business symbol

Compétences transversales : comment favoriser la mobilité entre métiers

Identifier les compétences permettant d’envisager des mobilités d’un métier à un autre et favoriser ainsi l’employabilité des demandeurs d’emploi, en particulier les moins diplômés : telles sont les perspectives ouvertes par cette nouvelle étude menée par Pôle emploi en partenariat avec France Stratégie.

Publié le  22/02/2018

Ils étaient consultant, chercheur, ouvrier et ont changé de métier. Depuis trente ans, ces réorientations sont devenues de plus en plus courantes. L’enjeu désormais pour les acteurs de l’emploi est d’en faciliter la mise en œuvre et de faire en sorte qu’elles s’inscrivent dans des trajectoires professionnelles ascendantes.

La première difficulté à laquelle se heurtent les candidats à ce type de mobilité est de trouver le point d’entrée qui, de leur métier d’origine, leur permettra de se projeter dans un autre. Bien souvent, quand des passerelles existent, elles leur échappent, comme elles échappent à de nombreux employeurs. D’où l’intérêt d’identifier pour chaque métier un noyau de compétences permettant de mettre en évidence des proximités entre les métiers et ainsi faciliter les transitions professionnelles.

L’un des apports de cette étude est d’éclairer sous un nouveau jour ces compétences dites transversales, que son auteur, Frédéric Lainé, définit comme « des compétences génériques mobilisables dans diverses situations de travail ».

 

Des compétences plus ou moins présentes dans chaque métier

Le point commun du coiffeur, de l’aide-soignant et de l’enseignant ? Ils ont dû, dans des contextes différents, développer les compétences relationnelles que requiert le contact avec un public. Chacun partage avec les deux autres une « situation de travail » qui les rapproche et qui définit pour partie les conditions d’exercice de leur métier.

Le travail en équipe, fréquent chez les salariés des travaux publics et de l’hôtellerie-restauration est une autre de ces situations de travail que partagent ceux qui exercent ces professions. Le fait de travailler sous tension, que l’on trouve notamment dans les métiers de la santé et ceux de la sécurité, encore une autre. L’étude en identifie seize, auxquelles sont associées des compétences transversales plus ou moins présentes dans chaque métier.

Les métiers ont été classés de façon à ce que, pour chacun d’entre eux, leurs conditions d’exercice puissent être évaluées à l’aune de ces compétences qui ne sont pas le monopole d’un métier. Des possibilités de transposition de ces compétences d’un métier à un autre peuvent ainsi être envisagées. La dextérité manuelle que partagent les ouvriers de l’habillement, de l’électricité-électronique et d’autres industries, en est un bon exemple.

 

Une chance pour les candidats les moins diplômés

L’étude conclut que sur les seize situations de travail identifiées, onze contribuent à augmenter significativement les probabilités de transition entre métiers, la plus déterminante étant le type d’organisation du travail (autonome, de type taylorien, régulé par des objectifs, etc.).

La proximité des situations de travail ne suffit cependant pas à expliquer l’ensemble des mobilités inter-métiers. L’existence de compétences spécifiques à un domaine professionnel, les choix de gestion des employeurs, ou encore la taille des entreprises, offrant ou non des possibilités de mobilité, peuvent jouer un rôle au moins aussi important. Des « effets frontières » peuvent également freiner les mobilités : frontières territoriales, lorsque la mobilité professionnelle implique également une mobilité géographique, mais également frontières de genre, dans le cas des métiers essentiellement occupés par des hommes, ou essentiellement occupés par des femmes.

Cette approche des métiers par les compétences transversales, à laquelle cette étude apporte des éléments de compréhension nouveaux, peut contribuer à terme à la sécurisation des parcours professionnels. L’élaboration d’un référentiel commun de compétences, sur lequel Pôle emploi a travaillé, et son appropriation par les acteurs du marché du travail, ouvre également le champ des recrutements. Une excellente nouvelle pour les candidats les moins diplômés, qui vont voir ainsi leur employabilité renforcée grâce à ces compétences identifiées et reconnues par tous.

 

+ d’informations : Mobilité entre les métiers et situations de travail transversales

Plus d'actualités

Article

Interview de Nicolas Dufourcq, Directeur général [...]

La complémentarité des missions de Pôle emploi et Bpifrance sur le champ de la création d’entreprises fait naître un véritable parcours entrepreneurial au cœur de chacun des territoires.

Article

Pôle emploi et l’Adie, partenaires pour la [...]

En accompagnant près de 25 000 personnes en moyenne chaque année, l’Adie est un partenaire clé pour la réussite des entrepreneurs en France. Avec Pôle emploi, sur le terrain, au plus près des besoins, l’Association pour le droit à l’initiative économique conseille, accompagne et finance les entrepreneurs dans la création et le développement de leur activité.

Article

Pauline Grisoni : se lancer et s’épanouir dans [...]

À l’occasion de la 5e édition de « ReStart », l’opération dédiée à la création et à la reprise d’entreprise, Pôle emploi donne la parole à Pauline Grisoni, entrepreneure accomplie. Elle lance alors le podcast « La Leçon », avec l’envie d’aborder la notion d’échec dans la vie professionnelle de manière positive.

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

81,2 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.