Reprise du ClubRH d’Auvergne-Rhône-Alpes : gros plan sur le recrutement des nouvelles générations

Après deux années de mise en sommeil, le ClubRH d’Auvergne-Rhône-Alpes s’est réuni le 2 juin dernier au siège régional de Pôle emploi pour explorer l’enjeu essentiel du recrutement des nouvelles générations : comment les capter, les former et les fidéliser ? Organisée sous le parrainage du chef Christian Têtedoie et en présence de Frédéric Toubeau, directeur régional de Pôle emploi Auvergne-Rhône-Alpes, la rencontre a rassemblé une centaine de recruteurs et d’acteurs de la formation professionnelle autour d’une table-ronde multi-sectorielle. Morceaux choisis.

Publié le  13/06/2022

Créé à l’initiative de Pôle emploi il y a 10 ans, la 24ème rencontre du ClubRH Auvergne-Rhône-Alpes, initialement prévue en décembre 2021 s’est tenue le 2 juin 2022 autour d’une thématique prospective qui concerne tous les secteurs d’activités : comment attirer les jeunes sur les filières qui recrutent ? Moins attachées au sésame qu’était le CDI, plus exigeantes en termes d’équilibre « pro/perso », les nouvelles générations cassent les codes et les habitudes du marché du travail. Et s’il était temps de repenser les modalités d’interaction et d’intégration des nouvelles recrues ? 

 

DSC_0138.JPG

La transmission sur le terrain, chère à Christian Têtedoie

Particulièrement attaché au savoir-faire français, Christian Têtedoie, chef étoilé et Meilleur Ouvrier de France, s’inscrit dans une volonté de transmission, raison pour laquelle il a créé le CFA de la Gastronomie à Dardilly avec Corentin Remond : « C’est dans l’entreprise que l’on apprend le mieux dans nos métiers, insiste-t-il. C’est la meilleure façon de transmettre notre modeste héritage aux nouvelles générations. »

La table-ronde a réuni quatre intervenants engagés dans la promotion de leurs métiers auprès de la jeunesse. De leurs expériences, ils retirent plusieurs pistes de réflexion et se retrouvent tous sur un point clé : il faut donner envie, donner à voir et donner du sens pour susciter les vocations et REdonner toute sa place à la filière professionnelle trop longtemps négligée.

 

 

  • Susciter la fierté

Olivier Gainon, président des Worldskills France, entend « lutter contre l’auto-dévaluation des jeunes dans les métiers manuels en offrant des modèles auxquels s’identifier et en montrant que tous les métiers ont de la valeur. » Avec un objectif en ligne de mire : « L’organisation à Lyon de la finale mondiale des Worldskills en 2024 peut constituer une formidable opportunité de montrer les métiers en conditions réelles, de donner à voir la performance et l’engagement de jeunes du monde entier. Nous devons profiter de cet événement ! »

  • Faire découvrir et expérimenter 

Nicolas Salagnac, président des Meilleurs Ouvriers de France du Rhône, venu « tordre le cou à l’image de la filière professionnelle comme voie de garage : les jeunes s’épanouissent quand ils sont là où il faut, insiste-t-il. Nous devons montrer nos métiers, les faire essayer et ouvrir le champ d’expérimentation pour créer des déclics et des envies. » Et d’ajouter : « L’école ne peut rien sans le soutien de tous les acteurs impliqués dans l’emploi : les chambres des métiers, Pôle emploi, les Missions locales, etc. Nous devons tous travailler ensemble pour changer de regard sur ces métiers ! »

  • Changer notre manière d’envisager le travail

André Farrugia, responsable RH Auchan Caluire et Annecy,« le turn-over a explosé après la pandémie et remet en cause nos modalités d’organisation et nous pousse à adapter notre logiciel de rapport au travail. Vertigineux et passionnant ! » Avec l’idée de donner du sens : « Les jeunes générations n’envisagent plus la valeur travail comme les générations précédentes : non plus par opposition au temps libre mais plutôt dans un continuum de temps qui doit répondre aux mêmes aspirations. »

  • Proposer un projet de vie

Corentin Remond, directeur du Centre de Formation des Apprentis de la Gastronomie, pour qui « l’élément le plus important c’est d’offrir aux jeunes un projet qu’ils peuvent valider en immersion dans l’environnement professionnel qu’ils ont choisi, afin de susciter un engagement qui s’inscrive dans la durée. » Et pas forcément en suivant la voie générale : « Plutôt que l’objectif de 80 % de bacheliers, il faudrait fixer l’objectif de 100 % d’élèves ayant trouvé un métier qui leur convient. »
 

Témoignages de participants au ClubRH « Nouvelles générations »

André Farrugia, responsable RH Auchan Caluire et Annecy
« A Caluire, je travaille avec Pôle emploi depuis 5 ans et nous avons créé une belle collaboration, de proximité et de confiance autour d’un objectif commun de trouver de nouveaux candidats. Ensemble, nous essayons de ne pas opposer les mondes mais de nous remettre en question pour être meilleurs. C’est la première fois que je participe au ClubRH, et c’est un sujet qui me concerne : chez Auchan, nous avons un déficit de personnel d’environ 10 %, soit 50 personnes en attente de recrutement sur chaque site à Caluire et Annecy ! Je repars nourri de nouvelles visions et confiants dans notre capacité à changer pour faire face à ces nouveaux défis. »

 

Nicolas Salagnac, graveur-médailleur et président des Meilleurs Ouvriers de France du Rhône
« J’ai été sollicité pour présenter nos actions en faveur des jeunes et notre volonté de mettre en lumière les métiers de l’ombre… qui sont pourtant de grands pourvoyeurs d’emplois. Les Meilleurs Ouvriers de France sont une vitrine qui permet de valoriser des métiers qui ont été oubliés. N’avons-nous pourtant pas besoin de plombier ou d’électricien ? Pôle emploi a toute légitimité pour prendre ce problème à bras le corps, et nous devons le faire ensemble pour faire connaître la diversité des expertises et créer une image de marque plus positive. Ces rencontres sont une bonne manière de porter plus loin ces messages, d’unir nos forces et de mutualiser les efforts. »
 

Les ClubRH de Pôle emploi

Espace d’échanges et de réflexion ouvert aux décideurs RH d’entreprises de tous secteurs d’activité, le ClubRH a pour objectif de mieux anticiper les évolutions du marché du travail. Des événements, conférences et ateliers sont organisés sur des thématiques variées liées au recrutement, à la mobilité, à la formation et à l’innovation digitale et ce dans l’ensemble des territoires Auvergne Rhône Alpes.
Pour en savoir plus : Innover avec les entreprises au service de l’emploi | pole-emploi.org
 

DSC_0133.JPG

Plus d'actualités

Article

Ne laisser personne au bord de la route

Du 8 au 15 septembre, Pôle emploi Auvergne-Rhône-Alpes participe aux journées nationales d’actions contre l’illettrisme. L’occasion de revenir sur les actions mises en œuvre depuis 2019 pour accompagner les personnes qui rencontrent des difficultés avec les compétences de base.

Article

Chômage et demandeurs d'emploi au 2ème trimestre [...]

Au deuxième trimestre 2022, en Auvergne-Rhône-Alpes, le nombre de demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) s'établit en moyenne sur le trimestre à 330 720. Ce nombre baisse de 0,3% sur le trimestre (soit – 840 personnes) et de 16,4% sur un an. En France métropolitaine, ce nombre baisse de 0,6 % ce trimestre (–15,6 % sur un an).

Article

Recrutements dans la filière nucléaire à l’aide de [...]

Première région industrielle en termes d’emplois, la région Auvergne-Rhône-Alpes est un territoire très dynamique avec ses 14 pôles de compétitivité et ses 18 clusters. Pour autant, de nombreuses entreprises font face à des difficultés de recrutement qui nécessitent d’anticiper pour trouver des candidats correspondant à leur profil d’emploi.