Article

Stand-up de l'emploi : les jeunes dans la position des recruteurs

Le 14 juin, un stand-up de l'emploi était organisé au centre culturel Le Triangle, à Rennes. Un job-dating inversé au cours duquel les employeurs ont vendu les atouts de leur entreprise à de jeunes demandeurs d'emploi, avant d'échanger avec eux au cours d'un temps informel. L'événement a permis de nombreuses rencontres, et peut-être suscité de nouvelles vocations.

Publié le  17/06/2022

Installés sur les gradins du théâtre urbain du centre culturel Le Triangle, à Rennes, une cinquantaine de jeunes écoutent les employeurs louer les vertus de leur entreprise. Organisé par l'agence de Pôle emploi Rennes Sud, le 14 juin, ce « stand-up de l'emploi » se présente sous la forme d'un job dating inversé. 
Alors que les jeunes demandeurs d'emploi, bénéficiant pour la plupart du Contrat d'engagement jeune, arborent une étiquette avec leurs noms et prénoms, les employeurs affichent le nom de leur entreprise. Tous portent des pastilles de couleur, correspondant à un secteur d'activité particulier - bâtiment, hôtellerie, aide à la personne, banque, commerce – afin que les différents protagonistes s'identifient plus facilement.
 

« Nous recherchons des profils débutants comme expérimentés »

Pendant une heure, les employeurs se succèdent face au public pour donner envie aux jeunes de les rejoindre. « Nous cherchons dix conducteurs sur Rennes, révèle Maud Leroux, de Normandie Logistique Transports. Si le salaire horaire ne se situe que légèrement au-dessus du SMIC, vous pouvez travailler jusqu'à 65 heures par semaine et ainsi gagner relativement bien votre vie en bénéficiant des heures supplémentaires majorées ».
Mélanie Hénoque, de NGE Bâtiment, prend sa suite, accompagnée de Tom Guignon, un alternant de l'entreprise. Puis vient le tour de la société Richet, basée à Bourg-des-Comptes, spécialisée dans l'électricité, la plomberie, le chauffage la climatisation et la ventilation. « Alors que la sobriété énergétique s'avère aujourd'hui une priorité, nous recherchons des profils débutants comme expérimentés, en alternance, en apprentissage ou à travers des embauches directes ».
Changement de secteur avec l'entreprise Jules-Brice, représentée par Aurélie Bogue, directrice régionale de la chaîne de magasins de prêt-à porter-masculin, et Damien Mérelle, responsable des magasins de Rennes Alma. Pour attirer les jeunes sensibles à la cause environnementale à devenir commerçants, la directrice précise que « l'entreprise vient de créer une usine de fabrication de jeans 100 % français, près de Roubaix ».
 

Avec l'aide à domicile, des plannings adaptables

Intermarché Bruz pour la grande distribution, BNP-Paribas pour la banque, Au fil des Lots pour le commerce en aménagement extérieur, l'association Réso 35 pour l'hôtellerie-restauration... Les entreprises se succèdent. Delphine Coulon, de l'entreprise d'aide à la personne Zen Seniors Services, clôt la session : « Alors que les membres d'une génération vieillissante souhaitent rester chez eux le plus longtemps possible, nous avons besoin de nombreuses personnes pour les aider à préparer leurs repas, à faire leur toilette, à remplir leurs document administratifs, à faire leur promenade... L'avantage, c'est que ce travail peut tout à fait s'adapter à votre planning pour le combiner avec vos études, par exemple ».

Passé ce temps formel, employeurs et demandeurs d'emploi se retrouvent autour d'un café et de cookies pour échanger de manière plus directe. Nombreux sont ceux qui se dirigent vers l'aide à la personne. « J'habite à Bruz et je cherche un emploi jusqu'à fin juillet », explique Esther. Clément, quant à lui, n'avait jamais vraiment songé à l'aide aux personnes âgées. « Quels postes proposez-vous exactement ? », demande-t-il à Delphine Coulon. Cette dernière retient que la question récurrente des jeunes concerne la formation à suivre. «Tout est possible, rappelle-t-elle. Nous demandons simplement de la confiance et de l'assiduité ». La responsable espère que cet événement saura « susciter des vocations chez certains ».
 

« Se retrouver dans une position de recruteurs leur procure de la confiance »

À deux pas, Mélanie Hénoque, chargée de recrutement chez NGE Bâtiment, se réjouit de l'opération : « Pour les jeunes, la recherche d'une entreprise peut-être intimidante. Se retrouver dans une position de recruteurs leur procure de la confiance. Au final, aujourd'hui, c'est nous qui avons peur qu'ils nous disent non ».
Damien Mérelle, des magasins Jules-Brice, abonde : « Se retrouver dans un milieu moins strict que lors d'un entretien au bureau permet de lever les freins pour les demandeurs d'emploi. Nous avons récolté une dizaine de CV intéressants. Beaucoup cherchent une alternance sur un an, pour découvrir le métier de commerçant en prêt-à porter ». 
Frédéric Mangelinck, directeur de l'agence Pôle emploi Rennes sud, se réjouit de l'opération. 
« Alors que le taux de chômage dans le bassin rennais se situe à 5,2 %, les difficultés de recrutement se font ressentir dans beaucoup de secteurs. Un dispositif comme aujourd'hui a vocation à permettre aux jeunes d'accéder rapidement à l'emploi ». Les prochaines semaines diront si les rencontres du jour porteront leurs fruits. 
 

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

81,2 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.