Techniker / Automotive / Robotik

Article

Le CDI intérimaire, une autre forme de contrat

Alliant sécurité et flexibilité, ce nouveau contrat de travail permet à un intérimaire de percevoir une rémunération minimale entre deux missions. Il ne s'adresse toutefois pas à tous les profils.

Publié le  24/01/2019

Être à la fois intérimaire et en CDI, c'est possible. Le CDI intérimaire parvient à allier les contraires en conciliant la liberté des missions en intérim et la stabilité d'un contrat à durée indéterminée. Lors de la phase d'expérimentation qui a duré un peu plus de quatre ans, 36 000 contrats ont été signés. Le CDII a depuis été intégré au code du travail lors de la promulgation de la loi Avenir professionnel l'été dernier.

Avec ce CDI intérimaire, le salarié signe un contrat avec une agence d’intérim qui précise son temps de travail, le type de missions, le périmètre géographique… Entre deux missions, l'intérimaire touche une rémunération minimale garantie qui ne pourra être inférieure au Smic pour les ouvriers et employés et jusqu'à 125% du Smic pour les cadres. Il bénéficie aussi des autres avantages du CDI comme les congés payés ou le droit à la formation.

Comme pour tout salarié, l'intérimaire est soumis à une période d'essai et les conditions de rupture sont équivalentes au CDI classique. L'intérimaire devra accepter toutes missions proposées correspondant à son contrat de travail, à condition que le salaire soit au moins égal à 70% de celui qu'il avait perçu lors de la mission précédente.

 

Les métiers de l'industrie surreprésentés

Les missions peuvent durer jusqu'à 36 mois contre 18 mois pour une mission d'intérim classique. Entre deux missions, l'intérimaire devra se tenir à la disposition de l'entreprise de travail temporaire et suivre les formations proposées.

En occupant différents emplois voire en découvrant de nouveaux métiers, le CDII permet à un intérimaire de bénéficier d'un suivi particulier de la part de l'agence d'intérim. Il s'inscrit dans un parcours professionnel dans la durée.

Sur le papier, tous les profils sont éligibles au CDII. Dans les faits, ce nouveau contrat de travail à surtout profité, jusqu'à présent, à  des hommes (à 78%), plutôt jeunes (57% ont moins de 35 ans) et de niveau CAP à Bac +2 selon le bilan national dressé par le cabinet de conseil Amnyos. Les métiers de l’industrie sont surreprésentés (52%), devant le BTP et les transports. Parmi le top 10 des professions des salariés en CDII, on trouve les caristes, les manutentionnaires et les préparateurs de commandes.

Plus d'actualités

« La clé des territoires dynamiques est la volonté [...]

Yannick Borde, maire de Saint-Berthevin et premier vice-président de Laval Agglomération, et Alain Mauny, directeur régional « Pays de La Loire » de Pôle emploi, nous détaillent les bonnes recettes des territoires dynamiques, comme Laval et Les Herbiers, qui peinent même à recruter.

« Certains veulent des emplois mais refusent [...]

Jacques Lévy, géographe à l’École polytechnique fédérale de Lausanne, et Alain Richner, président de la commission « Aménagement du territoire » de la CCI Versailles Yvelines, analysent les inégalités territoriales en matière d’accès à l’emploi entre les zones urbaines et périurbaines.

Emploi : les fractures territoriales en question

Pour leur 4ème édition, les Rencontres de l’emploi se sont penchées sur les solutions pour compenser les inégalités entre les territoires.

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

70,7 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.