Article

Les Cités de l'emploi

La Préfète déléguée pour l’égalité des chances, Marie Aubert, présente l’expérimentation et sa déclinaison dans les Bouches-du-Rhône.

Publié le  24/06/2021

Comment définir les « Cités de l’emploi » ?

Photo Marie Aubert préfète déléguées à l'égalité des chances.jpg  

Les Cités de l’emploi, à l’instar des Cités éducatives, n’ont pas vocation à venir se surajouter à l’ensemble des dispositifs existants en matière d’emploi et d’insertion professionnelle. Il s’agit de programmes qui proposent un nouveau cadre de coopération pour impulser un traitement global des difficultés d’insertion professionnelle des habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV). L’objet même des Cités de l’emploi est de faire travailler conjointement et collectivement l’ensemble des acteurs de l’insertion et de l’emploi afin de proposer des parcours dits « sans couture », individualisés et adaptés aux bénéficiaires. Autrement dit, les Cités de l’emploi s’intéressent à lever un maximum de freins qui empêchent une personne issue des QPV d’accéder ou de (re)venir vers l’emploi, par une approche globalisée et partenariale.

 

Quels publics sont concernés ?

Dans sa globalité, cette expérimentation nationale est à destination des habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville. Cependant, dans de nombreux territoires, le choix a été fait de cibler une frange plus précise de cette population, dans l’optique d’être plus efficace et de palier une offre de droit commun parfois incomplète. Ici à Marseille, nous avons décidé d’orienter l’action de la Cité de l’emploi des Quartiers Nord de la ville vers un public féminin que l’on sait fortement en difficulté. Les bénéficiaires seront une cinquantaine de femmes issues des QPV, âgés de 26 à 55 ans, éloignées de l’emploi depuis plus d’un an et qui peuvent être, ou non, inscrites à Pôle emploi. Ce choix nous permet notamment de ne pas entrer en concurrence avec la multitude de dispositifs qui existent déjà en faveur de l’emploi des jeunes (en particulier, le plan « 1 jeune, 1 solution », lancé dans le cadre du Plan de Relance).

Où seront-elles déployées ?

À l’occasion du Comité Interministériel des Villes qui s’est déroulé le 29 janvier dernier, le Premier Ministre a annoncé la création d’une soixantaine de Cités de l’emploi, déployées sur l’ensemble du territoire français et qui s’ajoutent aux 25 structures mises en place dès 2020. Dans les Bouches-du-Rhône, cette annonce concerne spécifiquement les Quartiers Nord de Marseille, où la situation de l’emploi est particulièrement précaire. À la suite d’un diagnostic fin réalisé en étroite collaboration avec les services de Pôle emploi ainsi que ceux de la DDETS, un besoin prégnant s’est tout particulièrement dégagé au niveau des 13e et 15e arrondissements de Marseille, qui vont donc constituer le cœur de cible de notre action.

Qui les impulse et qui les anime ?

Cette expérimentation a été lancée par l’État et en particulier l’ANCT. Localement, ce sont les préfectures qui pilotent le projet en partenariat avec l’ensemble des acteurs impliqués ; qu’ils soient représentants institutionnels ; associatifs, ou entrepreneuriaux. Le projet de Cité de l’emploi est par essence partenarial puisqu’il a pour objectif de décloisonner les approches et de proposer des parcours sans rupture aux bénéficiaires. C’est pour cette raison que la Cité de l’emploi s’appuiera sur une gouvernance territoriale autour de 6 grands acteurs : la Préfecture déléguée pour l’égalité des chances, la DDETS, Pôle emploi, la Métropole AMP, le Conseil départemental, la Ville de Marseille et les acteurs associatifs.

Comment voyez-vous l’intervention de Pôle emploi ?

Pôle emploi constitue un acteur clé de cette expérimentation. Tout d’abord, les nouvelles Cités de l’emploi doivent faire la preuve d’une articulation consolidée avec une ou plusieurs des 66 agences Pôle emploi renforcées au plan national dans le cadre du dispositif « Equip’Emploi ». Ensuite, c’est un acteur indispensable tout au long des différentes étapes du projet : que cela soit pour participer à la réalisation du sourcing des bénéficiaires, à la remontée de leurs besoins, pour mobiliser un ou plusieurs conseillers des « Equip’Emploi », ou encore pour apporter une connaissance, une expertise et des informations chiffrées sur les territoires concernés... Enfin, la Cité de l’emploi se base sur une articulation constante avec le droit commun. Dans ce contexte, l’implication de Pôle emploi est primordiale dans la mesure où elle permet de réorienter des bénéficiaires qui auraient été sourcés dans le cadre de cette expérimentation, vers un droit commun dont ils sont parfois très éloignés (par une inscription à Pôle Emploi, par exemple).

Quel est le calendrier des actions à venir ?

À ce stade, nous avons organisé le COPIL de lancement de la Cité de l’emploi et nous avons tenu le premier comité technique de la Cité de l’emploi des Quartiers Nord de Marseille. À cette occasion nous avons discuté avec nos partenaires, dont Pôle emploi, des micro-territoires sur lesquels déployer l’expérimentation et de la mise en œuvre des modalités de sourcing des bénéficiaires. Nous envisageons une réalisation du sourcing des bénéficiaires idéalement à compter de l’été 2021, ainsi que l’organisation de quelques ateliers de préparation et de mobilisation qui nous permettraient une mise en œuvre plus opérationnelle des premiers parcours de la Cité de l’emploi à la rentrée.

Equip’emploi

A l’occasion du Comité interministériel des villes qui s’est tenu à Grigny (Essonne), vendredi 29 janvier 2021, le Premier ministre a annoncé le projet d’intensifier l’accompagnement des demandeurs d’emploi dans les Quartiers Prioritaires de la Ville.

Cela se traduit par 152 conseillers supplémentaires en Provence-Alpes-Côte d’Azur.
En 2021, ils accompageront 22 800 personnes, dont celles identifiées dans le cadre de la Cité de l'emploi.

Ce projet est cofinancé par le Fonds Social Européen.


Il s’agit de répondre aux besoins d’accompagnement intensif, plus prégnants dans ces territoires qui concentrent les populations les plus vulnérables sur le marché du travail.
Une attention particulière sera accordée à la coopération entre les bénéficiaires et les acteurs de l’emploi et de l’insertion (conseillers Pôle emploi, partenaires de l’emploi et de la formation et partenaires associatifs, groupements d’entreprises) à la qualité des solutions mises en œuvre, à l’innovation sociale, avec une place centrale de l’entreprise dès le démarrage de l’accompagnement des bénéficiaires.

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

74,4 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.