L’accès et le retour à l’emploi des personnes handicapées : une priorité de Pôle emploi.

Le handicap est une réalité à laquelle nous sommes tous susceptibles d'être confrontés à un moment donné. En France, 6% de la population active est bénéficiaire d’une reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé (RQTH).

Publié le  28/09/2018

Cette reconnaissance administrative leur permet d’accéder, en complément du droit commun, aux dispositifs spécifiques visant à favoriser leur insertion professionnelle (obligation d’emploi dans les entreprises, stages de réadaptation ou de rééducation, apprentissage…) ou leur maintien dans l’emploi (adaptation des horaires de travail, aménagement du poste de travail…).

 

Les demandeurs d’emploi bénéficiaires d’une reconnaissance de handicap représentent 8,8% des demandeurs d’emploi (inscrits dans les catégories A, B et C), soit 517 000 personnes à fin mai 2018. Le taux de chômage des personnes handicapées atteint 19%, soit près de deux fois le taux national. L’âge moyen des demandeurs d’emploi handicapés est de 47 ans contre 38 pour l’ensemble. En effet, le handicap pouvant survenir suite à un accident ou une maladie, la part des bénéficiaires de l’obligation d’emploi parmi les demandeurs d’emploi augmente avec l’âge et atteint 17% chez ceux âgés de 50 ans et plus. 27 % ont un niveau d’études supérieur ou égal au bac (45 % pour les demandeurs d’emploi non bénéficiaires d’une RQTH). Cet écart s’explique d’une part, par le fait que les personnes handicapées font des études moins longues d’autre part, parce que les moins qualifiés exercent souvent des métiers plus pénibles et exposés pouvant conduire au handicap.

 

Réduire le taux de chômage des personnes handicapées implique donc d’agir sur trois leviers : leur proposer une offre d’accompagnement personnalisée dans leurs démarches d’insertion professionnelle, améliorer leur niveau de qualification et faciliter leur embauche et leur maintien en emploi par les employeurs publics et privés dont les TPE-PME. La personnalisation de l’accompagnement pour les publics les plus fragiles est un levier déterminant dans leur accès ou retour à l’emploi. Aussi Pôle emploi, en sa qualité de principal opérateur du service public de l’emploi, s’engage à renforcer davantage cette personnalisation des services dans l’accompagnement aux demandeurs d'emploi handicapés et à professionnaliser ses conseillers en relation avec les entreprises afin de proposer une aide au recrutement et à l’intégration dans l’emploi plus efficace et adaptée à leurs besoins.

 

Pôle emploi accompagne les demandeurs d’emploi reconnus travailleurs handicapés dans leur insertion professionnelle

L'entretien avec le conseiller Pôle emploi permet de définir le besoin d’accompagnement (ateliers, informations sur les dispositifs spécifiques, rédaction de CV, préparation à l'embauche, formation, ...). Afin de compenser les difficultés liées au handicap, Pôle emploi peut proposer au demandeur d’emploi un accompagnement intensif. 26% des demandeurs d’emploi handicapés bénéficient de cet accompagnement intensif par un conseiller de Pôle emploi. Cependant, le conseiller peut également orienter le demandeur d’emploi vers l’opérateur de placement spécialisé, Cap emploi, s’il juge que l’accompagnement et le savoir-faire de la structure sont plus appropriés à la situation. 25% des demandeurs d’emploi handicapés sont ainsi suivis par un conseiller Cap emploi.

 

Si les qualités d’écoute des conseillers, la richesse de l’offre de services et de formation sont les principaux points forts de l’accompagnement proposé aux personnes en recherche d’emploi par Pôle emploi, les personnes handicapées soulignent parfois un manque de lisibilité des informations, une trop grande discontinuité dans la relation avec leurs interlocuteurs et une intensité qui ne correspond pas toujours aux besoins.

 

Un test pilote est actuellement en cours dans 13 agences Pôle emploi afin de faire évoluer nos services et mieux répondre aux attentes de ce public. Le renforcement du diagnostic lors de l’entretien d’inscription devra permettre de mieux prendre en compte les attentes de la personne et de proposer un accompagnement adapté avec des services plus personnalisés, y compris en associant des compétences et expertises externes tout au long du parcours, telles que celles de Cap emploi ou de certains de nos partenaires du champ du handicap. Notre ambition est de construire avec le réseau des opérateurs de placement spécialisés une offre d’accompagnement réellement intégrée permettant aux demandeurs d’emploi un parcours d’insertion plus lisible et fluide.

 

L’accès à la formation des demandeurs d’emploi reconnus travailleurs handicapés, une priorité

Le faible niveau de formation des demandeurs d’emploi bénéficiaires d’une RQTH constitue un frein pour l’accès ou le maintien dans l’emploi et ne permet pas un réel élargissement de leurs cibles professionnelles lorsqu’ils sont contraints à une reconversion. Toutes les formations leur sont théoriquement accessibles dans la mesure où le métier choisi est compatible avec leur handicap.

 

Les demandeurs d’emploi ayant une reconnaissance de handicap peuvent bénéficier d’actions de formations spécifiques aux personnes handicapées, sur orientation de la Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées -CDAPH-, en Centre de rééducation professionnelle-CRP- (financées par l’État), d’actions de formation mises en place pour les publics spécifiques (dont les personnes handicapées) et des actions de formation de droit commun destinées à l’ensemble des personnes en recherche d’emploi (financées par la Région, Pôle emploi et l’État). Les demandeurs d’emploi en situation de handicap inscrits à Pôle emploi bénéficient un peu plus souvent des formations que l’ensemble des autres demandeurs d’emploi. Cependant, il s’agit le plus souvent de formations avec des objectifs généraux : remise à niveau, aide au projet professionnel ou développement personnel et d’une durée moindre que des formations aboutissant à une certification ou un titre.

 

L’élévation du niveau de formation des personnes handicapées implique que les professionnels qui les accompagnent soient en capacité d’organiser quand nécessaire une mise en complémentarité des dispositifs spécifiques qui leur sont dédiés et de ceux relevant du droit commun dans le cadre de parcours de professionnalisation fluides et dynamiques.

 

C’est l’un des enjeux du partenariat que nous souhaitons développer avec la FAGERH (Fédération des associations groupements et établissements pour la réadaptation des personnes en situation de handicap).

 

Cette volonté suppose que les dispositifs de formation de droit commun (achats réalisés par les conseils régionaux ou Pôle emploi, formations de l’AFPA) ou dans le cadre de l’alternance leur soient accessibles (locaux et modalités pédagogiques adaptés). Les prestations de compensation du handicap doivent être davantage mobilisées pour favoriser l’accès à la formation.

 

Le plan d’investissement dans les compétences offre une opportunité dont nous devons collectivement nous saisir pour un réel changement d’échelle dans l’accès à la formation des personnes handicapées dans le cadre des dispositifs de droit commun ou d’actions spécialisées reposant sur des modalités pédagogiques innovantes et stimulantes.

 

Ce sont des travaux que nous souhaitons investir au niveau régional dans le cadre du Plan Régional d’Insertion professionnelle des Travailleurs Handicapés (PRITH) dont l’objectif est de renforcer le pilotage stratégique et la synergie entre acteurs, de manière à introduire davantage de souplesse et de complémentarité dans la mise en œuvre des actions en faveur de l’emploi et de la formation des travailleurs handicapés.

 

Aider les entreprises à recruter et intégrer des travailleurs handicapés pour répondre à leurs besoins de recrutement

Six mois après la fin d’une formation, 43% des bénéficiaires de l’obligation d’emploi accèdent à l’emploi contre 59% pour l’ensemble des demandeurs d’emploi. Proposer des parcours de professionnalisation des demandeurs d’emploi handicapés permettant de répondre aux besoins de compétences des entreprises n’est pas suffisant. En effet, le poids des stéréotypes continue de peser sur l’embauche des personnes handicapées. Ainsi, nombre d'entreprises focalisent sur des problèmes d'accessibilité alors que seulement 2 % des handicapés sont en fauteuil : beaucoup de handicaps sont invisibles et/ou n'impliquent pas forcément des aménagements importants ou une adaptation de l’organisation du travail dans les équipes.

 

Les conseillers de Pôle emploi dédiés aux services aux entreprises peuvent accompagner les entreprises dans le recrutement d’un travailleur handicapé : rédaction du profil de poste, diffusion de l’offre, recherche de profils… En matière d'emploi de travailleurs handicapés, les dirigeants d’entreprises (plus particulièrement les PME et TPE) connaissent souvent mal la législation et les aides liées aux aménagements de poste. Nous travaillons à renforcer les compétences de nos conseillers afin d’être en capacité dans toutes les agences de proposer une offre d’accompagnement à ces entreprises, en lien avec les conseillers des Cap emploi et les délégations régionales de l’Agefiph(1)  et du FIPHFP(2) .

 

Les conseillers de Pôle emploi sont d’ailleurs mobilisés localement dans la mise en place des plans d’action des PRITH visant à promouvoir l’emploi des personnes handicapées dans les entreprises privées ou des organismes publics : campagne d’information, de valorisation de profils, animation de salons de recrutement dédiés au handicap...

 

Dans le cadre de l’accord national conclu entre l’Etat et les représentants des entreprises adaptées, Cap vers l’entreprise inclusive, Pôle emploi souhaite être partie prenante de l’expérimentation du contrat à durée déterminée tremplin. Ce nouveau contrat de 24 mois maximum, permettant aux personnes handicapées d’acquérir une expérience professionnelle les conduisant vers l’emploi durable, offre un nouveau potentiel de profils qualifiés pour les besoins des entreprises du milieu ordinaire.

(1) Association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées

(2) Fonds pour l'Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction publique

Plus d'actualités

Faire de la mobilité un tremplin pour [...]

Consolider notre rôle de facilitateur des mobilités géographique constitue aujourd’hui un objectif majeur pour Pôle emploi. Véritable levier pour la réalisation des parcours d’insertion professionnelle et pour le développement économique, la mobilité géographique appelle une action ambitieuse, de proximité, mais surtout collective.

Michel Neugnot, Président de la Commission [...]

1er vice-président du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté et président de l’Association régionale des missions locales de Bourgogne-Franche-Comté, il nous donne son regard sur les enjeux et les travaux en cours pour faciliter l’accès de tous à la mobilité.

Article

Le Réseau E2C France et Pôle emploi s’associent [...]

Un accord-cadre de partenariat national a été signé, le 27 septembre 2018, entre le Réseau des Écoles de la 2e Chance et Pôle emploi pour une durée de trois ans.

Ailleurs sur le site

CHIFFRE-CLÉ

70,7 %

Des entreprises satisfaites concernant la pertinence des candidats présélectionnés par Pôle emploi. Mesure de la qualité du service rendu aux entreprises sur le volet recrutement au niveau national

L’état de l’emploi dans votre ville

Retrouvez les chiffres du marché du travail dans votre commune de plus de 5000 habitants.

Ensemble pour l'emploi

Retrouvez tous les chiffres permettant d'évaluer l'efficacité de notre action auprès des demandeurs d'emploi et des entreprises.