Article

L’entreprise Couach garde le Cap vers l’emploi avec l’AFEST

Le chantier naval a plus de 120 ans d’existence. Basé à Gujan-Mestras, sur le bassin d’Arcachon, il abrite l’ensemble des locaux qui vont permettre l’étude préliminaire du navire, jusqu’à sa fabrication et sa mise à l’eau.

Publié le  25/06/2021

Confrontée à des difficultés de recrutement, l’entreprise a travaillé avec l’équipe entreprise Pôle emploi de La Teste et le service « Formation dans les Territoires » de la Direction Régionale : germe alors l’idée d’utiliser l’AFEST* au service de publics éloignés de l’emploi.

 

L’entreprise qui a besoin de compétences de haut niveau de technicité fait alors le pari de retenir deux candidats sans expérience !

 

Hélène Marty (DRH de Couach), Estelle Faure (Assistante RH Couach), et Vanessa Le Boterf (Consultante Formation numérique chez Grains’up), nous expliquent tout !

Hélène Marty : « Être à l’écoute des métiers de demain »

 

Hélène Marty, pourriez-vous nous parler de votre champ d’intervention, de votre mission de DRH au sein de Couach ?

 

Je suis arrivée en février 2020 sur une création de poste. Le groupe Nepteam voulait accompagner la croissance de Couach, en lien avec les enjeux des recrutements, de développement des compétences et de transformation.

 

En quelques mots, pouvez-vous nous présenter Couach et ses effectifs ?

 

Le chantier naval Couach est connu localement et nationalement. Initialement pour les yachts de luxe et également pour son savoir-faire sur la maitrise du composite. L’entreprise a des commandes importantes pour les 2 à 3 prochaines années : pour la nouvelle flotte SNSM et les navires militaires. Nous avons aussi la mise à l’eau, prévue pour cet été d’un yacht de 26 mètres. Même si le chantier s’appuie sur les métiers traditionnels du maritime, nous avons pris un virage technologique, avec un bureau d’études complet et un service recherches et développement.

 

L’entreprise compte 190 collaborateurs, dont une quinzaine d’alternants (issue de l’université ou des personnes en reconversion). Les emplois intérimaires sont aussi une force vive de nos effectifs, notamment sur les métiers du composite, le montage (bois), la mécanique navale, la manutention et la logistique.

 

Quels sont vos principaux enjeux RH ?

 

Ils sont nombreux ! Nous avons des projets ambitieux pour les équipes et la société :

  • Notre partenariat avec Pôle emploi et le projet AFEST
  • Le déploiement d’un projet sur la santé au travail avec la CARSAT : Amélioration de la Performance par la Prévention 2 (performance et santé). Nous allons choisir un sujet, une réalité de terrain et nous allons travailler avec d’autres entreprises, dans un contexte d’intelligence collective : ce projet est unique en France.
  • Nous avons aussi une réflexion sur une intégration optimisée pour la prise de poste des nouveaux salariés et l’avantage compétitif que cela représente.
  • Et puis nous menons un travail sur la digitalisation de la formation : avec la capitalisation des savoirs et la création de communautés apprenante. C’est dans ce cadre que nous avons mis en place l’AFEST : c’est une démarche hybride entre le numérique et l’opérationnel. Avec ce projet nous avons intégré deux personnes éloignées de l’emploi. Cette expérimentation permet de formaliser des savoirs de haut niveau, qui constituent notre patrimoine spécifique. Et cela présente un avantage compétitif évident.
  • Et toujours en lien avec l’AFEST, nous avons un projet de « Campus Couach ». Les tuteurs ont en grand pouvoir de transmission : c’est ce que nous voudrions mettre à profit avec ce centre de formation interne.
  • Nous voudrions aussi augmenter les échanges inter-entreprises : allez voir ce que font les autres, échanger avec nos pairs, co-construire des outils, des supports, … . Avec un objectif essentiel : la montée en compétences.

 

Comment recrutez-vous ?

 

Nous attachons une attention particulière à la performance du recrutement et à la qualité de l’intégration. La fidélisation et l’engagement des salariés sont primordiaux : avec l’outil TalentView, nous avons impulsé une nouvelle dynamique qui nous a permis de valoriser notre marque employeur. Et il faut, bien sûr, que nos campagnes de recrutement associe l’opérationnel, le terrain dans la prise de décision.

 

Comment l’équipe entreprise Pôle emploi de La Teste vous appuie dans vos recrutements ?

 

C’est une équipe présente, réactive : c’est plus un partenariat qu’une délivrance de services par un opérateur. Ça a été très important pendant la période « Covid », par rapport aux recrutements en nombre que nous avions. En plus, cette équipe à un fort ancrage territorial et cela est précieux.

 

Comment votre besoin d’innovation impacte-t-il votre recrutement ?

 

Nous allons avoir besoin de profils techniques et d’ingénieurs ; mais pas seulement ! Cela peut-être aussi un projet construit autour du social, comme avec l’AFEST : cela fait partie des moyens de formation qui sont complétement en lien avec l’innovation. On peut se former à tout et à tout moment. Il faut être à l’écoute des métiers de demain. Nous avons un groupe de travail en amont des campagnes de recrutement, pour avoir un temps d’avance : parcours, profils, évolution des métiers, … . Et il faut savoir faire grandir les personnes au sein de l’entreprise : c’est un enjeu fort qui n’est pas toujours facile à mettre en place.

 

Quelles sont les attentes particulières des nouvelles générations ?

 

On entend beaucoup de choses, et c’est souvent réducteur. Cette nouvelle génération a besoin de sens, elle veut adhérer à des valeurs sociales et écoresponsables : cette démarche est un enjeu incontournable pour Couach, et la direction le sait. Dans l’entreprise, la moyenne d’âge est de 40 ans. Les plus jeunes ont 20 ans. Et avec les stagiaires du Lycée de la Mer nous accueillons des mineurs sur des formations courtes. Les jeunes générations sont les bienvenues chez nous !

Estelle Faure : « L’entreprise devient une organisation apprenante »

 

Estelle Faure, pourriez-vous nous parler de votre champ d’intervention au sein de Couach ?

 

J’accompagne la DRH sur la partie recrutement et formation. Il y a peu, les recrutements étaient externalisés. Notre nouvelle plateforme « carrière » nous permet d’échanger directement avec les candidats, de diffuser nos offres d’emploi et de mettre en place des questionnaires : nous avons gagné en efficacité et en visibilité. Je peux créer des viviers de candidats et prendre en main notre marque employeur. Couach est une PME, c’est pourquoi il était important de retrouver une proximité avec les personnes, et une présence terrain plus importante des RH. Pour la partie formation, nous avons beaucoup de projets : pour le service RH d’une PME, c’est passionnant. Nous nous concentrons sur ce qui peut développer les compétences de nos salariés et apporter de la compétitivité à l’entreprise.

 

Sur quels types de recrutements collaborez-vous avec Pôle emploi ?

 

Avec l’équipe entreprise Pôle emploi de La Teste, nous avons beaucoup d’échanges et nous les sollicitons sur tous types de postes. Pôle emploi propose un véritable accompagnement, un suivi : leur équipe recherche toujours à s’améliorer, à être au plus près de nos besoins. Actuellement, nous les sollicitons pour des postes en logistique (ordonnanceur, approvisionneur, magasinier) et en production (mécanicien naval, électricien et stratifieur).

 

Compétences recherchées ?

 

Depuis 1867, l’entreprise Couach est positionnée sur le marché des navires de plaisance, et plus récemment sur les navires militaires et professionnels. Il y a des profils que l’on peine à trouver, car il y a une méconnaissance des métiers du naval. Mais des profils qui viennent de la filière de l’aéronautique ou du bâtiment peuvent tout à fait s’épanouir dans le naval. La problématique du logement peut être un frein également, en particulier pour les intérimaires : nous avons d’ailleurs une réflexion sur ce sujet.

 

Pourquoi votre choix s’est-il porté sur l’AFEST ?

 

Avec l’AFEST, nous formons des personnes, des demandeurs d’emploi qui ont peu ou pas de qualifications ou qui se sont éloignés de leur formation initiale. Nous recherchions une intégration rapide d’une personne en la mettant en situation de travail.

 

Mais ce qui est primordial pour nous, c’est de trouver des collaborateurs motivés, méticuleux, vigilants et conscients qu’ils vont apprendre différemment. Pour l’image de l’entreprise, il faut que les bateaux qui sortent d’ici soient parfaitement réalisés. Nous sommes prêts à recruter localement, des profils sans qualification et à les former avec l’AFEST.

 

Nous menons une expérimentation sur 2 métiers : mécanicien naval et opérateur composite multi-procédés. Ces postes, comme tous les postes de Couach, sont difficiles à pourvoir car ce ne sont pas seulement des postes du domaine naval, mais des postes qui relèvent d’un travail de conception spécifique à l’entreprise.

 

Par ailleurs, la démarche AFEST permet de fonder la décision de recrutement sur un processus d’intégration dans le contexte particulier de l’entreprise. Deux apprenants ont été retenus et bénéficient d’une AFPR. Notre partenariat avec Pôle emploi a été un levier important dans la réussite de ce projet. L’entreprise Grains’up nous a accompagné sur le dispositif AFEST (Vanessa Le Boterf) : cet accompagnement a été essentiel dans la réussite de cette démarche.

 

Genèse, intérêt, mise en place ?

 

Pour la mise en place, la réussite repose sur les échanges avec l’ensemble des partenaires de l’entreprise : notre direction (les tuteurs et les managers), la DRH pour accompagner le projet et 1 référent AFEST. Et il faut accepter d’apprendre « sur le tas ». Nos tuteurs sont volontaires : nous avons cette chance ! Ils sont investis et ont cette volonté de transmettre.

Les managers de proximité sont aussi favorables à cette démarche. Tous ont été « embarqués » : il a fallu aménager les postes de travail, s’appuyer avec l’aide de Grains’up sur des fiches de postes pour élaborer des plans de formation. Cela demande de l’investissement, mais ça vaut le coup ! L’AFEST permet de former en conditions réelles de travail et en fonction des besoins de l’entreprise : c’est très concret. Tout au long du parcours de formation, chaque acteur est responsable et l’apprenant est évalué et chaque étape doit être validée. Cela permet surtout aux apprenants de s’inscrire durablement dans l’emploi : après la période de formation, nous leur proposerons une CDD d’au moins 6 mois, et éventuellement un CDI.

 

Plus-value ?

 

L’AFEST permet de formaliser et de mettre en valeur des savoir-faire de haut niveau. Nous ne sommes qu’au début, mais le potentiel est là ! L’entreprise devient une organisation apprenante, avec une réflexivité permanente. L’apprenant est plus acteur, autonome, et moteur. Ce dispositif favorise l’évolution des pratiques professionnelles. Mais il ne faut pas vouloir trop standardiser : il faut laisser un peu marge de manœuvre et ne pas verrouiller le dispositif.

 

Avez-vous identifié des axes de progrès quant à la mise en œuvre de l’AFEST ?

 

Pour continuer à progresser sur le sujet, nous rencontrons au mois de juin une entreprise dans les Landes, qui a aussi mis en place une AFEST.

Vanessa Le Boterf : « Les fondations de cette réussite : l’accompagnement de Pôle emploi »

 

Grains ’up, start up de Limoges, a accompagné l’entreprise Couach, en partenariat avec Pôle emploi, pour mettre en place cette approche AFEST. Grains ’up accompagne les entreprises dans leurs dispositifs de formation : rencontre avec Vanessa Le Boterf, Consultante Formation numérique, qui nous en dit plus sur la mise en place de cette méthode AFEST.

 

Comment est né ce projet avec Couach ?

 

La consultante Chantal Villotta Germain, certifiée AFEST, avec qui nous avions conçus des modules numériques pour accompagner les entreprises dans l’appropriation de la démarche AFEST a été la clé d’entrée de ce projet. A son initiative et sur l’impulsion de Stéphane Berger (Directeur des Opérations Pôle emploi Nouvelle-Aquitaine jusqu’en mars 2021), l’idée d’utiliser l’AFEST au service de publics éloignés de l’emploi est née. L’engagement fort de Pôle emploi pour l’insertion dans l’emploi et les besoins en recrutement de Couach ont fait le reste. L’expérimentation était lancée ! Ce qui est intéressant dans ce projet, c’est le besoin de cette entreprise en compétences de haut niveau de technicité. Mais ce qui était vraiment stimulant, c’est qu’elle était prête à recruter des candidats sans expérience ! Un pari enthousiasmant qui nécessitait des partenaires engagés et la mise en place de conditions spécifiques pour, justement, gagner ce pari : l’implication du Comité de direction de l’entreprise et l’accompagnement des équipes de Pôle emploi ont été les fondations de cette réussite.

 

Nous avons conçu des modules numériques pour faciliter le diagnostic, la mise en œuvre et l’évaluation d’une AFEST. Cette ressource digitale est un support qui complète notre démarche d’accompagnement en distanciel, pour la rendre plus efficace.

 

Son contenu modulable permet de s’adresser à l’ensemble des acteurs d’une démarche AFEST et de professionnaliser non seulement les tuteurs-formateurs internes, mais aussi les autres parties prenantes : Direction, RRH, managers de proximité, tuteurs, … . C’est une formation 360°.

 

Nous avons délivré ces modules au fil de l’eau, et nous les laisserons à disposition de Couach plusieurs mois après le projet.

 

Comment avez-vous accompagné Couach dans la mise en œuvre de cette démarche ?

 

Grains’up a lancé le projet en étroite concertation avec les différentes parties prenantes de l’entreprise : le CODIR, les ressources humaines, les managers de proximité et les tuteurs.

 

Mon accompagnement a d’abord consisté à lancer le projet en étroite concertation avec le CODIR de l’entreprise, afin qu’il engage les managers et les tuteurs dans le projet. J’ai travaillé avec eux pour que le Codir organise une communication sur le projet portant sur :

  • l’intérêt de l’entreprise à s’engager dans cette démarche
  • l’importance du rôle des tuteurs et en quoi l’entreprise compte sur eux

 

Cette communication est très importante : elle vise à donner du sens et à encourager les tuteurs à s’engager dans la démarche.

Grains’up considère qu’un élément fondamental de la réussite d’un projet AFEST est l’engagement visible de la direction dans le projet.

Il en va de même pour l’équipe des Ressources Humaine, qui s’est engagée à être présente de manière continue tout au long du projet, afin de soutenir les équipes et assurer la pérennisation dans le temps de l’AFEST dans l’entreprise.

 

Une réunion de lancement rassemblant les tuteurs, leurs managers et les ressources humaines a eu lieu suite à la communication du Codir. Elle avait pour objectif de présenter :

  • l’intérêt de la démarche AFEST
  • ce qui était attendu des différents acteurs
  • les éléments clés de l’AFEST, comme l’analyse du travail préalable, l’élaboration des parcours personnalisés de formation, la réflexivité ou encore les exigences de traçabilité
  • les conditions de réussite, par exemple : libérer du temps pour les tuteurs, aménager les situations de travail pour les rendre apprenantes…
  • le déroulement du projet
  • avec les tuteurs l’accompagnement a consisté les aider à procéder à l’analyse du travail sur une activité clé de leurs métiers respectifs. A partir de l’énoncé de l’activité nous avons identifié le résultat attendu de cette activité, les façons souhaitables de s’y prendre pour la réaliser afin d’obtenir ces résultats, et déduire les compétences associées en termes de connaissances, savoir-faire divers et comportements ou attitudes professionnelles requises. Cela correspond à une méthode d’analyse du travail que nous avons mis au point chez Grains’ up. C’est un travail qui se base sur les orientations du travail prescrit, mais se complète avec le travail dit « réel », tel qu’il est vécu par les tuteurs, qui sont des professionnels qui connaissent bien le métier. Le résultat prend en compte les « conseils » et « points de vigilance », que les apprenants devront prendre en compte lorsqu’ils définiront leur propre façon de réaliser l’activité professionnelle. Avec les tuteurs, l’analyse du travail est un élément clé. Réaliser le travail prescrit ne se limite pas à appliquer les procédures : il doit dans de nombreux cas être interprété. De la même façon qu’une partition de musique peut donner lieu à plusieurs interprétations.
  • par la suite mon accompagnement a consisté à les aider à élaborer les parcours individualisés de formation organisés de manière progressive, chaque séquence étant finalisée sur des objectifs pédagogiques formulés en termes évaluables (au terme de la séquence, que doivent-il avoir acquis comme connaissances ? de quoi doivent-ils être capables en termes de savoir-faire et savoir être ?).
  • les parcours personnalisés de formation alternent des moments formation en salle, des visite guidée du processus de production et surtout des moments de mise en situations de travail apprenantes, comprenant des temps de réflexivité pour que les apprenants prennent du recul sur les pratiques professionnelles mises en œuvre, consolident leurs compétences et les améliorent. Ces temps permettent de travailler sur le « comment » et le « pourquoi » de la mise en œuvre des compétences. Cela permet de les faire progresser en autonomie et d’avancer vers une meilleure compréhension du sens de leur travail.

 

Nous sommes au stade où nous mettons en œuvre les outils d’évaluation, avec des modalités adaptées, distinctes selon les objets d’évaluation :

  • acquisition de connaissances,
  • façons de réaliser le travail
  • résultats attendus

 

Cet accompagnement a aussi consisté à former les tuteurs avec une modalité de formation-action.

 

Oui, en effet. Cette modalité a été organisée en fonction des grandes étapes à réaliser dans une démarche AFEST et soutenue par la mise à disposition d’outils numériques de Grains’up (par exemple : concevoir une séquence de formation, mener une analyse réflexive, observation du travail réel…).

 

Cette expérimentation a pour objectif d’évaluer l’utilité et la faisabilité d’utiliser l’AFEST dans les processus de recrutement de Couach.

 

Dans notre accompagnement nous faisons très attention à assurer la faisabilité durable de l’approche AFEST, en cherchant à proposer des outils compatibles avec les contraintes et exigences de production de l’entreprise.

 

L’entreprise est une modalité pédagogique particulièrement intéressante pour une entreprise comme Couach, qui se caractérise par des savoir-faire de haut niveau. Elle pourra reproduire la démarche AFEST pour le recrutement, comme pour la formation interne et la capitalisation des compétences spécifiques à l’entreprise.

*AFEST : L'Action de Formation ESituation de Travail

Photos : ©Couach

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

74,4 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.