Article

Deux ans d’implication de psychologues d’Ile-de-France et des enseignements clés

Depuis 2020, les régions d’Île-de-France et de Nouvelle Aquitaine ont constitué chacune un groupe de 10 à 12 psychologues pour participer à la recherche-action « Travail Chômage Santé », conduite par une équipe de chercheurs du CNAM dirigée par Dominique Lhuilier, professeure émérite. Retour sur l’expérience de l’Île-de-France.

Publié le  24/03/2023

Un travail effectué en lien avec de nombreux partenaires régionaux

Plusieurs partenaires ont participé à cette recherche portée par les deux régions : Mission locale, Cap emploi, Solidarités Nouvelles face au Chômage (SNC), Territoires Zéro Chômeur de Longue Durée (TZCLD). Le dernier Comité de pilotage de la recherche (composé, outre les organismes déjà cités, de la direction générale de Pôle emploi, de l’AGEFIPH, de la CNAM et de la MILDECA) s’est tenu en décembre 2022 autour d’une présentation de pistes d’action par l’équipe de recherche.

Un travail spécifique avec le Cnam en Île-de-France

Le groupe des psychologues du travail a été directement accompagné par Dominique Lhuilier professeur émérite du CNAM. Dominique Lhuillier organisait une réunion mensuelle avec les dix psychologues pour qu’ils partagent  ensemble les contenus des entretiens faits lors des accompagnements. Cela permettait au groupe de réfléchir  collectivement aux impacts des problématiques de santé,  des demandeurs d’emploi et l’accompagnement de ceux-ci dans la prise en considération de ces difficultés pour relancer leur dynamique personnelle et professionnelle.
 
« Les demandeurs d’emploi ont besoin de se retrouver en groupe dans des rapports d’entre-aide qui les requalifient car ils ne sont plus seulement aidés mais aidants. La réassurance par les pairs est essentielle, comme la reconnaissance de leurs capacités, de leurs savoirs de l’expérience du chômage et des modalités du prendre soin de soi pour restaurer leur santé. Cela suppose que les experts de l’accompagnement ne centralisent, monopolisent pas le choix des thématiques, des exercices ou tests à faire ou la délivrance de conseils en terme de bonne pratiques à mettre en œuvre. Construire un cadre sécurisant, leur faire confiance, veiller au travail d’emplacement par chacun favorisé, respecté par les autres, et faire de temps en temps des apports d’informations sur les droits, démarches, ressources à mobiliser dans différents champs (santé, logement, services sociaux, formation… ). » Dominique Lhuillier.

Des enseignements partagé dans le cadre dans d’un colloque francilien

Différents enseignements et observations tirés de la recherche ont fait l’objet de communications au colloque « Vivre en santé au travail et au chômage : l’affaire de tous » organisé au CNAM les 29 et 30 septembre 2022, auquel ont assisté quelque 70 psychologues de Pôle emploi. Les psychologues ont notamment présenté des  analyses d’entretiens et d’ateliers réalisés avec des demandeurs d’emploi volontaires ayant un problème de santé physique et/ou psychique.

Une recherche collective qui aboutit à des pratiques innovantes pour accompagner les demandeurs d’emploi en difficultés

Dans le cadre de cette recherche conjointe ont été mis en place des pratiques de suivi spécifiques, sous la forme d’entretiens individuels et collectifs. Ces différentes modalités permettent au demandeur d’emploi de travailler seul ou dans l’entraide et le partage pour avancer ensemble en échangeant et en se conseillant, dans la bienveillance, sur sa propre situation. Plusieurs enseignements ressortent.
 
La première étape est de partir de l’individu. En effet, il apparait que les problèmes de santé ont souvent une origine antérieure au chômage. Parmi les demandeurs d’emploi faisant l’objet de cette recherche, certains ont un parcours professionnel où la santé est « sacrifiée » pour tenter de se maintenir en poste, avec pour issue une démission ou un licenciement pour inaptitude. Cette situation peut générer un ensemble de troubles psychiques ou physiques qui entravent leur qualité de vie et le retour à l’emploi. D’autres demandeurs d’emploi connaissent une trajectoire précaire alternant CDD et chômage ; situation qui engendre une usure progressive. Par ailleurs, la durée du chômage agit sur la dégradation de la santé comme de l’employabilité, il apparaît donc nécessaire d’accompagner au plus tôt les individus.  
 
Ensuite, le réinvestissement de la sphère professionnelle dépend d’un espace, d’un temps où l’individu va pouvoir poser son problème, ses difficultés, en parler avec des professionnels, mais surtout avec ses pairs ; et mener, en cas de besoins, des soins. Ainsi, il va pouvoir reconstruire un équilibre de vie par étapes, dans le cadre personnel et social. Il va réapprendre à organiser son temps, reprendre confiance dans l’avenir professionnel et de santé.
 
Enfin, les entretiens, individuels ou collectifs, conduits avec neutralité et une écoute attentive et compréhensive, favorisent une restauration de l’estime de soi et une transformation du regard porté sur l’avenir. Le fonctionnement de ces entretiens doit dépendre du besoin et de la spécificité de celui auquel il s’adresse et ne peut partir d’un canevas déjà instauré. 
 
En parallèle de ces entretiens individuels et collectifs, des ateliers mensuels « Chômage et santé » sur une durée de six mois, offrent aux demandeurs d’emploi un espace d’expression, d’écoute et d’entraide qui favorise des échanges d’expériences, de procédés, de « trucs » concernant des actions à mener ou des façons de penser, sur le chemin d’un futur retour à une vie sociale et professionnelle dans la prise en considération de ses problèmes de santé.
 
Cet ensemble d’actions  constitue un outil déterminant dans la palette des services que le psychologue peut proposer, en complémentarité des conseillers, pour l’accompagnement des personnes dans leur évolution professionnelle. De manière plus large, la recherche-action a permis d’éprouver des méthodes d’interaction et d’écoute individuelles et collectives relatives aux problématiques de santé, quand celles-ci ne relèvent pas d’un diagnostic tel qu’il est réalisé dans la prestation « Parcours Emploi Santé » mais requièrent une intervention du psychologue lui permettant également, au moment opportun, de mobiliser des services des conseillers auprès des demandeurs d’emploi et des entreprises.

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

82,8 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ex : 33000

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.