents ou de DELD avec une expérience dans le secteur. Particulièrement utiles pour les personnes de ce secteur qui n’ont pas travaillé depuis un an, elles leur permettront de revoir les gestes et postures professionnels et de préparer leur future rencontre avec des employeurs. Ce programme sera complété d’actions d’adaptation au travers de Préparation Opérationnelle à l’Emploi ».

Quelques chiffres

  • 97 000 établissements en région francilienne
  • 62 000 demandeurs d’emploi en recherche d’un poste dans le secteur (catégorie A fin mars 2021)
  • 4 000 places de formation disponibles d’ici fin 2021
  • 2 000 personnes formées d’ici fin juillet

Franck_Delvau_536.jpg

Franck Delvau, président de l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie Paris Ile-de-France

En quelques mots, pouvez-vous nous présenter l’UMIH Paris Ile-de-France?

« L’UMIH est le premier syndicat CHR en France. A l’échelle nationale, l’UMIH représente 35 000 entreprises auprès desquelles nous apportons une assistance juridique et du conseil. Durant la crise, notre action s’est également orientée vers des actions de lobbying et de représentations de la profession afin d’en défendre les intérêts ».


Concrètement, comment se passe le partenariat avec Pôle emploi ? Quelles sont vos attentes ?
« Depuis presque un an, nous sommes une profession qui n’a pas embauché dans ses quelque 18 000 cafés bars et restaurants. Pour autant, la relation que nous avons avec Pôle emploi doit nous permettre d’être prêts quand la reprise sera là, à court terme mais aussi à moyen terme avec notamment de grands événements internationaux tels que La Coupe du Monde de Rugby en 2023 et les JO en 2024. Au national, on évoque 100 000 emplois à pourvoir dans la profession et nous comptons sur Pôle emploi pour y parvenir. Si des formations existent, certaines ne sont pas ou peu pourvues en raison d’a priori qui ont encore la vie dure au sujet de ces métiers. Dans le cadre de notre travail avec Pôle emploi, il s’agira de mieux communiquer sur les opportunités, leurs réalités professionnelles sans oublier les rapides possibilités d’évolution, nombreuses dans le secteur ».


Pour terminer, quels impacts de la crise identifiez-vous pour le secteur Café-Hôtel-Restauration ?

« L’Ile-de-France est la région la plus touchée. Concernant le tourisme, Paris a perdu 33 millions de touristes. On évoque bien sûr le tourisme de loisirs mais je précise qu’il n’y pas non plus de tourismes d’affaire puisque les habituels salons et congrès n’ont momentanément plus lieu. Nous sommes également dépendants du secteur aéroportuaire qui manque encore de visibilité quant à une prochaine reprise. En termes économiques, la crise risque de mettre à mal des établissements déjà fragilisés. Pour y remédier, l’UMIH travaille en ce moment pour que le remboursement du PGE soit décalé de 6 ans. Des interrogations demeurent notamment sur la reprise du tourisme, les volumes de touristes, les conséquences du télétravail qui a changé les habitudes. Néanmoins les emplois sont là et la réouverture des établissements est une bonne nouvelle pour nous ».

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

74,4 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.