Article

Réinsertion professionnelle : la Ligue contre le cancer et Pôle emploi travaillent ensemble

La direction territoriale Pôle emploi des Alpes-Maritimes a signé en 2019 une convention de partenariat avec le comité départemental de la Ligue contre le Cancer en Alpes Maritimes, afin d’aider les demandeurs d’emploi touchés par un cancer à retrouver un emploi.

Publié le  26/02/2020

Quelle entreprise plus délicate que d’accompagner des demandeurs d’emploi ayant eu un cancer, à supposer que le conseiller en soit informé ? Voilà tout l’intérêt de la convention de partenariat signée en mars 2019 entre la direction territoriale Pôle emploi des Alpes-Maritimes et le comité départemental de la Ligue contre le Cancer. À ce moment-là, explique le directeur général du comité départemental de la Ligue contre le Cancer, Gérard Van den Bulcke, celle-ci prenait déjà en charge des personnes malades, avec le concours de psychologues et de sophrologues notamment, ainsi qu’avec celui de bénévoles chargés de les aider sur le plan administratif. « Mais on ne peut pas dire que nous les aidions dans leur réinsertion professionnelle », reconnaît le directeur général.

 

Journées de sensibilisation pour les cadres et professionnels des RH

Ainsi est née l’idée de mettre en place des journées de sensibilisation pour les cadres et professionnels des ressources humaines, afin d’expliquer ce que vivent les personnes atteintes d’un cancer et de faciliter leur départ, absence, puis retour en entreprise. « Notre manière d’aider le malade, c’est en réalité de l’aider à vivre dans un environnement professionnel qui le comprenne », explique Gérard Van den Bulcke. « De lui retirer ce poids-là ».. Depuis, ce programme, baptisé Lig’entreprises, a fait des petits dans toute la France. « La Ligue nationale s’en est emparée et l’a adapté un peu partout ». 

 

Un référent Pôle emploi à disposition des personnes ayant eu un cancer

Mais quid des personnes en recherche d’emploi ? C’est là que cette convention de partenariat avec la direction territoriale de Pôle emploi Alpes-Maritimes prend tout son sens. « La Ligue s’est engagée à former, dans les 11 agences du département, un référent qui soit à la disposition, s’ils le désirent, des demandeurs d’emploi ayant eu un cancer», explique Gérard Van den Bulcke. Une communication est ainsi mise en place dans ces agences. « Les choses se font en toute discrétion, ce qui permet de prendre en charge ces personnes de manière plus adaptée ». « Nos conseillers étaient déjà sensibilisés, et nous mettions des informations à disposition des demandeurs d’emploi, notamment dans nos salles d’accueil», explique la directrice territoriale Pôle emploi des Alpes-Maritimes, Ghislaine Ellena. « Il nous paraissait donc naturel de compléter ces informations ».

 

Quelle entreprise plus délicate que d’accompagner des demandeurs d’emploi ayant eu un cancer, à supposer que le conseiller en soit informé ? Voilà tout l’intérêt de la convention de partenariat signée en mars 2019 entre la direction territoriale Pôle emploi des Alpes-Maritimes et le comité départemental de la Ligue contre le Cancer. À ce moment-là, explique le directeur général du comité départemental de la Ligue contre le Cancer, Gérard Van den Bulcke, celle-ci prenait déjà en charge des personnes malades, avec le concours de psychologues et de sophrologues notamment, ainsi qu’avec celui de bénévoles chargés de les aider sur le plan administratif. « Mais on ne peut pas dire que nous les aidions dans leur réinsertion professionnelle », reconnaît le directeur général.

 

« Du cas par cas »

D’autant plus que, selon elle, « lors des entretiens, les conseillers pouvaient déceler des difficultés lors de la reprise d’un emploi ou d’un projet professionnel, délicates à aborder de part et d’autre. Il nous a donc semblé essentiel d’aider le conseiller dans ce type de situation en mettant à disposition des relais, ou en tout cas en donnant des numéros de téléphone pour orienter la personne ». C’est justement le rôle des « référents », fonction occupée par des conseillers volontaires, dont l’objectif est de s’assurer du bon fonctionnement de l’information qui est donnée aux demandeurs d’emploi quand ils la demandent.

« C’est du cas par cas», précise Ghislaine Ellena. « Avec l’accord du demandeur d’emploi, et seulement dans ce cas, le conseiller peut évoquer cette question avec l’entreprise, car il est parfois nécessaire de penser en amont une organisation du travail un peu particulière. Le sujet peut même être évoqué avant le premier entretien. Dans ce cas, la préparation du candidat demande un accompagnement spécifique ». À savoir que ces référents réalisent également, à l’occasion, un bilan des pratiques à faire évoluer. 

Une sensibilisation élargie à l’intégralité des agents Pôle emploi

Il a par ailleurs été demandé à la Ligue contre le Cancer de sensibiliser tous les agents Pôle emploi, « de façon à ce qu’il n’y ait pas que le référent qui le soit », poursuit Gérard Van den Bulcke. « Ce qui leur permet, en interne, de traverser cela, notamment lorsque cela touche un collège ». Selon Ghislaine Ellena, les « actions de sensibilisation » sont en cours d’organisation en interne, sur la base du volontariat. « Le projet verra le jour en 2020 ».

Plus d'actualités

Article

Les Jeux olympiques et le Grand Paris : le BTP [...]

Dans les années qui viennent, la région Ile-de-France va faire face à d'importants défis en matière d'aménagement du territoire. Grâce à la dynamique du Grand Paris et des Jeux olympiques, les recrutements dans le bâtiment et les travaux publics (BTP) connaissent une forte hausse.

Article

Les conditions de travail seront-elles plus [...]

Les nouvelles méthodes et organisations du travail peuvent-elles être plus inclusives, notamment pour les seniors ou les personnes en situation de handicap ? Digitalisation, automatisation, télétravail ou co-working semblent pouvoir alléger la pénibilité et améliorer la qualité de vie au travail, mais qu’en est-il vraiment ? Pour Vincent Mandinaud, chargé de mission à l’Anact, chef de projet R&D, elles le seront si elles s’inscrivent dans le cadre d’une organisation capacitante ou apprenante et dans les conditions d’un vrai dialogue social.

Article

« On veut valoriser les femmes autrement »

Solenn Thomas a créé l'association Eklore, pour fédérer les personnes en quête de sens au travail. Le 8 mars prochain, l'association organise l'événement « Debout Citoyennes », afin d'envisager le changement, à travers le regard des femmes. Rencontre.

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

70,7 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.