Article

Un Parrain Un emploi : une initiative régionale pour l’emploi des jeunes diplômés

Chaque année 500 jeunes diplômés de notre région bénéficient des conseils et du réseau de chefs d’entreprises et de cadres dirigeants pour leur recherche d’emploi. Les résultats sont au rendez-vous avec 70 % des jeunes demandeurs d’emploi qui « décrochent » leur premier emploi à l’issue de la période de parrainage

Publié le  30/11/2020

Lancé en 2018 à l’initiative de la région Sud et piloté par Pôle emploi Provence-Alpes-Côte d'Azur, ce dispositif d’accompagnement est fondé sur l’intervention bénévole des parrains aux côtés d’un jeune.

Une initiative citoyenne et bénévole

"Je suis marraine parce que ça a du sens. J’ai constaté que c’est utile au jeune. C’est ma manière de contribuer à une société meilleure, alors que maintenant ma carrière est installée."

Valérie Guillemot
Dirigeante, Conseil Carrières et compétences, réseau Orientaction

Pour provoquer la rencontre entre les jeunes diplômés et les parrains ou marraines, rien de tel qu’un « afterwork », une situation professionnelle qui favorise le contact tout en permettant aux jeunes de s’insérer dans un réseau déjà constitué par la communauté des parrains présents à cet événement. Toutes les agences Pôle emploi du territoire en organisent régulièrement.
Le dispositif présente un atout considérable : le filleul bénéficie d’un accompagnement personnalisé et exclusif de son parrain, en complément de l’accompagnement classique de son conseiller Pôle emploi et de celui des autres acteurs du service public de l’emploi.

"Nous apportons au candidat le regard de l’employeur. Souvent, nous répétons des messages déjà connus. Exprimés en toute bienveillance par un chef d’entreprise, ils ont une autre portée, et là, le candidat accepte de les entendre. "

Emeline Fauvel
Dirigeante, Unicacces-Groupe, Pertuis

De la bienveillance, un carnet d'adresse

Emeline Fauvel a rencontré sa filleule à la suite d’un afterwork organisé par l’agence de Pertuis, en octobre 2020 et conduit un coaching très concret. Exemple : "J’ai expliqué à mon filleul que dans un échange suivi d’e-mails, même pratico-pratiques, les codes professionnels de formule d’appel et de politesse doivent figurer systématiquement dans les messages. Il n’y avait pas pensé. Je lui ai montré comment valoriser les faits marquants d’une expérience vis-à-vis d’un recruteur, comme le pourcentage d’augmentation du chiffre d’affaires qu’il a généré."

Valérie Guillemot, marraine à Avignon, explique qu’elle répond à des besoins précis, soulevés par le ou la filleule. Pour elle, c’est important  de "dire avec bienveillance et exigence ce qui lui parait pouvoir être dit et entendu et qui va permettre au filleul d’avancer". Elle contribue à faire émerger et à formaliser la plus-value professionnelle du jeune diplômé.

La prise en considération des points de vue du parrain, donc de l’employeur potentiel, est facilitée par la relation de confiance qui les unit. Le filleul bénéficie d’une exclusivité d’attention et de coaching favorable à son insertion professionnelle.

Enfin, le parrain ou la marraine se font accompagner du jeune diplômé lors de rencontres avec leur réseau. Là, ils présentent d’autres chefs d’entreprise au candidat, qui au fur et à mesure peut constituter son carnet d’adresse … et le cas échéant, décrocher un entretien !

Plus d'actualités

Article

Transport routier : recruter et former des profils [...]

Approvisionner sa chaine de magasins est vitale pour une enseigne de grande distribution. Le groupe Intermarché a décidé d’internaliser une partie de son activité transports afin de réduire sa dépendance vis-à-vis de son réseau de prestataires.