Article

L’accompagnement intensif des jeunes, ça fonctionne

Pour faire face à la crise économique, Pôle emploi propose un accompagnement intensif aux jeunes de 16 à 30 ans. Le principe : un conseiller dédié, des rendez-vous plus réguliers, une plus grande réactivité face à leurs demandes et un prolongement du suivi y compris quand les jeunes trouvent un emploi. Un dispositif qui réussit à beaucoup d’entre eux. Témoignages.

Publié le  19/02/2021

« Je me suis lancée dans une formation barmaid mais le coronavirus m’a empêché de trouver du travail dans le secteur. » Lorsque Sophie témoigne de son expérience au cœur de la crise sanitaire, la déception se fait entendre. Comme beaucoup de jeunes, elle subit de plein fouet les effets de la pandémie. Mais elle a su rebondir : « j’ai donc décidé de travailler dans le nettoyage. Et maintenant, cela fait un mois que je travaille dans la vente de vêtements. » Une expérience qui lui a ouvert des perspectives : « la vente me plaît, c’est mon projet. »

« Je ne pensais pas, mais finalement, la vente me plaît beaucoup »

Ce déclic, Sophie l’a obtenu grâce à l’accompagnement intensif dont elle a bénéficié à l’agence Brest Marine. Après un premier diagnostic de son projet, sa conseillère Pôle emploi, Eloïse Bonnet, lui a suggéré le secteur de la vente, un secteur qui continue de recruter. Une réussite : « je découvre des métiers que je ne connais pas. Par exemple, la vente. Je ne pensais pas mais finalement, cela me plaît beaucoup » témoigne Sophie.
Si cette réussite a été possible, c’est grâce une « relation de confiance » comme l’explique Matthieu Stervinou, conseiller Pôle emploi à l’agence de Quimper Sud, dédié à l’Accompagnement Intensif Jeunes. « J’aime beaucoup cette idée d’avoir une relation de confiance pour répondre au mieux à leurs besoins. Nous travaillons avec 60 à 80 demandeurs d’emploi, ce qui permet de rendre un service au plus proche de leurs attentes. »
Parmi ces demandeurs d’emploi, Christophe. À 19 ans, Christophe a un projet clair : il souhaite devenir éducateur sportif. Malheureusement, la crise sanitaire ralentit son projet. Pour « éviter une année blanche », il demande à bénéficier de l’accompagnement intensif de Pôle emploi. « Je leur demandais de m’aider à trouver un CDD dans la vente en attendant la réalisation de mon projet dans le sport. » Pour l’aider, son conseiller, Thomas Le Dorff, l’aide à réécrire son CV et lui propose des offres qui correspondent à son profil. Un soutien que Christophe apprécie, notamment parce qu’il peut « postuler à beaucoup d’endroits. »

« Les préparations d’entretien me permettaient d’avoir plus confiance en moi »

Réécriture de CV et proposition d’offres ne sont pas les seuls services dont bénéficient les jeunes suivis en accompagnement intensif. Un travail pour favoriser la confiance en eux leur est aussi proposé.
Un travail d’autant plus important que « beaucoup de jeunes ont été perdus suite au covid » comme l’a constaté Matthieu Stervinou. Dans ce contexte, « on leur fait prendre conscience des compétences qu’ils ont et comment les valoriser. »
Un point que confirme Maxime. Comme Christophe (cf. ci-dessus), Maxime voulait travailler dans le sport mais la pandémie est arrivée. Il décide alors de changer de voie : « je suis en formation pour apprendre le métier de soudeur et je suis en alternance en entreprise. »
Une alternance qu’il a trouvée grâce à une plus grande confiance en lui : « les préparations d’entretien [réalisées pendant son accompagnement intensif par Pôle emploi] me permettaient d’avoir plus confiance lors des entretiens d’embauche. »

« Cette proximité m’a beaucoup aidé »

La confiance, Aymeric en manquait aussi. À 26 ans, Aymeric est ingénieur. À l’issue de ses études dans la prévention des risques environnementaux, en 2019, il est embauché en Chine. Le coronavirus vient tout bousculer : « mon visa a été annulé. Je me suis retrouvé sans rien en janvier 2020. »
C’est alors qu’Aymeric se tourne vers Pôle emploi et commence un accompagnement intensif. Un suivi qui a permis à Aymeric d’élargir ses perspectives : « ma conseillère m’a parlé de l’APEC, qui m’a beaucoup aidé. Mais aussi d’autres sites web que je ne connaissais pas et qui proposaient des offres cohérentes avec mon profil. »
Des conseils payants : « j’ai trouvé une formation dans le nucléaire cet été [2020] et maintenant je suis en CDD en tant qu’ingénieur santé et environnement à Cherbourg. » Une formation pour laquelle l’appui de Pôle emploi a été « un gros plus » : « ma conseillère m’a aidé pour les aides indispensables à la réalisation du projet. »
Depuis, la vie professionnelle d’Aymeric est plus simple : « maintenant que j’ai acquis des compétences et une expérience professionnelle, c’est beaucoup plus simple d’avoir des rendez-vous et des propositions de postes. »
Pour expliquer cette transition professionnelle réussie, Aymeric insiste sur la disponibilité de sa conseillère : « dès que j’avais une question, je pouvais appeler et elle me rappelait dans la journée. Cette proximité m’a beaucoup aidé moralement. »

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

74,4 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.